Klaus Schulze, l’aventure continue

Klaus Schulze..::Article co-rédigé par etiennefroes et Jean-Baptiste H. ::.. Après l’album Timewind, afin de pouvoir travailler comme il l’entend, Klaus quitte Berlin et s’installe à Hambühren, en pleine forêt, près de Hanovre. Dans ce qui devient son QG ou son cocon, il fait installer des studios enregistrements, des ateliers vidéo, des bureaux et une scène. Il enregistre à Frankfort et publie Moondawn (1976), dans le même esprit. Simplement Harald Grosskopf l’accompagne à la batterie. C’est avec lui que naîtra le groupe Go. Puis, ensemble, en 1977, ils modèlent Body Love (bande originale d’un film érotique), et sa séquelle Body Love part 2, puis le best-seller Mirage. Ensuite, c’est le double album X (qui lui n’est pas pornographique), qui possède quelques ressemblances avec Equinoxe.
Dune voit le jour en 1979, comme hommage au roman de science-fiction de Franck Herbert. Klaus Schulze choisit de publier plusieurs disques sous le pseudonyme de Richard Wahnfried, clin d’œil à Richard (Wagner) et à Wahnfried (le nom de la maison de Wagner à Beyrouth). Il y aura sept disques qui apparaissent sous ce pseudonyme. En 1979, Klaus Schulze crée la maison d’édition « innovative communications ». Il produit divers artistes de musique électronique, activité qu’il mettra entre parenthèse en 1989. Il fait paraître également de disques solos avec un nouveau nom d’artiste : « Richard Wahnfried ». Tout en produisant des albums avec son nom habituel, il a l’occasion de participer à une dizaine de projets dans les années qui suivent. Toujours dans cette effervescence, Schulze monte une école de musique à Hambühren (à ne pas confondre avec l’école de Berlin).



> Klaus… live !  


Klaus Schulze et le Big MoogEn 1980, Klaus sort son premier album double live, sur la base d’enregistrements effectués en 1976 et 1979. La pochette de l’album le représente en face de l’immense armoire clignotante de son qu’est le Big Moog. Dig it (1980) et Trancefer (1981) aborde les années 80 dans la droite ligne du travail méticuleux sur les séquences, mais sur le mode numérique. Les pochettes des albums reprennent le portrait de l’artiste sous diverses représentations graphiques. Le double CD Audentity est un disque qui introduit pas mal d’accidents et des cassures de rythme (avec des accents jazzy), en formation avec Rainer Bloss (aux claviers), Wolfgang Tiepold (au violoncelle) et Michael Shrieve (percussions). Suite à cet album, Klaus sort un double album live de sa tournée en Pologne (où l’on recroise les villes chère à Jean Michel, dont Gdansk). En 1983, Angst est un film très sombre et violent sur l’univers mental d’un meurtrier psychopathe construit autour de l’album éponyme du natif de Berlin. Mais ce film n’est jamais sorti en France, censure oblige.


 > Des salles toujours plus prestigieuses   

Klaus Schulze, l'aventure continue dans Klaus Schulze Schulze1986 est l’année du disque Dreams. Ce disque exalte violons, choeurs numériques et même de la huitare acoustique (!). En=Trance et Miditerranean Pads closent cette année 80 encore une fois très riche en disques tous plus longs les uns que les autres (une heure et demi est la norme). En 1989, Klaus Schulze donne son dernier concert à Dresde avant la chute du mur de Berlin. C’est autour de cette époque qu’il signe dans la grande maison de disque Virgin de Richard Branson. Klaus jettera son dévolu sur Londres (Double CD Royal Festival Hall Vol. 2, 1992) et Cologne (The Dome Event, 1993). Sur ces enregistrements, s’entrecroisent musique prises sur site et enregistrement en studio à Hambühren. Klaus compose une nouvelle musique de film, Le Moulin de Daudet, dernier disque sorti chez Virgin France.


 > La tentation classique  

1994 est l’année de la montée au filet «classique» assez grandiloquente, sur le label ZYX, à mettre en parallèle avec les tentatives de Rick Wakeman. D’abord avec le disque Goes classic (Brahms et Beethoven, entre autres), puis Totentag. C’est le premier opéra de Klaus Schulze, en sept tableaux, 1h45 avec d’authentiques chanteurs d’opéra. Das Wagner Desaster, engistré à Paris et à Rome en mai 1994 avec le claviériste et chanteur Dennis Lakey, continue l’œuvre de Goes classic, avec des mixes d’anciens morceaux. Les percussions sont nerveuses, comme les envolées de claviers, tandis que les échantillonneurs sont en roue libre. J’ai de gros problèmes de sincérité musicale avec ce pastiche d’orchestre symphonique.


 > Le fond et la forme     


Klaus Schulze ne devrait pas fumer vu sa santé fragile !Manuel Göttsching, l’ancien guitariste d’Ash Ra Tempel, participe à l’album suivant, In blue, en 1995, qui est un retour aux sources sous forme de triple album et du morceau-titre de 78 minutes ! Le troisième disque est constitué de trois extraits de concerts (1983, 1994 et 1997). La signature d’un contrat avec WEA, qui a signé également Enya. C’est la période du redressement de la discographie de Klaus Schulze, puisqu’il enchaine avec un de ses meilleurs albums, Are you sequenced ?, qui a l’avantage d’être constitué de morceaux inhabituellement courts (seulement 10:22 pour le plus long d’entre eux). Au milieu des années 90, il est approché par des artistes techno, pour revisiter son univers avec des beats de dance music. Business is business…
La suite serait encore plus chaotique pour le prince de la space music, avec des publications assez confidentielles, voire des tirages limités (CD de promotion pour le synthé Andromeda, 2003, et la marque Alesis), jusqu’à Moonlake (2005) et des rééditions d’anciens titres chez Rainhorses records (Ballett I, II et III). Kontinuum peut être également considéré comme un excellent album, subtile exhumation des séquences de Blackdance et des mélodies des années 70.

La discographie de Schulze s’allonge encore avec toutes ses collaborations diverses. Mais avec Klaus Schulze, on peut s’étendre jusqu’au bout du dernier sillon ! À condition que les disques de Klaus Schulze soient mieux distribuées en France, lui qui adore notre pays (voir photo en haut).

En 2008, Schulze monte sur scène avec l’accord de ses médecins pour interpréter avec Lisa Gerrard un duo lors du Prog Rock Festival III, dans la continuité de leur album en duo Farscape.

Après plusieurs décennies de carrière, le bilan de ce musicien extrêmement productif est impressionnant tant par la quantité de disques produits que par sa musique ou se retrouvent voix d’opéra et autres, rythmes, musique répétitive et sons électroniques divers. Klaus Schulze est une référence pour la plupart des musiciens de musique techno.

À deux reprises, les problèmes de santé de Klaus Schulze ont failli interrompre définitivement sa carrière.



> Sondage

Parmi ces albums, quel est le meilleur de Klaus Schulze ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

 


10 commentaires

  1. fabrice.baudinot dit :

    Voila un choix assez difficile car malgré une gargantuesque discographie,le maître Schulze n’à jamais pondu de « navets »…..chaque période possède des chefs d’oeuvres et d’autres albums très bons.

    Il ne fait aucun doute que le prochain sera exceptionnel.

  2. Yanick dit :

    Choix très difficile mais pour ma part j’ai un faible pour la série Dark Side of the Moog avec Pete Namlook. J’aime particulièrement le 5e album ;-)

  3. POIRIER Dominique dit :

    Dans les disques déjà paru.
    Dune,Moondawn …Live…
    Moonlake

    Mais de toutes les façons le meilleur c’est le prochain.

  4. fabrice.b dit :

    Tu as raison Dominique et le prochain qui va paraitre le 1er decembre s’annonce titanesque…..un double CD du concert de Loreleï 2 DVD du même concert dont un bourré de bonus…..réservé vos coffret mes amis…….

  5. Yanick dit :

    Bien entendu, il s’agit du coffret Rheingold
    http://www.myspace.com/klausschulzerheingold

    Dans les bonus, il va y avoir une entrevue exclusive KS avec Steve Wilson de Porcupine Tree. EXCELLENT groupe en passant !
    ..::Webmaster::… Porcupine Tree est un des groupes les plus intéressants que j’ai entendu ces dernières années.

  6. MYGALE dit :

    2 Bonus DVD de 65 min approx chacun.
    Klaus Schulze au travail dans le studio de RealWorld avec Tom Dams son ingé Son ainsi qu’une discussion KS/Steven Wilson de 60 min approx aussi.

    Coffret du DVD concert DVD Bonus CD audio avec des morceaux inedits.

    Sortie prévue debut Decembre 2008
    ..::Webmaster::.. Mon article sur le concert Rheingold est ici.

  7. delmas jj dit :

    choix quasi impossible -
    j’ai vote mirage mais j’aurais pu cocher time wind et meme le 1er body love -
    ai decouvert schulze dans les annees 70 ,et depuis accro total-
    ce mec m’a toujours fait penser (du moins souvent) a J S Bach et meme Wagner -continuite germanique ?
    je viens de decouvrir ,qu »apres les periodes bizarres (85 ,90 et apres ) il renoue avec l’inspiration des annees 70 (par exemple ballet que j’ai juste ecouté par bribes sur internet )

    opinion toute personnelle :il restera un des musiciens les plus importants de l’epoque contemporaine :du grand baroque contemporain ,et il aura aide pas mal de personnes ( ???)dans le grand plongeon introspectif ,
    meditatif (!!)-
    de quoi equilibrer ou restaurer un tantinet ,peut etre ,la deshumanisation galopante de cette epoque etonnante et disgracieuse

  8. fabrice baudinot dit :

    Je viens de recevoir le coffret CD/DVD Rheingold et je peux vous assurer que c’est de la bombe…..les morceaux avec Lisa Gerrard sont splendides….sa voix sublime et intemporelle transcende sa musique et les morceaux solo sont à tomber par terre.

  9. Frank Boisgontier dit :

    Dur, dur de n’en choisir qu’un, en effet, et j’ai finalement cliqué sur « X » qui est une bonne synthèse du style Schulze. Mais en voyant le résultat, je me dis que j’aurai du donner ma voix à ce pauvre « En=Trance », qui stagne à 0%, et que j’aime particulièrement puisque c’est avec lui j’ai découvert la musique de KS ; le morceau « FM Delight » est pour moi sans doute le meilleur qu’il ait composé à ce jour.
    ..::Webmaster::.. Il y a pourtant un lien « voir les résultats » avant de pouvoir voter, ce qui éviterai tout remords. :)

  10. serge aubert dit :

    Pour les trois premiers cela m’ est très facile de faire un choix…Après c’est quasi impossible de déterminer lequel que je classerai en quatrième…Aller!! je vais essayer !
    1° TIME WIND
    2° MIRAGE
    3° KONTINUUM
    4° CYBORG

    Après je mets au même niveau IRRLICHT PICTURE MUSIC BLACKDANCE ;bref tous les autres y compris le mal aimé TOTENTAG et les series DARK SIDE OF THE MOOG ; LVE ; CONTEMPORARY WORKS et WAHNFRIED.

    Peut être que celui que j’aime le moins serait….INTER FACE.

    KLAUS SCHULZE fait parti de ma vie depuis 42 ans et il ne se passe pas 3 jours sans que j’écoute ses sublimes compositions !!!

Répondre

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont