Mouse on Mars – Des souris et des Mac

Mouse on MarsMouse on Mars (MoM) est un groupe allemand d’electronica, créé en 1993. Son nom est une référence à un dessin animé russe des années 80 populaire en Allemagne, où une gentille souris est prisonnière d’une planète déserte. Il se compose d’Andi Toma et de Jan St Werner, qui se sont rencontrés en 1993 à Düsseldorf (la ville de St Werner et de Kraftwerk) dans un concert de death metal. Ils sont à la fois compositeurs et producteurs.

L’influence des groupes allemands du krautrock (Cluster, Neu ! et Kraftwerk) est proéminente sur les premiers disques de Mouse on mars. Leur première parution sur disque est le titre Maus Mobil, sur la compilation techno éTrance-Europe Express.

Leurs premiers maxi sur le label indépendant britannique Too Pure, dont les singles Frosch et Bip, leur permettent de sortir un premier album confidentiel, Vulvaland, en 1994, qui est de l’ambient house, courant de l’Inteligent Dance Music.


> Définition du glitch 


Leur deuxième album, Iaora Tahiti, rencontre un public plus large. À cette époque, St. Werner collabore avec Markus Popp du collectif Oval, dans le projet Microstoria. Leurs expérimentations les amène incarner le courant «glitch» (montages sonores poussés à l’extrême) sur la scène allemande. Le glitch (ou clic’n’cut) consiste à intégrer des aberrations digitales (bips, clics, bruits stridents) dans les montages sonores, souvent très complexes. En réalité, il s’agit d’une forme de dub digitale qui, dans le cas de Mouse on Mars, utilise un 24 pistes. 

Ils font la rencontre du batteur électronique Wolfgang Flür, pour qui ils produiront l’album Time Pie, au sein de son effort hors-Kraftwerk, Yamo.

Dernier album de la trilogie Too Pure, Autoditacker, parait en 1997. C’est un album qui s’inscrit dans le courant drum n’bass. Un maxi, Cache cœur naïf parait dans la foulée, et leur permet de faire la connaissance du groupe techno Stereolab (aussi sur  Too Pure), et notamment de Mary Hansen et Laetitia Sader. D’ailleurs Werner et Toma participe activement au cinquième album de Stereolab, Dots and Loops, paru en septembre 1997.


> Expérimentations tout azimuts 


Mouse on Mars sur scèneEn 1997, le groupe fonde son propre label, Sonig Records. Le premier vinyle de Sonig est leur effort de s’accaparer le matériau acoustique dans leurs outils informatiques, avec l’album Instrumentals.

Surfant sur son succès au japon, Mouse on Mars se lance dans l’écriture de la bande-sonore d’un film japonais qui ne sortira jamais : Glam. Néanmoins, l’objet discographique sort bel et bien sur le label Tokuma, avant d’être réédité chez Sonig. C’est à cette époque qu’ils rentrent en contact avec celui qui deviendra le troisième homme de Mouse on mars : le batteur et chanteur Dodo Nkiishi.

En 2000, MoM s’associe avec Domino Records et Thrill Jockey pour sortir le dernier album encore quelque peu « pop » : Niun Niggung. Par la suite, dès 2001 et Idiology, le son de Mouse on Mars revet un caractère plus agressif et mélodies s’estompent progressivement. Pour promouvoir leurs albums suivants, Mouse on Mars ajoute à son pommier d’ordinateurs (Powerbook et G4) une formation rock « classique ».

St. Werner s’echappe en solo le temps de l’album Scrypt en 2003 sous le nom Lithops. Pour les dix ans du groupe le duo sort sa première compilation Post rock – The EP collection sur le label Too Pure, le 17 février 2003. Mais ce sont surtout les trois premiers albums qui y sont représentés.

Puis, en 2004, changement de direction musicale complète avec une tentative de fédérer électronique et funk dans un album hoquetant intitulé Radical Connector, premier disque du duo allemand à ne contenir que des chansons. Outre Nkiishi, la chanteuse allemande Niobé concourt aussi à la forme musicale de cet opus, au son découpé au bistouri.


> Les dix années des souris martiennes  


Mouse on MarsUn album live (Live ‘04) permet de revivre la magie de Mouse on Mars sur scène, avec des morceaux volontairement très différents de leurs versions studio, même si les deux utilisent le logiciel Reaktor, majoritairement des années 2000 et plus.

Depuis l’EP « Metal Manga » Wipe that Sound puis l’album très expérimental Varchaz, Mouse on Mars s’est lié au membre du groupe post-rock « The Fall » Mark E. Smith, avec lequel ils ont fondé le groupe Von Südenfeld.

Samedi 15 novembre 2008, Mouse on mars s’est produit dans le cadre du festival music-allemand aux côtés de Schlammpeitziger, Mit et Werle & Stankowski.

Aujourd’hui, le label de musique allemande Sonig regroupe une trentaine d’artistes. Site de Sonig.


> Discographie (albums)


  • 1994 : Vulvaland
  • 1995 : Iaora Tahiti
  • 1997 : Autoditacker
  • 1997 : Instrumentals
  • 1998 : Glam
  • 2000 : Niun Niggung
  • 2001 : Idiology
  • 2004 : Radical Connector
  • 2005 : Live 04
  • 2006 : Varcharz
  • 2007 : Tromatic Reflexxions (avec Mark E. Smith sous le nom de Von Südenfed)



> Ressources sur le web


  • Site officiel de Mouse on Mars
  • Mouse on Mars – Twift (1997) : Image de prévisualisation YouTube
 


Répondre

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont