The symphonic Jean-Michel Jarre – Album studio – 2006

Pochette The Symphonic Jean-michel JarreDéjà un classique. Il ne s’agit pas d’un album studio à proprement parler mais bien d’un remix des plus grand tubes de Jarre enregistré par l’orchestre philharmonique de Prague, dirigé par Nic Raine. La soprano Charlotte Kinder (brillante soliste sur la reprise de Gloria, Lonely boy), avec les choeurs du Crouch End Festival, assurent la partie voix.

> Présentation

Large sélection de la discographie de Jarre, notamment de l’album Revolutions (5 titres), cet album enchantera les afficionados. Grandes envolées de violons, cuivres et percussions reprennent fidèlement l’esprit des modèles. Les legato de la partie 2 de Révolution industrielle ont même donné des crampes aux 26 violonistes.

Des arpèges électroniques se superposent au philharmonique pour coller au côté kaléidoscope de quelques titres (Equinoxe, Chants magnétiques I et le bondissant Chronologie 2). Si la palme de l’émotion revient à Souvenir de Chine, celle de l’originalité revient à la dernière rumba, qui ajoute au disque une note de fantaisie et de liberté. Acropolis est une composition ample et cinématographique. Les deux standards Oxygène et surtout Rendez-vous n’atteignent, quant à eux, pas des sommets.

Du reste, le disque II est en dedans du reste, sauvé par l’épique rendez-vous deux (avec des choeurs à vous donner le frisson) et les deux extraits de revolutions. Souhaitons beaucoup de succés à ce « Symphonic » méritoire bien qu’inégal. Jean-Michel n’aura pas attendu longtemps avant que ses talents de compositeur ne le mette dans la même catégorie que son père Maurice Jarre.

> Paroles du producteur et du chef d’orchestre

Nic Raine (chef musical, chef d’orchestre et arrangeur en chef du projet) explique sa passion pour le projet :

La musique de Jean Michel Jarre m’a été présentée par des amis quand elle est sortie. J’ai été immédiatement impressionné par sa fraîcheur, mais, du fait de mon amour de la musique orchestrale, je n’étais pas spécialement un fan. Mais ce qui est intéressant c’est combien sa musique a tenu l’épreuve du temps, parce qu’à présent, après avoir été immergé dedans quelque temps, je suis devenu un vrai fan ! C’est une joie, un ode à la mélodie, un goût et une absence de prétention qui passe à travers toutes les générations et les goûts musicaux. (…)

L’idée de base était non seulement de saisir l’esprit de la musique de Jean Michel mais aussi de lui ajouter une nouvelle dimension. J’ai fait des coupes dans certains passages pour obtenir des choses plus formelles. Mais j’étais toujours attentif à ce que je ne desserve pas l’esprit des originaux, ni ne vexe pas les fans de longue date. J’espère avoir réussi du mieux que j’ai pu eet qu’il m’accorderont un crédit artistique.

James Fitzpatrick, le producteur, donne son point de vue enthousiaste :

J’ai toujours été un admirateur du travail de Jean Michel peut-être en partie du fait de mon amour pour la musique de son père Maurice Jarre. Comme beaucoup de personnes, je possède Equinoxe, Oxygène, etc. dans ma collection d’albums mais j’ai perdu le fil de sa musique après ceux-là. J’ai toujours pensé que quelques-unes de ses compositions feraient de formidables morceaux pour l’orchestre.

Composition de l’orchestre : 14 premiers violons, 12 seconds violons, 10 altos, 10 violoncelles, 5 contrebasses, 3 flûtes (dont 1 piccolo) 2 hautbois, 3 clarinettes (dont 1 clarinette basse), 3 bassons (dont 1 contre basson), 6 cors, 3 trompettes, 3 trombones, 1 tuba, un piano celeste et un clavecin, 6 joueurs de percussions, 1 harpe, 1 « cymbale hongroise », 1 guitare basse et 1 guitare électrique. Ajoutez à cela, un choeur de 100 voix, et une soprano.

Et si la musique classique était l’avenir de la musique électronique ?

Disque 1 :
Chronologie 1 5 sur 5
Chronologie 2 5 sur 5
Chronologie 3 4 sur 5
Gloria Lonely, Boy 2 sur 5
Equinoxe part IV (pas réussi, c’est le moins que l’on puisse dire !) 2 sur 5
Jonques de pêcheurs au crépuscule 4 sur 5
Souvenir de Chine 5 sur 5
La dernière rumba 4 sur 5
Révolution industrielle 1, 2 et 3
  5 sur 5

Disque 2 :
Eldorado 2 sur 5
Oxygène 13 1 sur 5
Chants magnétiques 1 2 sur 5
L’émigrant 4 sur 5
Rendez-vous 25 sur 5
Rendez-vous 4 3 sur 5
Acropolis (morceau qui se prétait d’emblée à l’interprétation par un orcehstre symphonique) 5 sur 5
Computer week-end 4 sur 5

> Ressources sur l’album

 


14 commentaires

  1. Pierre dit :

    Moi qui suis musicien d’orchestre, j’ai plutôt bien apprécié le travail fait sur l’orchestration.Les arrangements évitent bien l’effet « pompier » que je craignais en achetant le disque. Le gros bémol vient du choix des oeuvres qui ne me parait pas toujours judicieux: Jonques,Eldorado,Computer,L’émigrant sont des morceaux « mineurs » qu’il aurait mieux valu délaisser au profit d’autres.J’aurais bien entendu un Oxygène 2 (même à la place du 4) et un Equinoxe 7.
    Le seul morceau vraiment raté est pour moi Rendez-Vous 4; la naïveté de sa mélodie ne s’accorde qu’avec des sons électroniques.Joué par des cordes c’est ridicule.

    ..::Webmaster::.. Je suis d’accord, Pierre, Rendez-vous IV ne peut se jouer avec une formation classique. En revanche, Rendez-vous II et Jonques c’est le contraire, cela vient du classique pour devenir électronique. Curieux aller-retour que cette réinterprétation classique !

  2. meyer mike dit :

    Je me souviens d’une démo du premier clavier de J Michel Jarre dont j’ai oublié le nom (dans un magasin de musique.) Il n’arrêtait pas de se moquer de Richard Clayderman.

    la mélodie de rendez vous 4 est effectivement d’une pauvreté ridicule.

    On peut voir la paille chez le voisin pas la poutre dans son oeil!!

    On retient de Jm Jarre le show commercial et tape à l’oeil.

    L’arranger en classique, aucun intéret!!!

    Mike

  3. sebjarre dit :

    c’est certains que rendez-vous 4 en classique me fait plus penser à un générique de serie américaine des années 80.sinon un qui me fait frissoner à chaque fois c’est l’émigrant.

  4. David dit :

    Pareil que Sebjarre, RDV 4 dans cette version m’a toujours fait penser aussi aux genériques 80′s des séries américaines…. lol
    Ceci dit, bien qu’effectivement ce morceau ne fait pas partie de ce que Jarre a composé de mieux dans carrière, il reste que ca sera toujours un grand classique que beaucoup de gens ne connaissent que de Jarre… sic

  5. sebjarre dit :

    c’est sur que rendez-vous 4 sera et restera toujours un grand classique de jarre ,mais pas en musique classique c’est sur.sinon pour toi david ,quel titre se rapporte le plus à une interpretation classique?
    jarrement vôtre

  6. David dit :

    Ben, je verrais plus une interprétation classique des morceaux comme RDV 2, chronologie 1 ou Jonques de Pêcheurs par exemple. Voilà Sebjarre ;-)

  7. sebjarre dit :

    merci david

  8. Klaark dit :

    « Et si la musique classique était l’avenir de la musique électronique ? »

    La question mérite effectivement d’être posée. ça pourrait être une excellence idée d’article. En attendant, en voici toujours quelques exemples :

    -WENDY CARLOS « Switched On Bach » : le plus évident
    -MAXENCE CYRIN « Modern Rhapsodies » : reprises de standards electro en version piano solo.
    -FRANCESCO TRISTANO « Not For Piano » : quand le piano est mis au service de structures électro.
    -V/VM « Dimitri Shostakovitch : The Missing Symphony » : énorme cut-up des symphonies de Shostakovitch dans le but d’en former une seule, humainement impossible à jouer.
    -CARL CRAIG & MORITZ VON OSWALD « Recomposed » : triturage de Ravel et Moussorgsky par deux figures de l’electro
    -URI CAINE : musicien new-yorkais remarqué pour ses réarrangements des compositeurs classiques (Mahler, Mozart…) chez Winter&Winter
    -ARIELLE DOMBASLE « Liberta » et « Extase » : parce que dans l’exercice de mélanger classique et électro, il y a parfois de la casse!

    Si vous voyez d’autres disques du même genre…

  9. fabrice dit :

    Il ne faut pas oublier l’excellent Goes Classic du grand Klaus Schulze

  10. fabrice dit :

    c’est vrai que rendez-vous 4, avec son coté « pompier », est malheureusement peut-être le seul morceau de Jarre connu par un bonne partie des Français (ce qui nous vaut à nous, amateurs de Jarre, d’être souvent mal compris, et d’être pris pour des gens de mauvais goût musical)
    Et ce morceau colle encore et encore à l’image de Jarre… comme un poids lourd à porter.

    Il faut cependant remettre ce morceau dans son contexte; composé (ainsi que l’ensemble de rendez-vous) quasiment exclusivement dans l’optique du concert de Houston, c’est à mon sens un morceau qu’il faut comprendre comme un ode/un hymne à l’esprit frondeur, et de militarisme naif propre aux USA (sybolisé par la NASA). Cet optimisme naif et conquérent est assez magistralement mis en musique dans ce morceau, il convient juste de ne pas le prendre au premier degré et de comprendre ce qu’il symbolise et exprime. En celà c’est assez loin d’être du « pur Jarre » dans le sens ou l’on ne trouve pas la dimension « mélancolique » ou « nostalgique » qui teinte habituellement même les autres « tubes pop » (oxygène 4 ou 8, ou même Equinoxe 5, etc.) de Jarre et qui leur confère une certaine ambivalence entre exaltation naïve et drâme.

    Dans ce morceau tout représente cet esprit Américain; sympathique par sa confiance en lui même et prêt à partir à la conquète de l’univers.

    En ce sens je crois que l’interprétation de Nick Raine est vraiment géniale et bien sur très second degré. Faire de rendez-vous 4 une musique de générique de feuilleton Américain type « chips » ou l’on imagine tout de suite des grandes autoroutes de Los Angeles sillonées par des chérifs justiciers à moto; rempli de leur confiance en leur rôle d’aventuriers « happy-end » et de garants de l’ordre… C’est évidement une parodie tellement le cliché est poussé à l’extrème, et le résultat, pour peu qu’on le prenne pour ce qu’il est (comme une parodie des US) est vraiment excellent.

  11. fabrice dit :

    à mon sens les morceaux qui pourraient être très interessants en version symphonique:

    Equinoxe part 1,2,3 et 4 à la suite (morceaux indissociables)
    Je pense qu’on aurai là droit à une vraie symphonie en 4 mouvements

    Oxygène part 1 et 2 à la suite (là encore morceaux indisociables)

    Oxygène part 7,8,9 à la suite.

    Rendez-vous 1,2 et 3 à la suite (100% acoustique dans la partie 2)

    l’ensemble des révolution industrielle (dont la partie 3 manque ici)

  12. Frank Boisgontier dit :

    @Klaark : à ta liste déjà fort complète, j’ajoute le japonais Tomita qui s’est fait une spécialité de reprendre du classique au synthé, dans la même veine que Wendy Carlos.

  13. Melotronic dit :

    Auraient du être transcris pour Orchestre:

    Oxygène 1, Oxygène 5 part 1 et même part 2 (puisque le thème est très proche du Boléro de Ravel) et le magnifique Equinoxe 2.

    En ce qui concerne « Goes Classic » de KS, ce n’est pas ce qu’il a fait de mieux à mon goût …
    J’ai l’impression d’écouter de simples midi files …

  14. Frank Boisgontier dit :

    @Melotronic : bien d’accord avec toi à propos de « KS goes Classic ». Il aurait dû s’abstenir de le faire, celui-là…

    D’une manière générale, si la musique de Jarre se prête bien à l’adaptation en classique c’est parce qu’elle est surtout… mélodique ! Il est beaucoup plus difficile de faire des adaptations de Tangerine Dream ou de Klaus Shulze (je parle de leurs productions des années 70) pour orchestre par exemple.

    Je me souviens avoir entendu, il y a une bonne quinzaine d’années de cela, un disque de reprises de titres de Kraftwerk par le Balanescu Quartet. C’était… curieux, mais très réussi (mais curieux) :-)

Répondre

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont