Vangelis – Direct (1988)

Pochette de l'album Direct (1988) de VangelisDirect est l’un des albums phares de Vangelis, même s’il est peu cité par les gens extérieurs à son univers qui se cantonnent aux albums 1492, Christophe Colomb ou à Blade Runner. Le nom Direct correspond à la méthode envisagée pour la composition de l’album, et à l’annonce d’une série d’album interconnecté (qui n’eut jamais vu le jour) dans la même exploration musicale et le refus de la « pré-programmation ». Direct correspond à l’époque où Vangelis s’installe en Grèce dans un studio flambant neuf, quittant la maison de disques Polydor pour rejoindre le label Arista, et part de Londres. A partir d’une seule commande, le Zyklus MIDI Performance Sytem, mise au point par l’ingénieur Bill Marshall, Vangelis peut actionner huit synthétiseurs. C’est un album instrumental à 100%, avec instruments électroniques à foison (claviers, séquenceurs et boîtes à rythmes) à part l’intervention du mezzo-soprano Markella Hatziano sur le titre opéra-électro Glorianna et quelques voix d’enfants comme contrepoints. Conformément au titre de l’album, Vangelis a fait de cet album un vaste champ d’expérimentation dans divers sous-catégorie de la musique new age ainsi que de néo-classique et de rock n’roll, avec une plus grande sobriété dans la partie orchestrale. Les mélodies sont comme d’habitude, fulgurantes, et les atmosphères sont chaleureuses. Les voix de l’album typiquement « Vangelis » sont non intelligibles, à part deux « monologues » dits par un technicien de studio qui sont des reminiscences d’Albedo 0.39 et Blade Runner.

 

 


> Présentation directe 

Parmi les titres marquants de cet album, Metallic Rain correspond assez bien aux influences blues des débuts de l’artiste et permet de retrouver l’ambiance de l’album Blade Runner. Les titres Glorianna et The Oracle of Appolo et dans une moindre mesure « Message«  sont des préfigurations du tournant stylistique ultérieur du claviériste grec, avec des élements orchestraux (harpes, section de cordes synthétiques et flûtes) et des mélodies très amples, renforcés par des crashs de cymbales. À cet égard, Direct marque la fin d’une époque, où le synthé existe par lui même et donne la couleur aux albums du grec. En dépit d’une deuxième moitié d’album plus en demi-teinte, c’est une excellente introduction à Vangelis via la sensation qu’il a eu de faire un album plus « tendu », plus moderne et en bout de course, plus pop que l’album précédent, Mask (1985). 

La publication de Direct en CD a permis d’intégrer plusieurs titres bonus non présentes sur les éditions vinyles (33 tours et cassette). Mais ces deux bonus (Dial Out et Intergalactic Radio Station) ne sont pas des morceaux de très grande valeur à mon avis.

 


> Track-listing 

 

  1. The Motion of Stars – 4:17
  2. The Will of the Wind – 4:41
  3. Metallic Rain – 6:10
  4. Elsewhere – 5:39
  5. Dial Out (Bonus) – 5:20
  6. Glorianna (Hymne à la Femme) – 4:20
  7. Rotation’s Logic – 3:27
  8. The Oracle of Apollo – 3:55
  9. Message – 7:07
  10. Ave – 5:04
  11. First Approach – 4:58
  12. Intergalactic Radio Station (Bonus) – 7:44
  • Les clients d’Amazon.fr qui ont acheté ce disque ont également achété : And Winter Came ~ Enya / Computer World ~ Kraftwerk / The Friends Of Mr. Cairo ~ Jon & Vangelis
 


4 commentaires

  1. Veridis dit :

    « Direct » reste un des albums préféré des fans de Vangelis. L’ouverture de l’album avec « the motion of stars » pourrait être un clin d’oeil à « spiral ». L’album dans sa globalité possède des mélodies et des rythmes entrainants, percutants, énergiques, avec des sonorités pleines et aériennes, des aigus superbes, des basses percutantes. Un album à écouter fort. Les morceaux faibles sont pour moi « Rotation’s Logic » et « The Oracle Of Apollo ».

  2. David dit :

    Un des albums de vangelis (parmi ceux que je possède) que je préfère. Les arrangement rock de certains titres sont inhabituels chez Vangelis, mais ça donne du piquant^^

  3. Veridis dit :

    On retrouvera les arrangements « rock » ainsi que pas mal de sonorités de « Direct » sur l’album « Page Of Life » de Jon and Vangelis.
    Concernant « la série d’album interconnecté (qui n’eut jamais vu le jour) dans la même exploration musicale et le refus de la pré-programmation » je me demande si cela ne concerne pas tout simplement « page of life », « 1492″ (pour le côté « ethnique » dont il est question dans la pochette de l’album « direct »)et l’album « City »??

  4. OL dit :

    Excellent album mais sous estimé par les vendeurs de disques…
    Hormi les qualités mélodiques indéniables, j’admire aussi la performance dans la construction et le jeu quasi « immédiat », puisque le challenge était de composer, jouer et enregistrer en une seule fois.
    The City est dans la même lignée, un peu plus ambiant, comme une bande son d’une journée dans la « city ».

Répondre

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont