The Orb – Orbus Terranum (1995)

Pochette d'Orbus Terranum de The OrbOrbus Terranum est le troisième album de The Orb. C’est aussi le dernier album d’un de ses anciens membres, Kris Weston. Alex Paterson est en cours d’élaboration de cet album, au moment où il est rejoint par le producteur allemand Thomas Fehlmann qui rejoint, de fait, l’effectif du groupe et la tournée mondiale qui suit. Après deux disques très tournés vers la science-fiction et le psychédélisme échevelé, cet album des pionniers des raves est très peu rythmé en comparaison. Il en conserve toutefois tous les traits bizarres (par ses morceaux évolutifs et complexes) et ironiques (par ses nombreux samples) des précédents efforts studios du duo.

Cet album est le premier à s’inscrire dans une continuité sonore et stylistique, dans la veine de la musique de Brian Eno. Les rythmes dub des deux premiers albums ont été considérablement atténués pour laisser place à des longues (parfois même très longues : 16 minutes !) et nombreuses pistes ambient. Pas moins de 48 pistes audio sont utilisées pour la confection de l’album. La pochette de l’album, inspirée par les dessins de M.C. Escher, superpose deux réalités qui n’en sont pas vraiment : une figure géométrique impossible et une représentation cartographique de la Renaissance.


> Rendez-vous en terre inconnue


Le synthétiseur se fait enveloppant et les carillons, légers, pour un résultat hypnotique d’une durée de plus d’une heure et quart. Le début du disque est parcouru de bruitages évoquant la nature, comme des gazouillis d’oiseaux ou des bruissements d’insectes, et la fin plutôt de bruitages surnaturels, signes caractéristiques de The Orb première mouture. De nombreux samples de publicités indéfinies des années 40 et 50 ainsi que des voix mutines de contes pour enfants parsèment le disque. Un certain nombre de messages de méditation sont également présent sur le disque. 

Orbus Terranum commence avec deux titres préfigurant ce qu’on appellera ultérieurement le chill-out : Valley et Plateau (13 minutes d’effets kaléidoscopiques). Le morceau suivant, Oxbow Lakes, est beaucoup moins attendu dans le répertoire de The Orb, et pourtant il est choisi comme single pour l’album. Il est introduit par des lignes de piano flottant rappelant celui d’Harold Budd, soutenu par un ballet aérien de cymbales et de bruits blancs, avant de se dématérialiser dans des strates successives de lignes dub (qui n’est après tout qu’une vague anagramme).

 


> Un album plus « terrien »


Montagne d’or est la reprise d’une improvisation donnée dans les studios de l’émission de radio de John Peel, qui a la particularité d’être dirigé mélodiquement par de la slide guitar.White river junction démontre une nouvelle application du motorik (les rythmes de Kraftwerk étant l’influence majeure des anglais, et ce n’est peut-être pas un hasard si cette piste est sous-titrée en allemand). Ce rythme mécanique est associé à une brume électronique qui forme une trame complexe qui se résout sur des harmonies de synthés analogiques. Cette trame est explicitée par cette voix-off à la fin du morceau: « Each sound around you carries you deeper », (traduction: « Chaque son autour de vous vous emmène plus en profondeur », comme on l’entend sur certains disques de relaxation. Les deux dernières pistes, d’environ un quart d’heure chacune, Occidental étant la plus hermétique des deux, proche de l’univers de Future sound of London. Quant à Slug dub, c’est un dub conventionnel, induit par une fausse piste en ouverture avec une histoire pour enfant évoquant des limaces, relativement peu évolutif par rapport au reste de l’album.

Pour conclure, cet album n’est pas du tout représentatif de The Orb, et à ce titre il a été accueilli fraîchement par les fans et le public en général (seulement 20ème aux charts britanniques). Il n’en reste pas moins intéressant pour un premier disque « ambient », comme en témoigne le magazine américain de référence Rolling Stone qui l’a nommé « disque du mois » en 1995. Il est à écouter pour se faire une idée. Notez enfin qu’en 2008, une version double CD avec un disque de remixes a été publié par Island Records.

 


> Track-listing

 

  1. Valley (7:36)
  2. Plateau (13:18)
  3. Oxbow Lakes (7:28)
  4. Montagne D’Or (Der Gute Berg) (10:41)
  5. White River Junction    (9:36)
  6. Occidental (13:54)
  7. Slug Dub (17:03)

À propos de Jean-Baptiste

Né en 1977. je ne vis pas de l'écriture, je ne vis pas pour la musique, mais je suis en quelque sorte à mi-chemin des deux. Peut être. ou pas.

Voir tous les articles de Jean-Baptiste

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont