Les concerts de Tangerine Dream

..::Article rédigé par Etiennefroes::.. Ecrire sur les concerts de Tangerine dream d’une manière sereine et objective n’est pas chose aisée. Certains commentateurs ou fans considèrent que dans la longue existence de ce groupe allemand, il y a des périodes bénies et d’autres honnies. C’est comme si tout était bien avant quitte à mythifier où à rendre parfait le passé, et à considérer qu’aujourd’hui tout est mauvais, que le groupe est gagné par le mercantilisme et qu’il use sans vergogne du playback en concert. Pour essayer de s’approcher de l’objectivité, il faut donc s’écarter de l’agréable légende et refuser de tomber dans le panneau du jugement masochiste et partial d’un fan qui critique tout ce qui se fait aujourd’hui mais qui attend fébrilement la sortie des cd et dvd et les achètent tous.

Tangerine Dream a beaucoup tourné durant sa longue carrière : voir à ce propos les infos que j’ai apporté sur la page wikipedia de ce groupe allemand.


> Musique improvisée

D’après la légende durant la première quinzaine de son histoire, Tangerine dream a fait des concerts dont la musique était improvisée. Une légende est toujours là pour nous faire plaisir et en ce sens elle a forcément tendance à modifier la réalité. On oublie qu’avant de se lancer sur la route des tournées, Tangerine dream passait des heures à travailler sur ses instruments. C’est ainsi que ce groupe allemand est devenu un expert de la manipulation risquée et aléatoire des synthétiseurs en concert de cette époque. Les musiciens allemands partaient donc avec des matériaux sur lesquels. Ils brodaient. L’écoute attentive des divers concerts fournis par les séries « tangerine leaves » et « tangerine tree » montre selon les périodes, des concerts assez différents les uns des autres ou des prestations où certains thèmes reviennent souvent. Cela n’enlève en rien le tour de force qu’étaient les concerts de Tangerine dream en cette période mais nous ramène à la réalité des choses .

> Une mécanique bien huilée

Après cette période heureuse, l’âge d’or pour certains, ce groupe a produit des concerts « bien huilés » durant lesquels le spectateur pouvait entendre une musique très proche du CD qu’il avait acquit. Ces dernières années, Tangerine dream continue dans cette même voie. Le spectateur a quelquefois le privilège d’entendre des versions qui feront l’objet d’un futur disque. En même temps sont apparus, les premiers DVD du groupe allemand et c’est depuis ce moment-là que court la rumeur que Tangerine dream use du playback. Le problème c’est que ceux qui affirment péremptoirement cela s’appuient sur les DVD. Or, le son du DVD et celui du concert sont souvent différents. Au mixage, les sons produits par des instruments conventionnels (une guitare par exemple) sont souvent minorés au profit des instruments électroniques. Des moments où le groupe se plante n’apparaissent pas et sont donc remplacés par de la musique juste. Des images sont parfois ajoutées à celle de la prise de vue du concert. Ce triturage n’est pas toujours très heureux et fait poser des questions sur l’honnêteté de la prestation du groupe : c’est ainsi que certains parlent de playback. Il ne faut pas par ailleurs oublier que la technique (le séquenceur par exemple) offre un confort au musicien électronique. La vision des vidéos des décennies passées comme les DVD d’aujourd’hui montrent souvent les musiciens qui tournent des boutons… Je ne dirais pas que le doute est complètement enlevé mais affirmer en un playback total (une bande son) sur laquelle le groupe mimerait tous les instruments me paraît abusif voire risible.   

 


12 commentaires

  1. Yanick dit :

    J’ai eu l’opportunité d’assister à 2 concerts de TD à Québec au Canada. Mon premier fut en 1988 pour l’Optical Race Tour et le second en 1992 durant le Rockoon Tour. Difficile d’être objectif lorsqu’on est un grand fan du groupe mais j’avoue que j’aurais vraiment aimé assister à un concert durant les années 70 ainsi qu’au début des années 80.

    Je ne veux pas dénigrer la formation actuelle mais je trouve ça plutôt ordinaire et statique la façon dont est présenté leur musique en spectacle. Il y a Iris Camaa qui bouge un peu et qui amène une certaine énergie mais y a pas de quoi en faire un plat !

    J’admet que je retournerais tout de même à un de leur concert mais ce serait davantage dans une perspective nostalgique plutôt que tourné vers le présent et l’avenir.

    Il faut savoir s’arrêter un moment donné…

    Cet adage s’applique également à JMJ et j’espère qu’il saura quand le temps sera venu de débrancher ses synthés…

  2. Psafel dit :

    Je possede trois albums live « recents » de tadream et il faut avouer que c’est strictement la meme chose que sur les albums studio, hormis peut etre la guitare rajoutée en plus et les transitions entre les morceaux. Il n’y a vraiment aucune difference, aucune petite variation, aucune petite difference d’interpretation, tout est identique a la quadruple croche pret au CD original. Les memes effets sonores et surtout les MEMES SONS meme sur un morceau tres ancien periode 70s ou 80s. L’ecoute de « rocking mars » a ete affligeante. Pour moi la supercherie est totale surtout quand on voit ecrit sur les livrets qu’aucun overdub ni aucun instru supplementaire a ete ajouté. On entend donc ce qu’a entendu le public ce soir la.
    Grand fan du Dream depuis « Turn of the Tides », je me permet de dire que je n’irai jamais a aucun de leur concerts pour cela. Une honte pour un groupe de cet acabit. Autant rester en studio et continuer a nous pondre 5 albums par an toujours introuvables dans le commerce.

  3. Pierre dit :

    Enfin des oreilles raisonnables…pour se rendre compte du playback quasi-intégral, nul besoin de regarder les images ni de se demander si le montage est correct; il suffit de superposer le morceau soit disant live avec sa version CD studio. Il n’y a strictement aucune différence, et la bande à Froese pourrait tout aussi bien jouer à la belote sur scène que ça ne changerait rien à la musique.

    PS Apparemment Iris Camaa a été embauchée pour mettre un peu de glamour et de mouvement là-dedans; la pauvre, les seules fois où on entend vraiment ce qu’elle fait,c’est musicalement inepte. A la place de Froese, je poserais une potiche sur mon synthé, avec de jolies fleurs dedans,ça coûterait moins cher.

  4. Pierre dit :

    « L?écoute attentive des divers concerts fournis par les séries « tangerine leaves » et « tangerine tree » montre selon les périodes, des concerts assez différents les uns des autres ou des prestations où certains thèmes reviennent souvent. Cela n?enlève en rien le tour de force qu?étaient les concerts de Tangerine dream en cette période mais nous ramène à la réalité des choses »

    Je suis désolé mais ce passage ne veut rien dire du tout! En quoi le fait que des thèmes reviennent souvent lors des tournées des 70′s nous « ramène-t-il à la réalité des choses » ?? C’est quoi la réalité des choses ?

  5. etiennefroes dit :

    Je suis désolé mais ce passage ne veut rien dire du tout! En quoi le fait que des thèmes reviennent souvent lors des tournées des 70?s nous ?ramène-t-il à la réalité des choses? ?? C?est quoi la réalité des choses ?

    C’est le fait de dire qu’avant tangerine dream improvisait totalement.

    Quant à l’évaluation sur les concerts d’aujourd’hui, j’écoute les témoins qui se rendent aux concerts et qui parlent de plantage qui n’apparaissent pas sur les dvd. Sinon il faut lire ce qui est écrit…

  6. Pierre dit :

    On ne saisit toujours pas si tu veux défendre l’idée que TD improvisait sa musique en concert dans les 70′s ou bien alors que, contrairement à ce que beaucoup pensent, il ne l’improvisait pas. Ce n’est pas clair.

    Par ailleurs l’argument « des thèmes reviennent souvent » n’a pas de rapport avec le sujet que tu abordes, live ou pas live. Ce n’est pas parce que tu entends le thème de Stratosfear dans tous les concerts de l’année 77 que tu peux en conclure si oui ou non, c’est joué en direct.
    En revanche, la durée, la structure interne, les sonorités, et l’interaction entre les différents éléments musicaux (séquenceur/solos/guitare par exemple) permettent de dire que OUI, C’ETAIT DU PUR DIRECT. Parce qu’il n’y a pas deux prestations identiques sur le même morceau.

    Pour les concerts récents,je dirais que 95 % de ce qu’on y entend est déjà enregistré dans la mémoire d’un ordinateur avant le concert. La part d’élément « live » est reléguée à quelques solos de guitare, les percus de la mère Camaa et peut-être deux ou trois nappes de synthés par Quaesching et Froese. Mais ces 5 % live restants sont néanmoins amplement suffisants pour se planter, et faire de beaux cafouillages. Ca n’en reste pas moins,pour l’essentiel,du mime.

  7. etiennefroes dit :

    Ce que je veux dire c’est que la légende dit que tangerine dream improvisait totalement ses concerts alors que ce groupe avait déjà de la matière. Il se servait de thèmes travaillés dans leur local de Berlin et brodait dessus en concerts. Selon le cas la part d’improvisation était plus ou moins grande. Pour la tournée de 1977 aux Etats-Unis, l’improvisation parait moins grande qu’à une certaine époque. Pour le célébre concert de Reims en 1974, on retrouve des thèmes déjà utilisés en 1973.

    Pour la période d’aujourd’hui, il n’y a plus d’improvisation et les concerts sont bien « huilés ». Le groupe se sert au maximum de la technique mais on ne peut pas dire qu’il joue en playback dans la mesure où il ne mime pas sur une bande qui passe. J’ai des enregistements vidéo pirates de concerts et on voit la différence avec un dvd.

    Sinon je n’ai pas l’intention de me lancer dans des débats sans fin sur les concerts de tangerine dream. C’est ton droit de penser que tangerine dream triche en concert comme c’est le mien d’être plus nuancé sur cette question.

  8. Pierre dit :

    L’improvisation totale est un phénomène très marginal. La plupart du temps, et pour n’importe quel musicien, quelque soit le style de musique, il y a une base sur laquelle se développe librement l’improvisation. Encore une fois, ça n’a pas de rapport avec le fait qu’autrefois ils trituraient leurs machines en direct,et que quand ils appuyaient sur les touches de leurs claviers,il en sortait des notes.
    Aujourd’hui,ils font du mime (pas sur une bande,c’est dépassé!mais sur des fichiers .wav) ; quelque soit les notes appuyées,celles qui vont sortir et que l’on entendra sont déjà programmées. Je suppose que tu n’as pas de connaissances en termes de pratique musicale et d’instruments ? Car même si tu ne faisais que pianoter un peu,tu t’apercevrais assez vite que Froese et cie font n’importe quoi sur leurs claviers…ça crève les yeux. Ils pourraient au moins,à défaut de jouer vraiment,changer certains sons de leurs programmes,ça prend deux secondes et ça suffirait à différencier les versions « studio » des pseudo-versions « live ».
    On peut considérer que c’est utiliser la technologie au maximum,mais je trouve vraiment dommage qu’un concert soit aussi peu vivant.
    ..::Webmaster::.. Je pense qu’on a pu échanger tous les arguments sur ce sujet, non ? :) Aux visiteurs de la page de se faire un avis…

  9. Yanick dit :

    Même étant un grand fan de TD, à Loreley l’été dernier, je suis convaincu que c’est Klaus Schulze & Lisa Gerrard qui ont volé la vedette ! Je n’aime pas tout l’oeuvre du père Schulze mais à l’écoute du DVD de ce concert, j’ai vraiment trippé :-) J’aimerais bien que TD arrive à me faire vivre ce genre d’émotion dans le futur mais j’en doute fort. Reste Jean Michel mais je doute que celui-ci vienne en Amérique du Nord un de ces jours…

    @ Pierre

    Je comprend ton cynisme face à TD. Je suis particulièrement triste pour un de mes ami collectionneur du groupe qui passe son temps à acheter diverses rééditions par dessus rééditions. Malheureusement, c’est un TD addict mais il semble toutefois s’assumer !

    @ Etiennefroes

    Je comprend ton enthousiame par rapport à TD. Mais la relation avec ce groupe ressemble parfois à un vieux couple… y’a des jours que tu aurais le goût d’aller voir ailleurs mais au bout du compte tu finis par retourner dans tes vieilles pantoufles l0lll !

  10. etiennefroes dit :

    Mon bon yanick,

    je ne passe mon temps qu’à écouter du Tangerine dream. Mes choix sont divers du classique, au jazz etc. En matière de musique électronique j’écoute aussi bien TD que KS, ou heldon; neuronium etc.

    L’idée de vieux couple me paraît pas juste. J’écris ici sur tangerine dream parce que c’est lui qui m’a amené il y a bien longemps à la musique électronique. J’essaie d’être équilibré dans mes critiques. Je ne comprends ceux qui disent qu’avant tangerine dream était merveilleux et maintenant il est coupable de tous les vices. Non les choses ne sont pas aussi manichéennes. Il y a des disques que l’on aime et d’autres pas. Le cheminement d’un groupe lui appartient et c’est pas aux fans de dire ce que les musiciens doivent faire. En la matière du playback, je me suis entretenu encore hier avec des musiciens dont les avis sont opposés les uns aux autres.

    Ta démarche visait à rapprocher des avis opposés si je le comprends bien. Chacun a le doit d’avoir l’opinion qu’il veut sur tangerine dream. Je n’en veux ni à Pierre ni à toi. Le débat est toujours constructif

  11. etiennefroes dit :

    j’ai oublié de dire dans mon précédent message que Jean-Michel Jarre est aussi accusé d’avoir recourt au playback

  12. Pierre dit :

    Je ne voudrais pas passer QUE pour un rabat-joie…du côté des albums studio, il y en a eu de très bons ces derniers temps chez TD. Pour moi DM4 (2003) et Springtime in Nagasaki (2007) font partie des meilleurs, toutes époques confondues.

    PS en effet, Jarre fait du playback lors de ses méga-productions en plein air.Pour coordonner les effets spéciaux et la musique,tout est millimétré et aucun plantage n’est autorisé…le visuel semble plus important que la musique. C’est pourquoi je préfère nettement sa tournée en salles Oxygène de 2008 où absolument toutes les parties étaient en direct.

Répondre

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont