Tangerine Dream – Force Majeure (1979)

Pochette de 'Force Majeure'Nous sommes en 1979, au moment où les premiers synthétiseurs numériques pointent leur nez. Peter Baumann a quitté le groupe, et donc Christoph Franke  a encore plus de machines à s’accaparer. L’album Force Majeure (À ne pas confondre avec le film signé Pierre Jolivet en 1988) peut être considéré comme un des plus aboutis du groupe sur le plan mélodique. Les synthétiseurs et les séquenceurs analogiques sont, bien entendu, les principaux protagonistes de ce dynamique album.


> Premier titre

Le morceau-titre, un titre épique de 18’21 est une pièce de rock progressif, avec des passages tumultueux. La batterie de Klaus Krieger donne un relief plus rock à l’ensemble, qui se promène le long de séquences complexes. La guitare d’Edgar Froese se fait plus âpre, suivant une grille psychédélique. On rencontre même des bruitages de trains et autres bruits fantomatiques. Les synthétiseurs aménagent un espace de mélodie zen ou les modes mineurs et majeurs (ah oui ! toujours les jeux de mots) s’entremêlent. L’atmosphère change du tout au tout et nous voici dans un entre-deux planant. Le dernier tiers du morceau est une longue et délicieuse improvisation composée de deux parties, une première aérienne, svelte, quasiment rythm ‘n’ blues, et la dernière nettement rythmée, où un synthé lunaire perce d’une superposition de séquences alambiquées. Le tout s’engloutit dans la pénombre de nappes crépusculaires. Légèrement décousu mais captivant. 

 


> Deuxième titre

Cloudburst Flight (7’28) permet à la guitare de Froese de donner une touche acoustique. Une basse lancinante permet au synthétiseur de Franke de prendre des accents épiques, rejoint par la guitare électrique de Froese, qui rugit avec virulence. Les arpèges de synthé sont l’arrière plan d’un – de nouveau – solo inspiré. Dommage que la deuxième moitié du morceau n’ait pas le temps de prendre son envol. Le meilleur morceau de l’album. 

 


> Troisième titre 

Le dernier titre, The Metamorphic Rocks (14’30), met à l’honneur le batteur et les boucles rythmiques. Ses quatre premières minutes sonnent comme un final de groupes comme Camel ou Caravan, avec une guitare  saturée et de longues notes tenues. Puis, le son se dissout dans un grand tourbillon électronique. La torsion d’un son blanc mute sous la forme d’un arpégiateur et l’espace sonore s’emplit des graves. Des bruitages évanescents inquiétants (le cri du loup, des échos de voix) rythment la deuxième moitié de ces « roches métamorphiques », à la structure très rigide. Vous l’avez compris, ce n’est pas aussi varié que le reste. 

Pour me résumer, ce disque est pour moi l’un des meilleurs du groupe avec Stratosfear et Le Parc. C’est aussi le dernier album fait en analogique, qui parachève l’oeuvre des premiers albums. À mettre entre toutes les oreilles !

> Lire aussi : Ma discographie compacte de Tangerine Dream.

3 Réponses à “Tangerine Dream – Force Majeure (1979)”

  1. fabrice.baudinot Dit :

    Le 3eme morceau est utilisé aussi dans l’excellent Thief…..leur meilleur B.O
    Un de leur album je pense le plus rock donc le plus rythmé…..en un mot INDISPENSABLE

  2. Frank Boisgontier Dit :

    C’est curieux, mais je n’ai jamais acheté ce disque, car je le trouvais chronologiquement trop proche de « Tangram » et « Cyclone » que j’avais trouvés tous les deux particulièrement ch… ennuyeux.

    Mais là, avec 4 étoiles, je pense que je vais me laisser tenter lors de mon prochain passage à la FNAC.

  3. Mmarkus Dit :

    L’un des mes préféré, j’avais 14 ans, et commençait ma collection de vinyl, sont coté Rock m’avait un peu surpris, mais tout cela a fini par très bien passer. Peut-être « Cloudburst Flight » reste un des meilleur moment progressif, tout commence avec un guitare acoustique et de douces nappes, ensuite les rythmes, les thémes et les séquences se superpose, pour aboutir a un vraiment très bon solo de guitare electrique avec un son plutôt bizarre (peut-être testait-il un des synthé guitare Roland ou ARP de l’époque?), un des meilleur de TD a mon avis (voir aussi le centre de « Invisible Limits » sur Stratosfear, « Coldwater Canyon » sur Encore ou le « Beach Theme » sur Thief), et la douceur revient aussi en progression avec une sympathique séquence avec une pseudo-flute plutôt analogique son type Sinus… j’aime aussi beaucoup tous les changements sur la première face, très dynamique mélant la guitare et la batterie, le second thème après le « passage du train » et aussi l’un des plus beau, une joli superposition de séquences, string-machine et un très bon thème qui subit des effets tordant de phasing ou autre chose. Les harmonie subtilement choisi je dirait. Peut-être un peu moins le dernier »thru métamorphic rocks » que certains adorent, et commence bien, jusqu’a que la musique soit avalé par une overdose d’effet comme dans un Aquarium, et la séquence prennent sa place, peut-être la fin est-elle un peu longuette même si elle commence bien, car aucun thème y est présent, juste des effets d’introduction et une sorte de loup qui hurle… je conçoit que cela peut convenir à d’autres.
    (d’après un interview, la fin correspondrai en partie a une erreur d’une des machine, étant devenu folle, le résultat avait été enregistré tel quel!).

Laisser un commentaire

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont