Archive pour 12 janvier, 2007

Vangelis – Mask – 1985

Pochette de Mask par Vangelis et Adam ClaydenDu synthé « monacal ». Jamais Vangelis n’est allé aussi loin dans la rencontre du chant baroque et du synthétiseur. Rien à voir avec le film du même nom, ce disque est très peu hollywoodien. Cette symphonie électrique en 6 mouvements fonctionne comme un labyrinthe avec de multiples thèmes musicaux. Voici une ébauche succincte de chaque morceau.
N°1 : Arpégiateur et choeurs classiques, très amples, avec un moment de calme à une voix entourée de deux montées très brutales.

N°2 : Lente procession de synthé, puis psalmodies, pas désagréable.

N°3 : Le morceau le plus disparate, qui démarre un peu comme un « Chariots de feu » aux sonorités plus inquiétantes. Il se développe avec de multiples rebondissements, sorte de « rhapsody in dark », entendue au sens plus Queen que Gerschwin.

N°4 : Cela devient « space » : interminable séance de psalmodies en latin (8’46), soutenue un motif répétitif et une basse acoustique. Qu’est-ce que les moines ont à voir avec le thème du masque ? C’est l’origine du titre de ce commentaire.

N°5 : commence comme le mouvement N°1 accéléré, mais ses arpèges se concluent dans un magma synthétique véritablement délirant. Il reprend au milieu un rythme plus carré et un chant soprano très agréable à l’oreille.

N°6 : Le CS80 de Vangelis effectue un crescendo auquel répond un choeur masculin, pour finalement réatterir en douceur sur le thème du mouvement N°1. C’est un des Vangelis les plus hermétiques.

Je conseille Mask aux amateurs de musique classique qui voudrait goûter au moins une fois à de la bonne musique électronique.

Lire aussi : Article sur Vangelis et le synthétiseur

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont