Röyksopp – Junior (2009)

Pochette de l'album Junior du groupe norvegien Rôyksopp (2009)Les norvégiens Torbjørn Brundtland et Svein Berge se sont galantement entourés pour leur troisième album (si l’on excepte le live « Röyksopp’s night out”), puisqu’une pléiade de chanteuses apparaissent sur l’album Junior. Les suédoises Robyn, Lykke Li et Karim Dreijer (du groupe The Knife) participent à l’ode juvénile du duo. C’est aussi l’occasion de retrouver sur cinq chansons la chanteuse Anneli Drecker, du groupe norvégien Bel Canto, qui a déjà œuvrée sur le premier effort studio, Melody A.M (Sparks), avant de tourner avec eux. Restait à trouver les atmosphères pour servir en musique ses femmes de caractère avec élégance.

Junior, sorti mondialement en mars 2009, est annoncé comme le premier opus « énergique » d’une série de deux albums complémentaires, puisque Senior devrait sortir d’ici à la fin de l’année, et devrait être, selon eux, l’album le plus instrumental du groupe.

Le choix du titre Happy up there comme premier single est excellent car le morceau représente un vrai pas en avant créatif par rapport aux hymnes électro-pop surannés de The Understanding. Ce morceau est beaucoup plus court et acidulé que le reste de l’album. Vision one n’est pas désagréable avec ses basses tortueuses et la ritournelle qui forme sa trame. Les climats vaporeux de Röyksopp (épaisses nappes analogiques) fonctionnent bien sur le titre You don’t have a clue, qui est, à mon avis le plus émouvant de l’album, dans la filiation de l’immense Kate Bush.

 

 


> Jeunes des années 80 

 


Miss it so much, Tricky tricky et leurs gimmicks espiègles sauront capturer les oreilles bercés d’années 80. L’évocation de New Order et de l’Hacienda parcourt toute la première moitié du disque. L’univers dance nous renvoie à un état d’esprit « naïf » et « déjanté ». J’émettrai toutefois quelques réserves de principe sur l’opportunité de massacrer l’ébauche de mélodie de The Girl and the robot avec la voix forcée (façon R’n’B) de la playmate Robyn. Ce choix comme deuxième single me peine beaucoup (au même titre que pour Tout est bleu sur l’album Métamorphoses). Mais sans doute que l’album en tournée gagne sans sa présence. This must be it, servi par la voix « indie » de Karim Dreijer, évite le même obstacle de justesse.
Autre trait particulier de Röyksopp, quand les paroles (en anglais) sont tristes, le tempo s’élève, et quand l’optimisme rentre dans le paysage sonore, les cordes se font plus inquiétantes. De temps en temps, les textes sont décousus, à d’autres moments, ils forment une petite histoire. Les thèmes abordés sont les relations humaines au sens très général.  

L’instrumental au titre éloquent Röyksopp forever renoue avec les fresques cinématiques et baroques du duo, et ce titre a pour effet induit de scinder l’album en deux parties inégales (au sens propre comme au figuré), car la durée des morceaux est homogène. Silver Cruiser poursuit le travail mélodique downtempo de Torbjørn et Svein avec moins d’éclat. Gros point noir, le disque est gâché par les deux titres de conclusion que je n’aime pas du tout : True to life et It’s what I want. Ces deux titres sont beaucoup trop prévisibles et sonnent très creux.

 


> Conclusion


On peut saluer l’effort de Royskopp de bouder les samples pour obtenir une musique plus originale et universelle à la fois. C’est peut-être ce qui fait que certains critiques l’ont placé au-dessus de Melody A.M. qui en utilisait pas mal. L’album a reçu une note globale de 72/100 sur le site web metacritic.com.  

Pour ce qui me concerne, Junior est un album agréable ,moins dancefloor et plus profond que précédemment, tout en maintenant l’ironie propre au groupe scandinave. À se procurer si on a déjà « accroché » à leur univers.

 

 


> Tracklist 


 

  1. Happy Up Here – 2:44
  2. The Girl and the Robot – 4:28
  3. Vision One – 4:59
  4. This Must Be It – 4:41
  5. Röyksopp Forever – 4:59
  6. Miss It So Much – 5:01
  7. Tricky Tricky – 5:59
  8. You Don’t Have a Clue – 4:33
  9. Silver Cruiser – 4:36
  10. True to Life – 5:50
  11. It’s What I Want – 3:06

 

 


> Ressources sur le web

 

  • Site officiel de Röyksopp
  • Clip du premier single « Happy up there » : Image de prévisualisation YouTube

À propos de Jean-Baptiste

Né en 1977. je ne vis pas de l'écriture, je ne vis pas pour la musique, mais je suis en quelque sorte à mi-chemin des deux. Peut être. ou pas.

Voir tous les articles de Jean-Baptiste

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont