Équinoxe – Album studio – 1978

Équinoxe - Pochette par Michel Granger La marée électronique. Équinoxe, deux ans après Oxygène, est la confirmation du talent du compositeur-interprète Jean-Michel Jarre. Homme-Orchestre sous la pluie des louanges, Jarre récidive.
Pour moi, c’est son chef d’œuvre. Plus homogène qu’Oxygène, mais distillant une multitude d’ambiances et de sensations. D’ailleurs l’intéressé préconise de l’écouter à différents moments de la journée. L’expérience est aisée : Equinoxe est l’un des seuls albums qu’on ne peut écouter que du début jusqu’à la fin, pour ne pas se priver de la beauté de ses contrastes. Techniquement, c’est une superbe maitrise de la programmation et des effets d’entrée et de sortie des sons.
Fascinant aussi les changements d’humeurs dans ce disque : tour à tour mélancolique, survolté, lunaire.
Ce sont pourtant, en dépit de leurs ressemblances, deux disques bien différents. Cet album est suffisamment bon pour que j’encourage ceux qui possèdent déjà Oxygène à acheter celui-ci. Je conseille même d’écouter les deux l’un derrière l’autre pour apprécier la consistance du second, et ces disques sont suffisamment courts pour ce faire. Rentrons dans la Musique, si vous le voulez bien.

 

 


 > Face 1 !


Jean Michel Jarre à l'époque de la sortie d'Equinoxe, en 1978.L’ouverture (partie I) est quasi-symphonique, je veux dire par là que la formation classique de Jean-Michel Jarre (Conservatoire de Paris) est évidente dans cette composition, comme dans la suite de ses albums, sauf qu’ici les vents, les cuivres et les cordes ont été remplacés par des synthétiseurs Moog et ARP. Cela a un côté «création du monde». Vous l’avez compris, la barre est fixée très haut pour la suite du disque. Et la suite est très relevée : La partie II est un mouvement lent qui évoque la marée. Elle est ponctuée de quelques notes aiguës, minimaliste à souhait, et d’effets tourbillonnants. Cela contraste joliment avec l’entame. Et qui a dit que la musique électronique ne pouvait pas être douce et charmante ?
La partie III est une savante «texture» de sons, toujours changeante, comme une sorte de ruisseau, qui me donne le frisson, parcourue par des arpèges et des notes tenues. C’est un morceau qui ne ressemble tellement à rien d’autre, que cela en devient jubilatoire !
On glisse doucement vers la partie IV avec délice. L’occasion de dire que les transitions sur ce disque sont extrêmement soignées.
Le tempo démarre à la partie IV, où on sent le plus «la main humaine», c’est à dire que c’est le premier morceau à avoir un potentiel «live», et de l’expressivité. Ce n’est pas un hasard si c’est ce titre qui supplante la partie V dans les très nombreux concerts de Jean-Michel Jarre. Allez, on tourne le vinyl…



 > Face 2 !


La partie V démarre dans un bruit d’orage : Ici, il y a un déluge (le mot n’est pas usurpé) d’effets sonores, du début à la fin, qui tous évoquent un ciel qui gronde. La mélodie est imparable, une sorte d’Oxygène IV survitaminé au rythme beaucoup plus syncopé. Le premier morceau que j’ai joué au piano, soit-dit en passant !
La partie VI, qui se présente comme une sorte d’ «after» de la précédente, est assez spéciale. Il s’agit de broder longuement sur un motif insignifiant (en réalité, 6 notes !). Si vous tendez l’oreille, par instants, la rythmique semble même un peu bancale.
La partie VII, est une sorte de croisement des parties III et V, qui reprend le meilleur des deux. Le son métallique de la deuxième moitié de l’album se marie harmonieusement avec les atmosphères planantes caractéristiques d’Oxygène.
La partie VIII est une curiosité, puisqu’il comprend deux morceaux pour le prix d’un : Jarre nous propose d’abord un morceau rigolo : «l’orchestre sous la pluie», puis une conclusion avec la reprise du thème de la partie V. On pouvait espérer un peu mieux.
  


 > Secrets de fabrication 


Michel Geiss raconte les sessions de travail avec Jean Michel lors de l’enregistrement de l’album :  

On cherchait des sons, et les idées étaient enregistrées au fur et à mesure. Jean Michel avait déjà enregistré des bases des morceaux sur le multipiste, le reste faisait partie de la recherche commune. Nous avons travaillé à deux. Pour Equinoxe, je me souviens de certains moments de magie, où l’on découvrait des atmosphères nouvelles. Je retrouve ce sentiment en écoutant le disque. On avait même installé un baquet d’eau dans le studio, on faisait des grosses bulles avec un verre, pour les enregistrer. On entend « bloup, bloup » dans le disque. On avait carrément les mains dans l’eau ! Tout cela était très artisanal.

> Extrait d’une interview de Jarre dans Rock’n'folk en 1979 (Source)

La réussite d’Oxygène m’a permis de réaliser ce que je cherchais à faire depuis plus de dix ans, c’est-à-dire pouvoir travailler entièrement seul, dans mon propre studio, avec mon propre matériel, sans contrainte de temps ni d’équipement. De pouvoir rester, comme pour « Equinoxe », neuf mois à chercher de nouveaux sons, à concevoir de nouveaux instruments, ce qui auparavant était financièrement impossible dans les standards normaux. Il y a très peu de musiciens au monde qui peuvent se permettre, comme Yes ou Mac Cartney, de louer un studio pendant six mois. Aujourd’hui, je travaille avec un type extraordinaire, un ingénieur en électronique qui fabrique pour moi les instruments dont j’ai besoin et que nous concevons ensemble. Car les instruments électroniques sont encore relativement pauvres, ou alors impraticables pour en jouer vraiment. « Oxygène » n’est pas une recette sur laquelle je suis tombé par hasard et que j’ai exploitée, c’est un succès assez inattendu qui m’a apporté la liberté.

 


> En conclusion


Un travail puissamment original, une œuvre qui porte un imaginaire fertile, et qui aujourd’hui encore reste la pièce de musique populaire la plus proche de la perfection formelle. C’est un très bon disque, que vous soyez familier à la musique de Jean-Michel Jarre ou non. Quand le disque est terminé, on n’a qu’une envie : le repasser !

Titres d’Équinoxe
1. Equinoxe part 1 (2:23) 3 sur 5
2. Equinoxe part 2 (5:01) 3 sur 5
3. Equinoxe part 3 (5:11) 4 sur 5
4. Equinoxe part 4 (6:54) 4 sur 5(videoclip) Essayez de compter le nombre de claviers superposé qui compose le studio de Jean Michel pour les besoins de ce vidéoclip.
Image de prévisualisation YouTube

5. Equinoxe part 5 (3:47) 3 sur 5
Image de prévisualisation YouTube
6. Equinoxe part 6 (3:23) 4 sur 5
7. Equinoxe part 7 (7:24) 5 sur 5
8. Equinoxe part 8 (5:04) 3 sur 5
*le début de ce morceau est aussi connu sous le nom L’orchestre sous la pluie

Le saviez vous ?

 

  • Il y a plus qu’un clin d’oeil dans les syllabes inversés des albums Oxygène et Equinoxe ? En tous cas, ils ont une durée à peu près équivalente.

Le son le plus bizzare : Équinoxe 4 a subi un raccourcissement au fil des best of et autres live :  la sorte de voix androïde qui surgit dans cette version longue a été gommée dans les concerts, est-ce parce qu’elle faisait peur aux gens ? Là où l’on attendrait un effet style vocoder, Michel Geiss invente un son (je crois que c’est un ARP) de toute pièce. Le résultat est fameux !


> Les musiciens :

pictojeanmicheljarre.gif   pictomichelgeiss.gif 

Jean Michel Jarre : tous instruments / Michel Geiss : développement de certains instruments.

Instruments utilisés ARP 2600 – ARP Sequencer – Electro-Harmonix Electric Mistress – Elka 707 – Eminent 310 U – EMS Synthi AKS – EMS VCS 3 – EMS Vocoder 1000 – Geiss Matrisequencer 250 – Geiss Rythmicomputer – Korg Mini Pops 7 (Rhythmin’ Computer) - MCI JH400 – Mellotron 400SM - Oberheim DS-2 (Digital Sequencer) – Oberheim TVS-1A  – Korg Polyphonic Ensemble 2000 – Revox B77  – RMI Harmonic Synthesizer – RMI Keyboard Computer – Yamaha CS-60 (Polyphonic Synthesizer).


> Lire aussi


 

 

À vous la parole !

Quel votre titre préféré sur Equinoxe ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

 

 


15 commentaires

  1. Cbass dit :

    Le son le plus bizzare : Équinoxe 4
    il s’agit Bien du tout premier ARP le 2500
    que l’on voit egalement apparaitre dans rencontre du 3em type
    en gros plan et en modules complet

  2. STEPHANE dit :

    equinoxe est indissossiable d,oxygene, j,ai adorré equinoxe quand j,ai pu l,écouter dans son intégralitée,c,est la new age avant l,heure,jmj dira méme que « oxygene » (en 1978 l,ors de la sortie d,équinoxe) etait un brouillon par rapport a équinoxe :Comme quoi 30ans plus tard,on peu se tromper!.JMJ voulait un « effet » sur cet album :le SLOW MOTION :chaque titre brule a la chaleur de la lumiére.Autre anecdote : les clapotis que l,on entend dans cet album « magique » c,est jmj et Michel Geiss ,les mains dans une bassine remplie d,eau ,en train de « remuer l,eau!!!.stephane

  3. david dit :

    je viens de mater le clip du rappeur en question ( ROHFF ) et c’est vrai qu’on retrouve bien une des paries d’equinoxe 4 et meme un peu de la melodie principale ,en tendant bien l’oreille! si on fait abstraction du discours « grosses cylindrees allemandes » du titre, c’est quand meme agreable que JMJ se fasse sampler ainsi
    ca prouve que malgre tout il inspire les rappeur et les DJs bien que ces derniers le trouvent ringard… et je suis meme sur que l’on retrouve un petit bout de « DIVA » dans un des titres de MADONNA, meme si ca reste a verifier. quelqu’un pourra m’en dire plus?

  4. veridis dit :

    de la part de Stéphane pour le webmaster un montage concernant « Equinoxe »
    http://imageshack-france.com/out.php/i1489_quinoxejmj.jpg

  5. Mikael dit :

    Très sympa ce montage !!

  6. STEPHANE dit :

    Merci MIKAEL,j,éspères que tu as vue le « méssage » que j,ai incorporés?.En fait j,ai tout simplement « gommés » cèrtains pèrsonnages afin de faire « apparaitre » le :J.M.J (jean-michel jarre bien sure!!) cela a était un boulot monstre car a partir de la pochètte originale d, »équinoxe » il a fallut réfléchir pour savoir qui et quoi « enlever ». stephane

  7. Mikael dit :

    Oui bien sûr que j’ai vu le « message ». Il y a une sorte de dynamique intéressante avec le jeu de profondeur.

  8. STEPHANE dit :

    Tu as tout a fait compris!!, j,adores cette perspective,et l,impact quelle peut produire,j,en suis trés fiers. stephane

  9. Veridis dit :

    2 millions de précommande par les magasins de disques dès l’annonce de la sortie d’equinoxe.

    Avez-vous remarqué que la première mesure du morceau « equinoxe VII » a été empreinté à la Pastorale de Corelli ?

    Au Midem de 1979 à Cannes l’album Equinoxe est diffusé sur le port accompagné de feux d’artifices et de lasers.

    Pour les collectionneurs :

    le maxi vinyl bleu « equinoxe IV » remixé, le maxi promo vinyl bleu sans pochette, le 33T japonnais avec la pochette représentant un algorythme en 3 dimensions rouge sur fond bleu ainsi que le 33T américain ressorti avec une nouvelle pochette sont des pièces demandées.

  10. david dit :

    le maxi 45 bleu d’Equinoxe je l’ai deniche en 2001 lors du marche aux puce mensuel de Tours… C’est vrai que les vinyls en couleur doivent etre rare

  11. STEPHANE dit :

    Eh oui ! la vie deviend morose, meme les vynils!!!. stephane

  12. Pierre dit :

    Cet album est génial du début à la presque fin. Seule la conclusion me déçoit car c’est une reprise du thème de la partie 5. J’aurais préféré que cela s’arrête subitement après le passage de « L’orchestre sous la pluie »! Mais à part ça, excellentissime.

  13. cyberspace7119 dit :

    Je connais énormément de personnes qui considèrent EQUINOXE comme le meilleur disque de Jarre. Même si je n’irais pas jusque-là (c’est loin d’être mon préféré), les cinq premiers morceaux sont tellement géniaux que ce disque reste un must pour moi. Dommage que les trois derniers ne suivent pas, trop monotones et anodins.

    7/10

  14. FAB13 dit :

    Quel synthé est utilisé sur la mélodie d’Equinoxe 5? J’y trouve un effet d’echos, impossible à reproduire sur mes synthés !!

  15. JIssé dit :

    Les albums que j’écoute le plus souvent sont Oxygène et Equinoxe. Ils se complètent. En fait pour mes oreilles, le top des 3 albums les plus travaillés de tous les temps, sont Oxygene, Equinoxe et The dark side of the moon, des Floyd.
    C’est quoi un album de légende. Quand vous choisissez un disque dans votre discothèque, vous ne voyez que celui-là. Pourtant, il y en d’autres très bien réalisés, eux aussi, mais c’est comme çà, c’est gravé dans la pierre, ou plutôt sur un vinyl ou un vrai CD.
    J’album Electronica est très bien ficelé, car ici, on rend hommage à la musique électronique.
    Je me permet de vous informer que je viens de réaliser un album, « le message de la geisha », qui a nécessité deux années de travail. Vous trouverez mon projet sur youtube à l’adresse suivante: https://www.youtube.com/watch?v=jCDE0iXV3xs
    Merci pour les avis que vous pouvez laisser sur Facebook
    Musicalement vôtre
    Jissé

Répondre

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont