Portishead – Dummy (1994)

Portishead - Dummy (1994) dans CD / Divers 41u7h-mHy3L._SL500_AA240_

Dummy est un disque envoutant, et cela est dû en grande part à la voix ténébreuse de Beth Gibbons. Elle partage l’affiche de Portishead avec le DJ et programmeur Geoff Barrows, qu’elle a croisé à Bristol. Mais il ne faut pas pour autant minimiser l’apport essentiel de la guitare très rhythm’n’blues de Adrian Butley, qui coproduit l’album et cosigne la musique de la plupart des titres. Il joue même du theremin sur le titre d’ouverture, Mysterons. On navigue dans les soubresauts de la platine de Barrows, qui est soutenu par le jeu de batterie disloqué de Clive Deamer. Les éclats de voix de Gibbons l’entraîne sur le territoire de Billie Hollyday. Parmi les grands noms qui sont samplés, on peut citer Lalo Schifrin (le compositeur du thème de Mission : impossible), les jazz-rockeurs de Weather Report, ou bien encore Isaac Hayes. On ne répétera jamais assez combien le choix d’un sample dépasse le cadre étroit de sa musicalité intrinsèque.


> Le gros son des années quatre-vingt dix


Beth Gibons de Portishead, avec, à l'arrière-plan, Geoff BarowsDu son de Bristol, il faut désormais voir dans Dummy (en français, le mannequin), une sorte de mètre-étalon. Sombre, il l’est. Le dépouillement de titres comme Numb, avec son Rhodes et sa rythmique downtempo, permettent de juger de la plasticité étonnante de la voix de Gibbons, qui fait d’elle le premier cronner féminin de l’ère trip-hop. Melody Maker a fait de ce disque son album de l’année. Grace à Glory Box et sa stupéfiante progression harmonique, Portishead et ses sonorités pénétrantes place ce premier album très haut dans les charts. Le morceau le moins apetissant de cet ensemble délicieux est sans doute pour moi « It could be sweet », qui est trop linéaire pour être intéressant. Pour le reste, l’alchimie est parfaite avec des constructions de morceaux un peu « bancaux » qui font tout leur charme. Je pense à « Wandering star » et son riff de guitare minimaliste à souhait, et la patine désuète de certaines compositions bluesy, qui nous plonge dans l’ambiance enfumé d’une boite de jazz. On navigue dans les soubresauts de la platine de Barrows, qui est soutenu par le jeu de batterie disloqué de Clive Deamer.

> Track-listing

  1. Mysterons
  2. Sour time
  3. Strangers
  4. It could be sweet
  5. Wandering star
  6. It’s a fire
  7. Numb
  8. Roads
  9. Pedestal
  10. Biscuit
  11. Glory Box
    Image de prévisualisation YouTube

> Lire aussi :

Le disque sur Amazon.fr

À propos de Jean-Baptiste

Né en 1977. je ne vis pas de l'écriture, je ne vis pas pour la musique, mais je suis en quelque sorte à mi-chemin des deux. Peut être. ou pas.

Voir tous les articles de Jean-Baptiste

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont