Le Theremin, l’instrument électronique

Le Theremin

Le Theremin (qui connaît plusieurs orthographes) est l’un des tout premiers instruments électroniques. Avant lui, on a pu jouer sur des objets bizarres comme le «Telharmonium» de Thaddeus Cahill (1906), ou sur le «triode» (tube à vide) du pionnier de l’oscillateur Lee De Forest. Mais la plupart des spécialistes s’accorde pour accorder au Theremin le statut de premier instrument électronique fabriqué en grande série. Le deuxième du palmarès est sans doute « les Ondes Martenot », système à rubans, conçues par un français.

Enfin et surtout, c’est le premier instrument où le contact physique avec l’instrumentiste est absent.
Ce à Léon Thermen, un physicien russe que l’on l’invention du Theremin, en 1920. Cet homme brillant (qui a travaillé sur des prototypes de boite à rythmes) et indépendant a été grand lauréat du prix Staline pour la mise au point d’un système de mise sur écoutes. Malgré ces honneurs, la personnalité exceptionnelle de Léon Thermen l’amène à traverser l’Atlantique pour émigrer aux États-Unis en 1928, où le KGB finissent par l’enlever dix ans plus tard, pour l’envoyer au goulag. Il reviendra couler ses derniers jours aux Etats-Unis en 1993.

 


> Particularité de l’instrument

Jarre joue du Theremin durant l'Oxygène Tour de 1997.Le Theremin se présente sous ma forme d’un boitier en bois avec deux antennes électrostatiques, une verticale et une autre, horizontale, en forme de fer à cheval. En faisant vibrer ses mains devant les antennes, on peut ainsi faire varier d’une part la hauteur du son (main droite), de l’autre le volume du son (main gauche). La fréquence obtenue dépend de la distance de la main, plus ou moins importante, de l’une ou l’autre des antennes. Le son du Theremin évoque la voix d’une chanteuse lyrique à la tessiture cristalline exceptionnelle. La « sensibilité » de cet instrument est très importante, ce qui fait qu’il ne produit jamais deux fois le même son, en tout cas en pratique il est quasiment impossible d’aligner deux notes à la couleur identique.
Thermen, quant à lui, a joué avec quelques compositeurs d’avant-garde, comme Edgar Varèse (le coauteur du « poème électronique » avec Xenakis). Son invention a petit à petit glissée dans les trappes de l’oubli. Le «pape» du synthétiseur Robert Moog a contribué à faire connaître cet instrument, qu’il pratiquait régulièrement, en dotant son boitier électronique d’un transistor. Ce n’est que dans les années soixante que l’instrument a connu une nouvelle vague, avec des musiciens de premier plan comme les Beach Boys, les Bee Gees et Frank Zappa. Il est associé avec la voix flottante du générique de Star Trek.
La plus grande joueuse de Theremin se nomme Clara Rockmore, elle a publié un disque intitulé sobrement «l’art du Theremin», avec au programme reprise de classiques du début du XXe siècle (Ravel, Stravinsky, etc.).

> Utilisation par Jean Michel Jarre

Jean Michel Jarre joue du Theremin sur Oxygène 7-13 (1997), et depuis cette époque, cet instrument ne le quitte plus quand il se produit sur scène. Il a d’ailleurs rencontré la famille de Theremin et visité le musée qui lui est consacré. Outre pour Oxygène 10, il l’a utilisé pour créer des transitions entre morceaux, et l’utilise pour le lead d’Oxygène 3 dans sa tournée Oxygène Tour (2008). Il dit de lui que c’est « un instrument très poétique ». À l’occasion de certains concerts, il rappelle les grandes lignes de la vie de Léon Theremin.

 > Le Theremin en recherche musicale

Le Theremin, l'instrument électronique dans Instruments électroniques 365_image_med_Moog_Theremin%20EtherwaveIl existe d’ailleurs un certain nombre de modèles de Theremin depuis les années vingt, qui a été d’abord commercialisé par RCA. Aujourd’hui, certains « fous de l’instrument », comme Laurent Dailleau, l’ont connecté à un ordinateur, pour permettre d’étendre les possibilités de jeu et d’expression (logiciel Max) du vénérable « ancêtre ». Il a d’ailleurs donné une journée de conférences et de concerts à la Cité de la musique de Paris à l’automne 2007. Une manière de produire des œuvres ultramodernes avec la plus vieille des technologies.


> Ressources


  • Lire aussi : Le Theremin sur Wikipedia.fr
  • Pamelia Kurstin au Theremin : Image de prévisualisation YouTube
  • Clara Rockmore au Theremin : Image de prévisualisation YouTube

 


Un commentaire

  1. Laurent Dailleau dit :

    Bonsoir,

    Je ne me nomme pas Laurent dUilleau, mais Laurent dAilleau

    Bien amicalement,

    Laurent Dailleau

Répondre

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont