Moby, le drôle d’animal

Moby se prend la têteMoby, de son vrai nom Richard Melville Hall, est un musicien électronique américain né le 11 septembre 1965 dans le quartier du Bronx à New York.
Suite au décès de son père en 1967 d’un accident de voiture, sa mère Elizabeth l’élève seul dans le Connecticut. Le surnom Moby correspond à un des aieux du jeune Richard, l’écrivain Melville du roman fantastique Moby Dick (c’est son arrière-grand oncle).

Après des débuts punk en amateur, il se tourne vers la scène techno en publiant de nombreux disques sous divers psudonymes. Il commence une carrière solo en 1991, avec Instinct Dance. Jouant de la guitare, Moby va faire son trou derrière les platines.

Richard connait un succès avec le titre Go, qui sample une partie du générique de la série télévisée Twin Peaks. Il sort à intervalle rapproché deux albums aux thèmes et aux ambiances radicalement opposé : Everything is Wrong en 1995 (un disque 100% électronique assez soporifique) et Animal Rights en 1996 (un disque rock rageur sur le thème de la maltraitance des animaux). Moby a sans cesse rappelé en interview son attachement aux thèse écologistes, au point de fonder son propre restaurant végétarien à New York.

Il consolide sa notoriété en signant le morceau Demain ne meurt jamais du nom d’un James Bond avec Pierce Brosnan, qui est issu de la compilation de ses musiques de films I like to score (1997). Cet ensemble de singles marquent son ancrage de longue durée dans le monde de l’électronique.

 


 

> Le triomphe commercial  

 


 

Moby se prend encore la tête !V2 Records fait signer le jeune homme en 1999. C’est cette année-là que le disque Play que Moby va réellement décoller sur le plan international. De cet album seront tirés une pléiade de singles accrocheurs, dont les célèbres Run On, Honey et surtout Why does my heart feel so bad ? Dans cet album, Moby va insufler une grande dose de chant gospel, auquel il va adjoindre des claviers célestes. Toutes ces bandes-sons trouveront grâce aux yeux des publicitaires, qui s’arrachent ses mélodies, dont Porcelain, qui deviendra l’égérie d’une marque de voture française. Moby a pris l’ahbitude de sortir deux disques au lieu d’un seul, les B-Sides de Play accompagnent les premières éditions des CD, avant d’être vendus séparément. Il s’agit de morceaux non retenus pour l’album éponyme.

En 2002, Moby prolonge les inspirations soul de l’album avec 18, qui trouve dans les mêmes recettes musicales un écho très favorable dans la presse et chez le public. Sinead O’Connor y donne de la voix sur le titre Harbour. Le single de cet album s’appele We are all made of Stars.

Un DVD de la tournée qui a suivi 18 est publié en 2003. En tournée, il est généralement à la guitare, avec une ou plusieurs chanteuses, un clavieriste, un batteur et un guitariste solo.

En l’an 2005, Moby sort Hotel, un album très équilibré, mais qui, hélas, connait un succés bien moindre que ses deux précédentes productions. À cette époque, les engagements parfois flous (le changement climatique, le candidat démocrate à la présidence John Kerry), outrés (la défense des animaux, la lutte contre les multinationales) ou simplement trop nombreux de l’artiste finissent par le desservir. Dans cet album, le rock souple cotoît les ambiances éthérées. Un DVD, Hotel Tour, est édité après cet album.

Pour l’année 2006, Moby publie un best-of intitulé Go : The Best of Moby, qui reprend dix ans de carrière. Il enregistre à cette occasion un titre en compagnie de Mylène Farmer.

En 2007, il est programmé pour le Festival Powerstock derrière Jean Michel Jarre mais le concert est annulé à la dernière minute.

Moby figure au Guiness Book des records pour la chanson la plus véloce de l’histoire de la musique, avec le titre Thousand, qui évolue à 1000 bpm (mille battements par minutes).

Depuis mars 2008, l’album Last Night est sorti en France, mais je n’ai pas eu le loisir de l’écouter encore. Il sera pour cet album aller collaborer avec quelques grands noms de rap américain, ainsi que le frenchie Abd Al Malik. Il participera aux Eurockéennes de Belfort cet été.

 

 


 

> Discographie   

 

 


 

  • Instinct Dance (1991)
  • Moby (1992)
  • The Story So Far (UK) (1993)
  • Ambient (1993)
  • Everything is Wrong (1995)
  • Animal Rights (1996)
  • Play (1999)
    Image de prévisualisation YouTube
  • Play: The B-Sides (2000)
  • « 18″ (2002)
  • Hotel (2005)
  • Last Night (2008)
    Image de prévisualisation YouTube

Ressources : Site officiel de Moby.

Moby interviewé sur l’industrie du disque (en français)

 


Répondre

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont