Schiller – Prologue (2005)

Prologue de SchillerCet album de Schiller (le groupe de Christopher Von Deylen, fondé en 1998) est certainement le moins représentatif de son style habituel, qui navigue entre new age avec des collaborations vocales et instrumentales de première main (si je puis dire), et orfèvreries trance/pop. C’est également son premier disque complet 100% instrumental. La maison de disque américaine de Schiller, Radikal Records, basée à New Jersey, celle notamment de Tiesto et Scooter, assure une diffusion assez large du disque à l’export. Il me semble qu’en 2008, la société 4 West a réédité l’album, avec tout le catalogue Schiller. Le disque a été le premier créé par Von Deylen en dolby surround.

Ce concept-album regroupe sept parties indépendantes les unes des autres, même si des structures mélodiques sont communes. En réalité, il ne s’agit pas d’un album studio comme les autres, mais plutôt une sorte de bande-annonce de sa tournée de Day and Light (Tag und Nacht en Allemagne) de l’automne 2005 en Allemagne. La galette était uniquement en vente à cet endroit. Cette musique tournait avant ses concerts pour plonger le public dans une « transe apaisante », selon sa propre expression. C’est le même principe que celui qu’utilisait Jarre pour ces avant-concerts avec le titre ambient En attendant Cousteau.



> Relax maximum

Schiller (de face)Le titre allemand de l’album est « Album Die Einlassmusik », qui signifie musique d’introduction. Schiller venait de prendre possession de son home-studio, appelé le livingroom à Berlin, et sortait de sa première expérience de metteur en musique de film, avec Tor Zum Himmel, de 2003. Von Deylen juxtapose dans Prologue nappes de synthétiseurs évanescents directement venus des années 70 et rythmes chill-out, dans une production malheureusement sans grand relief.On retrouve des mélodies ouatées et des bruitages légers et pointillistes (carillons, ambiance champêtre) dans Prologue part 1La deuxième section est la succession d’une montée d’accords plaqués et d’un final d’arabesques de guitare acoustique. J’aime assez ces contrastes de textures.La partie 3 est le moment « trance » le plus évident de l’album. Vous pourrez y identifier le son préféré de Schiller, légèrement métallique, avec son delay caractéristique. Mais, pour faciliter la transition entre les morceaux, cet intermède cadencé est stoppé net par les bruissements animaliers annonçant le retour d’une plage relaxante aux accords mineurs. Je ne comprends pas exactement la raison de ce découpage assez hardi. Pas plus que, quelques instants plus tard la raison d’être de ce blanc de presque dix secondes au milieu de la partie 4.

> Stress restreint

Schiller (de profil)La fin de la partie 4 nous entraine dans un registre plus sombre, traversé de sons crépusculaires. En guise de cinquième épisode, une boucle de woodblocks envoûte l’oreille tandis que les claviers spatiaux de Von Deylen ruminent en do, fa, sol. La partie 6 nous emmène sur un rivage calme, où seul deux claviers dressent un fond musical vaporeux. La mélodie principale de Prologue 7 fait très fortement penser à la première partie d’Oxygène II (1976).Bon, vous l’aurez compris je pense, ce disque ne m’a enthousiasmé comme il aurait pu le faire. Si les ingrédients sont là, la recette ne prend chez moi du moins : on a du mal à sentir la personnalité du musicien véritable. Mais j’aurais d’autres occasions de vous faire découvrir cet artiste talentueux (notamment au plan du dispositif scénique) et plein de modèles en composition. Peut-être même ses projets solos d’avant le split avec Mirko von Schlieffen. Après tout, ce n’est qu’un prologue

> Track-listing

  1. Part I (9:03)
  2. Part II (6:56)
  3. Part III (5:21)
  4. Part IV (7:49)
  5. Part V (2:40)
  6. Part VI (3:20)
  7. Part VII (5:08)

> Ressources sur le web

  • Site officiel de Schiller (en anglais et en allemand)
  • Myspace officiel de Christopher von Deylen.
  • Vidéo : More extrait de l’album Day and Night.
    Image de prévisualisation YouTube

À propos de Jean-Baptiste

Né en 1977. je ne vis pas de l'écriture, je ne vis pas pour la musique, mais je suis en quelque sorte à mi-chemin des deux. Peut être. ou pas.

Voir tous les articles de Jean-Baptiste

5 Réponses à “Schiller – Prologue (2005)”

  1. Yanick Dit :

    Schiller est mon coup de coeur découverte de l’année 2008 :-)

  2. esperluette5 Dit :

    J’ai découvert Schiller sur une émission télévisée de la chaîne franco-allemande Arte, Music Planet 2Nite en 2001 et je dirais que ça a été le coup de foudre immédiat lorsque j’ai entendu ce groupe pour la première fois !
    Malheureusement, Schiller est très peu connu en France.

  3. fabrice b Dit :

    Le morceau composé avec Klaus Schulze mérite vraiment le détour mais quelle galère pour acheter ses albums!!!!!

    Si vous avez un tuyau ;-)

    Fabrice

  4. esperluette5 Dit :

    Réponse un peu tardive à Fabrice! J’achète tout leurs disques sur amazon.de depuis plusieurs années !

  5. fabrice baudinot Dit :

    Merci esperluette pour ton tuyau.

    c’est ce que j’ai fait et depuis un vrai bonheur d’entendre ses albums.

    Fabrice

Laisser un commentaire

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont