Interview de MoonSatellite

23 novembre 2009

Jeunes pousses

MoonSatelliteRencontre avec Marc alias MoonSatellite, jeune compositeur de talent, qui a eu la gentillesse de répondre à mes questions. Échange très « spatial » avec un fan de longue date de JMJ et un véritable passionné de synthétiseur.

1. Marc, si tu devais te présenter en quelques lignes, que dirais-tu ?

Jean-Baptiste, je tiens tout d’abord à te remercier de me proposer ce moment où je peux m’exprimer et ainsi de m’accorder de ton temps et montrer ton intérêt pour mon travail ; je t’en remercie très vivement. Je tiens également à te dire que ton blog « En Attendant Jarre » est excellent ! On y trouve tout l’univers de JMJ, des news, des reportages, etc., mais aussi des critiques sur divers albums de musique électronique et parfois je découvre des disques grâce à toi. Je t’encourage à continuer ton superbe travail ! Je suis MoonSatellite, un musicien autodidacte amateur passionné de musique électronique qui essaie de composer ses propres morceaux après avoir joué pendant des années l’intégrale de JMJ.

 


2. Comment t’est venu ce surnom, MoonSatellite ? 

Ce surnom vient de mon cousin Zow alias Louis-Marie. Quand on a cherché, il a plusieurs années maintenant, un nom pour mon home studio ainsi qu’un nom « d’artiste », je voulais absolument un pseudo, « Magnetic Studio » et « MoonSatellite » sont sortis de nos esprits. Magnetic sûrement à cause des Chants Magnétiques de JMJ. Avec MoonSatellite je pense qu’on voulait évoquer une image spatiale, voire cosmique, l’idée d’une musique propice à l’évasion et aux grands espaces. On a trouvé que ça sonnait bien puis on s’y habitue et je ne voudrais pas en changer.


3. Tu as eu ton premier clavier à l’âge de 10 ans… Combien de claviers penses-tu avoir eu entre les doigts au cours de ta vie ? 

Image de prévisualisation YouTube
Cette question demande finalement beaucoup de précisions je pense. Effectivement mon premier clavier remonte au collège. Un clavier offert par ma mère, acheté à la Redoute. Je précise, car avec le recul je peux dire que c’est un clavier grand public avec peu de possibilités au final mais j’ai fait mes premières approches dessus ainsi que sur le piano de chez ma grand-mère. Mais moi qui écoutait JMJ toute la journée, il me fallait un clavier qui sonne électronique, donc le piano était insuffisant, j’ai donc tanné ma mère pour en avoir un ! Je l’ai eu !! Je suis resté longtemps avec lui mais il avait 8 sons d’usine (orgue, string, vibraphone ou piano) une boite à rythme où on ne pouvait que régler le tempo et avec le mode « accords » le clavier jouait des accompagnements très peu exploitables pour faire du JMJ. Je compensais ma frustration avec les claviers du collège mis à notre disposition (le collège veillait à développer chez les élèves cette partie « artistique » de chacun) ou bien celui de mes camarades de l’époque qui eux avaient par exemple un Roland quelque chose puis au lycée j’ai pu approcher un DX7 ou encore un DX11, certains expandeurs etc. Petit à petit j’ai découvert cet univers. Après, vers 18 ans, j’ai racheté à mon voisin un Yamaha PSR 4600 où l’on pouvait trafiquer l’ADSR et éditer ses patterns, il possédait même un petit séquenceur 4 pistes. Un vrai bonheur pour moi qui pouvais enfin réaliser des trucs plus complexes et toujours plus fidèles à la musique de JMJ que je ne cessais de jouer.

coverearthgravity02.jpgÀ la Fac, le séquenceur 4 pistes devenant très limité, au fur et à mesure des rencontres de musiciens amateurs ou autre, j’ai mis les pieds pour la première fois de ma vie dans un magasin de musique. Des synthés partout ! Des tables de mixage, des enceintes, des batteries, des guitares tout autour de moi !!! C’était la caverne d’Ali Baba. Tout était allumé, on pouvait les essayer et là je vois aussi les prix !!!! J’explique au vendeur que je cherche un séquenceur Roland MC50, il me conseillera le QY70 de Yamaha. Quelques temps après je rentre avec cela à la maison… LA CLAQUE ! Ca sonne pro ! Rien à voir avec mon PSR et tout ce que j’avais entendu ou vu avant ! Un sequenceur 16 pistes avec 600 sons je crois, en plus 8 pistes dédiées aux patterns, en tout 24 pistes midi, j’ai branché cela sur mon PSR et c’est à ce moment là que tout a vraiment commencé. Je me rendais assez régulièrement au magasin, expliquant ce que je voulais faire et ce que je recherchais comme son et c’est comme cela petit à petit que j’ai commencé à construire mon home-studio : expandeurs, claviers, boite à rythme, table de mixage, enceintes de monitoring, la découverte du midi, de la MAO, etc. etc.
J’ai tout gardé, le Magnetic Studio est l’historique complet de l’évolution de mon matériel. Après avoir complété le QY70 avec le Korg N1R ; mon premier vrai synthé est donc le Yamaha AN1X, suivront le KORG MS2000R et le Triton LE.

Après une pause au niveau des achats et de la musique de par ma vie et mon boulot entre autre, tout l’intérêt est revenu avec le projet Antagonism qu’on voulait enfin voir aboutir. Je me suis réintéressé aux synthés et j’ai acheté le Roland SH 201 et une MC 808. Tout est reparti !!!!! Je me suis remis à faire du JMJ le plus possible, j’ai travaillé sur Antagonism avec ces nouvelles machines et les anciennes et on arrivera tout doucement aux 30 ans d’Oxygène et la sortie du fameux DVD « Oxygene Live in your Living Room ». Je m’inscris sur Aerozone, je suis l’actualité jarrienne, je rencontre des gens sur le forum dont Melotronic, alias Pierre, qui est maintenant un ami très précieux et un partenaire très important.

C’est finalement grâce à Pierre et au DVD des 30 ans d’Oxygène que je découvre de manière très précise les pédales d’effet et les synthés analogiques. C’est la première fois de ma vie que je branche une pédale de phaser (conseillée par Pierre) derrière un de mes synthés. Je rêve éveillé ! Le son Jarre dans mes enceintes ! C’est à pleurer et pourtant tellement simple… Cela en est presque ridicule de découvrir cela si tardivement.

frontodyssthjmj.jpgJ’opte donc pour investir dans les pédales et les analos. C’est une histoire assez étrange je trouve. Je commande en fait un Alesis Andromeda A6 car je cherche un analo assez polyvalent et pour une première insertion dans l’analogique je ne voulais pas me limiter à quelque chose de spécifique. Demandant divers avis sur les forums dédiés, on sait ce qu’on peut lire sur les forums et les querelles de chapelle, mais bon je reste concentré sur l’Andromeda mais Alesis tarde d’honorer ses commandes et pendant 6 mois j’attends pour avoir mon Andromeda ! Entre temps Synthwalker, un gars du forum, me propose de venir essayer l’Andromeda chez lui, il a une collection de vintage hallucinante : Memory Moog, Matrix 12, Jupiter 8, Synthex… Il me fait tout fonctionner et au dessus de son Memory Moog il a un Minimoog Voyager et là un coup de foudre pour ce synthé ! L’Andromeda n’arrivant toujours pas, impatient comme je suis ; je me commande le Voyager et là c’est ma seconde claque musicale ! Rien à voir avec mes machines précédentes, un son incroyable et puissant. Ces machines sont tellement agréables à toucher, tourner les potards de ces synthés est une réelle découverte et un plaisir.

Je teste quand même l’Andromeda et il se révèle être également une excellente machine, mais très compliquée, une véritable usine à gaz !!!! Pour finir je me retrouve avec un stand de synthés analos dans le studio et je ne réalise toujours pas vraiment la chance que j’ai. Au final pas mal de synthés semblent m’être passé entre les doigts mais c’est bien peu comparé à l’offre de ce qui a existé et existe.

 


4. Tu n’es pas passé par la case solfège, est-ce par manque d’envie ou d’opportunité ? 

covelectroodyss.jpgLà c’est un de mes points noirs à mes yeux. Autant je sais lire une partition et je suis parfaitement capable de la jouer, mes cours de solfège se résument au collège et un peu adulte quand j’ai pris des cours d’orgue à tuyaux. C’est pour moi un manque d’opportunité et maintenant un manque d’envie par manque de patience et de découragement. Impatient et pressé d’avoir un résultat, la masse de travail que cela représente me décourage réellement. J’ai abandonné l’orgue à tuyaux quand j’ai réalisé qu’il me faudrait 10 ans pour jouer la Toccata de Duruflé ou une symphonie de Vierne. C’est pourquoi je suis revenu à ce que j’appelle le côté obscur : les synthés. Pour moi le synthé est plus facile, plus rapide, plus simple, plus intuitif et ne demande pas de réelle initiation.

Tout cela vient sûrement du fait que dès que j’ai eu mon premier clavier, je jouais tout d’oreille, sans partitions, j’ai toujours joué du par cœur, jamais utilisé réellement de partition, cela est venu bien après comme appui ou guide par moment mais absolument pas essentiel. De même pour les notices de mes machines, je les lis très, très rarement. Tout cela est une erreur, je le confesse mais j’ai peur de ne pas changer.

 


5. Combien de temps est-ce que tu passes par jour à composer ? 

cover au dela des planetesTout cela dépend de mon boulot, de mon temps libre, de mes activités, de ma vie sociale, etc. J’essaie le plus possible de passer du temps avec mes machines. Bien souvent je « programme » des plages horaires ou des journées destinées à mes synthés. Le problème est que l’inspiration ou l’envie ne collent pas forcément.

 


6. Quel instrument actuel ou passé te fait particulièrement rêver ? 

La liste est bien trop longue ! Je pourrais citer tous les synthés de la terre ! Ils ont tous une spécificité intéressante et exploitable. Déjà que j’ai l’impression de me perdre dans les méandres de mes câbles et clavier, j’essaie en ce moment de me limiter à certaines machines pour peut-être plus efficace et enfin maîtriser au mieux, si cela est possible, les machines que je possède. Les analos que je possède me font rêver. J’attends en janvier prochain la réception de la Moog Taurus 3, entre temps je pense m’acheter un Theremin de Moog et j’aimerai aussi l’Access Virus TI Snow. J’ai en tête l’achat d’un Roland JP 8000. C’est sans fin ce genre de chose, il faut faire des choix. Après il y a malheureusement le facteur financier…

 


7. Peux-tu nous dire quelques mots des 5 personnes qui travaillent au Magnetic Studio ? 

cover tribute oxygeneDans le Staff du Magnetic Studio, nous sommes effectivement 5 membres plus ou moins actifs. Ce Staff est plus un petit trip qu’une affaire sérieuse en soi mais ces personnes participent de près ou de loin à cette aventure que j’espère encore longue.

Zow est mon cousin qui suit ma progression depuis longtemps aimant lui aussi JMJ et il s’est toujours impliqué dans mes projets, tant au niveau concept, idées, rédaction de texte et autres. Pendant mes concerts il gère les effets pyrotechniques, les lumières, les vidéos et je peux généralement compter sur son aide, ses bras et sa participation active.

Anju est un ami voisin de ma grand-mère qui joue de la batterie acoustique et qui a participé une fois à un de mes concerts. Il avait assuré les parties rythmiques d’Equinoxe 4 et de Beautiful Agony. On a divers projets suspendus ensemble qui aboutiront certainement un de ces jours, après on fait souvent que se croiser, nos directions musicales ne sont pas toujours communes et nous retrouver ensemble dans la même pièce avec nos instruments ne s’est pas encore présenté.

Smoothie est notre artiste arts plastiques. Par sa formation et son talent, elle va être chargée de concevoir les prochaines pochettes de mes albums, la suite de Sequenzer et Memories dans un premier temps, elle donne aussi son avis, ses conseils et son soutien moral.

Melotronic. Il est en quelque sorte le dernier arrivé mais aussi le plus actif et le plus présent au jour le jour depuis son arrivée. Pierre est un passionné de musique tous genres confondus ainsi que de synthés. Il joue et compose aussi. Il est également passionné par les « hard sciences » (Physique théorique, Cosmologie, Mathématiques, ..) et a une immense admiration pour Albert Einstein.

Comme je le disais c’est lui qui m’a poussé et fait découvrir les pédales d’effet dont celle de phaser ! Au fur et à mesure de nos conversations sur JMJ, les synthés et autres choses qui en découlent, une réelle amitié est née ; comme ami, il a su me soutenir et m’encourager à persévérer dans mes projets musicaux et se pose ainsi comme un des plus gros fan de MoonSatellite. Difficile de décrire son action autant elle est peu visible dans le résultat et pourtant essentielle. Dès que j’ai un problème technique il est là pour répondre à mes questions, pour me conseiller dans mes achats, me donner des idées des choses à essayer, il me soutient et critique mes morceaux, me remotive si nécessaire, me remet sur terre aussi quand il le faut. Il vient vraiment palier à mes lacunes musicales (comme la séquence de la Variation III pour ma cover d’Oxygene Live in Your Living-Room, c’est lui qui a retranscrit avec une gomme et un crayon les notes jouées), mes lacunes techniques (il me propose régulièrement des réglages possibles pour obtenir tel ou tel son). Il suit mon travail de très très près ! Toujours objectif, du moins je l’espère, il me permet de faire de la musique, de progresser, de continuer et de croire en ce que je fais.

 


moonsatellitesiteofficiel.jpg
8. Je voudrais te féliciter pour ton site web, il est vraiment très beau. Que va-t-on y trouver à terme ? 

pochetteantavs.jpgJe te remercie pour mon site web. C’est moi qui ai réalisé ce site, j’aime beaucoup Internet et toutes ces nouvelles technologies, je perds beaucoup de temps avec tous ces petits gadgets mais ça m’amuse beaucoup de découvrir tout ce que l’on peut faire avec un ordinateur et quelques logiciels. Un site web c’est au départ une vitrine, sortir de l’ombre voire un moyen d’exister, de parler de ton travail, de partager ta passion, éventuellement de te faire connaitre et aussi de nouer un lien avec des personnes qui pourraient aimer ce que tu fais, donc les tenir informées et permettre à tes visiteurs de pénétrer dans ton univers. Pour moi c’est surtout un outil de partage rapide et de masse. Aujourd’hui un site web est un outil de communication essentiel et nécessaire. Un site te permet de mettre ta musique en écoute, des photos, des vidéos, de vendre et surtout de toucher des tas de gens que tu ne pourrais pas autrement. Je pense particulièrement à mes vidéos sur Youtube qui sont regardées dans le monde entier, ça donne d’ailleurs une impression de vertige ! Quand je lis un commentaire d’un type aux USA qui me dit qu’il vient de commander un Andromeda après avoir vu ma vidéo, tu te dis que tu as une sacrée responsabilité. C’est très étrange cette sensation de s’imaginer un type comme toi devant son PC à regarder ta petite vidéo minable faite avec ton appareil photo dans ta chambre.

J’ignore ce que va devenir ce site. J’aimerai qu’il soit un moyen d’échange et de discussion entre les gens qui aiment et écoutent ma musique, savoir ce que les gens pensent, pourquoi ils aiment ta musique, ce qui les touchent, etc. mais on a des vies qui vont vite, on est très occupé, on n’a pas toujours le temps de gérer tout cela. Je me rends compte que de répondre aux mails des personnes qui ont remarqué ma musique et bien ça me prend du temps. Heureusement pour moi j’ai peu de fans donc je pense m’en sortir pour le moment même si parfois je mets du temps à répondre.

 


9. Qu’est-ce que Volutes production ? 

apercu pochette vibrationsC’est un nom. Quand tu vas voir un film, un reportage, il y a toujours au début « Machin quelque chose présente ». Gamin quand je faisais des vidéos je mettais toujours « Volutes Production présente », ça faisait pro et le nom me plait, c’est resté.

 


10. Quelle est la solution logicielle que vous avez utilisée en studio pour tes derniers albums (pour l’enregistrement, le mixage) ? 

A force d’acquérir du matériel, il devenait compliqué de tout gérer. Programmer les machines montées en série, dire à celle-ci de ne pas jouer la note mais la transmettre à telle machine qui elle va jouer cette note etc. devenait un vrai casse tête, c’est pourquoi j’ai été obligé de passer à la MAO pour laquelle j’étais assez réticent, ce qui a bien changé ! J’ai donc commencé avec Cubase, cela a simplifié ma vie à un point inimaginable. D’un seul coup je me suis trouvé plus rapide et efficace. Cubase avec son interface midi est devenu le centre nerveux du studio. Donc le PC gère tout ce qui est midi et contrôle les machines, j’enregistre le tout dans mon multipistes numérique, le Korg D16, et voilà le cd est prêt ! Rien d’autre. Je n’utilise pas beaucoup les VST ayant pas mal de machines en hard, il faut des configurations informatiques énormes, etc. j’aime vraiment cette approche physique des instruments réels.

 


11. Ton nouvel album double Sequenzer, est une continuation d’Earth Gravity. Pourquoi avoir fait deux albums Sequenzer plutôt qu’un ? 

cover sequenzer vol. 1Très bonne question ! Après « Vibrations » dans le style 100% JMJ, je me suis lancé dans un genre moins marqué JMJ, Earth Gravity a vu le jour ainsi, des morceaux approchant les 15 ou 20 minutes, des morceaux se déployant dans le temps mettant petit à petit une ambiance de manière plus lente, une musique évolutive qui permet de développer au maximum (en théorie) les thèmes de départ. Dans le style Klaus Schulze donc. Ce type de morceau propose un vrai voyage proche de la méditation. On quitte le format couplet-refrain. Tout simplement en travaillant les morceaux pour Earth Gravity d’autres morceaux plus séquentiels sont apparus et ne correspondaient pas, à mes yeux, à la couleur que devrait avoir Earth Gravity. C’est pourquoi j’appelle Earth Gravity le Prélude à Sequenzer possédant à la fois des caractéristiques de « Vibrations » et de « Sequenzer ». Ensuite Sequenzer 2, « Unendlich Sequenzer », s’est imposé de lui-même. Lors de la composition de « Sequenzer » j’ai composé plusieurs morceaux ne pouvant pas apparaitre sur Sequenzer par manque de place ou parce qu’ils ne sont que des débuts de morceaux et désirant les faire figurer sous cette appellation, j’ai eu l’idée de faire comme une suite. En fait je travaille à de nouveaux morceaux pour Unendlich Sequenzer, ce qui fait que j’ai pas mal de trucs commencés dans mes tiroirs et qui verront peut être le jour à un moment ou un autre.

Au final, ces 3 albums seront assez différents tout en étant assez proches par le côté évolutif, regorgeant de séquences, ainsi que le fait de s’étendre dans le temps. Cela peut sembler étrange dans le sens où on peut dire que je fais de la musique électronique progressive donc forcément tous mes albums seront dans ce genre, mais pas du tout car je travaille parallèlement sur « Memories » qui correspond plus au style JMJ : des morceaux plus courts, modèle couplet-refrain et des sonorités très jarriennes.

 


12. Sequenzer est un ensemble hommage à Klaus Schulze et aux maîtres de la séquence des années analogiques. Est-ce qu’en abordant un morceau d’un quart d’heure comme dans Sequenzer, tu as une idée précise des sons que tu veux intégrer, où est-ce que le processus se fait intuitivement ? 

Les deux. Tout d’abord à ma façon de travailler, tout est intuitif ! Je tourne les boutons, je joue des notes sur mes claviers etc. tout prend forme petit à petit. Au bout d’un certain temps j’obtiens une base que je vais effectivement décider de faire évoluer d’une certaine manière mais cela peut venir d’un son, d’une idée, d’un essai ou d’une volonté mais je pencherai réellement pour un hasard intuitif… Ensuite oui au moment de la composition on a en tête la structure du morceau, l’idée vers laquelle on veut aller, même s’il y a beaucoup d’intuition et du hasard, voire de l’inspiration, dans la composition, on utilise notre volonté et notre âme. Ensuite on essaie de mettre tout cela en place pour faire quelque chose que l’on juge harmonieux ou qui nous plait. Tout le long de la composition on a dans notre esprit ce vers quoi on veut tendre.

 


13. Je trouve que la partie 4 de Sequenzer est la plus « jarrienne » de ton album. Cela vient sans doute du delay que tu as généré. Cela me permet de te demander quelles pédales d’effets as-tu utilisées sur l’album ? 

Studio Magnetic en avril 2009Effectivement la partie 4 de Sequenzer est sûrement la plus jarrienne par la présence de cette nappe flangée. Pourtant tout le long de l’album les sonorités jarriennes sont bien présentes mais la structure des morceaux est schulzienne, c’est un mixte des deux. A mon avis il sonne énormément Jarre du fait que ce ne devait pas être ce morceau. Je m’explique. A l’époque je composais sur 2 lieux différents. Le week-end où j’avais décidé de mettre en boîte la première version de Sequenzer, je me rends compte que j’ai oublié mon fichier midi. Impossible de refaire réellement le morceau comme ça de mémoire alors en moins de 2h j’ai composé ce morceau pour qu’il s’intègre le plus possible entre Sequenzer 3 et 5. Donc fait dans l’urgence, naturellement mon style de prédilection est ressorti : JMJ ! Sur l’album on retrouve deux pédales chères à JMJ : l’EHX Small Stone (Phaser) et la Deluxe Electric Mistress (Flanger) ainsi que deux pédales de Delay : l’EHX Memory Man with Azaray et la TC Electronic Nova Delay. Depuis je m’en suis procuré d’autres avec des possibilités très intéressantes et vous les entendrez sur mes prochains albums… D’Electro Harmonix, la Flanger HOAX, la Polyphase, la Polychorus, la Cathedral Stéréo Reverb, et une Behringer Chorus Space CC300.

 


14. Est-ce que les parties rythmiques de tes compositions sont créées en même temps que les mélodies ou sont elles pré-programmées ? – Elles semblent complexes au point d’avoir une vie propre - 

C’est marrant ça, je ne les trouve pas si complexes que cela. Après effectivement elles sont évolutives au même titre que le morceau et marquent la structure du morceau. Les parties rythmiques permettent éventuellement de marquer les transitions, les parties plus rythmées, etc. Tout comme le reste elles viennent de manière intuitive. Une fois la base du morceau en place, la structure que celui-ci va prendre, l’évolution que suit le morceau, les rythmiques s’imposent plus ou moins d’elles-mêmes et je les programme à ce moment là, il est effectivement impossible de créer un rythme qui va tourner en boucle, il faut qu’il arrive progressivement, qu’il soit modulé ou changeant, il doit s’adapter au morceau tout en donnant un dynamisme supplémentaire et s’intégrer parfaitement au reste qui a comme tu le dis une certaine vie propre.

 


15. Utilises-tu le sampling dans ta musique ? Des voix, des bruits naturels ? 

Le sampling ! Quelle machine à gaz ! J’y suis assez réfractaire, trop de boulot, trop de patience ! Faire des boucles, couper le son à tel endroit, l’assigner à telle touche etc. C’est une véritable torture pour moi. Je manque de patience et veux trop rapidement un résultat. Mais je viens d’acquérir une MPC5000 pour remplacer mon ancien sampler (A4000) que j’ai très peu utilisé. Donc j’ai pour mission perso de me mettre réellement dans le sampling, j’ai d’ailleurs commencé à emmagasiné plein de sons, des voix de toute beauté, j’ai commencé à sampler mes appareils, des samples transmis par Pierre, etc. je commence à avoir pas mal de sons et tout un univers de possibilités se fait jour. Il va falloir être patient même si j’ai décidé de me mettre dans la notice de la MPC avant Noël !

 


16. Si ta musique devait illustrer un film, quel genre serait-ce à ton avis ? 

J’aime beaucoup le cinéma de genre par exemple, je pense que ma musique pourrait servir dans ce type de film. Le cinéma de science fiction peut être aussi mais je pense que ce pourrait être n’importe quel film, tout dépend de l’ambiance du film. Je travaille en ce moment à la composition d’une B.O. d’un petit court métrage fantastique.

 


17. Quel est ton attitude vis-à-vis de l’improvisation sur scène et en studio ? 

Là c’est tout le problème de la musique électronique. Soit on passe son temps à programmer ou à jouer. Il semble parfois difficile d’allier les deux, il y a toujours un bouton à tourner. En studio j’ai recours aux deux formes, programmation et improvisation. Je mets les choses en place et souvent je me laisse aller et je joue sans m’arrêter en enregistrant presque tout après quelques essais à blanc. Ensuite je réécoute et en même temps je commence à remettre en place le tout (quantification, replacer les notes sur la portée, etc.). A force d’écouter ma première mélodie ou ma suite d’accords, le tout se transforme au fur et à mesure, je corrige la mélodie, je change les accords, j’insère des variations etc. Je pense que l’on part tous d’une improvisation que l’on retravaille sans cesse.

Pour le Live c’est différent. Soit on vient avec des bandes et on joue dessus le plus possible les thèmes, les fx et d’autres choses ou bien on s’arrange pour adapter le morceau au format concert. J’envisage de jouer en live Sequenzer et ce type de morceaux. Entre toutes les séquences et les divers éléments, il est impossible de rejouer en live, seul, ces morceaux, je vais donc sûrement les adapter pour une interprétation live avec le moins possible de préenregistré ou du moins laisser vraiment la place à une exécution vivante et donc différente de la version Cd ; donc tout cela évoluera en live devant les auditeurs souhaitant qu’ils prendront autant de plaisir que moi j’en aurai à jouer devant eux.

 


18. Peux-tu nous dire comment tu as rassemblé autant de matériel pour joueur Oxygène Live in your room en juin 2008 ? 

Cf. Question 3… Tout ce matériel a été acquis au fur et à mesure des années de mon parcours musical. Ensuite lors des quelques mois que ce projet m’a pris, devant la recherche des sons spécifique à Oxygène, j’ai commencé à acquérir mes premières pédales d’effet sous l’influence de Pierre, depuis j’en ai accumulé quelques unes…Par contre cette idée folle de refaire en entier la version d’Oxygène en intégralité incluant le Prélude et les Variations m’a permis de me familiariser encore plus avec mes appareils et quelque part me préparer à l’arrivée des analogiques dans mon studio.

 


18) Quel est, parmi les nouveaux morceaux d’Oxygène LIYLR, celle que tu préfères ? Même question pour Oxygène 1976 : quelle est ta partie préférée ? 

Image de prévisualisation YouTube

La difficulté avec Oxygène de JMJ est que c’est une pièce complète, on peut éventuellement la décomposer mais pour moi elle s’écoute du début à la fin sans interruption ; c’est ce que j’ai apprécié dans la tournée 2007. De plus la version dvd permet de voir cette pièce jouée en live sur les instruments d’époque ou presque. Un son très différent du cd que l’on connaissait de 1976 ou des diverses versions que JMJ a joué en concert. Mais pour répondre à ta question ; le jour de la sortie du dvd, je rentre chez moi avec l’objet tant attendu et j’allume ma télé, après le Prélude, superbe, Oxygène 1 débarque sur le 5.1 et là c’est une grande émotion ! J’ai presque les larmes aux yeux. Ce tempo plus lent, ces sons qui traversent la pièce, le phaser sur l’Eminent et après les arpèges cette voix qui s’élève. J’ai le souvenir d’être resté le regard suspendu, le corps inerte. Oxygène 2 m’a ramené sur terre et ensuite les 3 autres grands moments sont Oxygène 5, la Variation 3 et Oxygène 6.

Sur la version de 1976, j’écoutais bien plus Oxygène 2, 4 et 6.

 


19) Si je te donnais le choix, dans quel cadre aimerais-tu plutôt jouer ? Un Planétarium ou une salle de concert classique ? 

Déjà ce serait une grande chance de jouer en live, cela sous-entend que j’aurai un public. Je dirai les deux lieux. C’est de la musique instrumentale, elle peut se jouer partout je pense. Même si elle est électronique, elle diffuse des sensations, des émotions, des histoires et tant de choses. Les personnes qui écoutent ma musique souvent parlent de musique planante, un vrai voyage, etc. donc le planétarium se prêterait sûrement plus à une musique cosmique mais je pense que n’importe quel lieu peut être propice, c’est la musique l’élément central donc ce qui « dicte » l’ambiance et c’est elle qui donne les couleurs à l’endroit où elle se diffuse.

 


20) Quand est-ce qu’on pourra acheter l’album Sequenzer (que je conseille vivement) ? 

Sequenzer sera disponible très prochainement. Je finis de retravailler le nouveau master et il sera possible de se le procurer avant la fin de l’année. Je n’ai pas de date précise. Certains exemplaires se sont déjà vendus cependant. On pourra me l’acheter directement ou bien en passant par l’Association Patch Work Music qui regroupe divers artistes de musique électronique progressive (Bertrand Loreau, Olivier Briand, Alpha Lyra alias Christian Piednoir, Awen, Marc-Henri Arfeux, Lionel Palierne, etc., etc.) ; je suis à la fois très fier et très ému d’avoir rencontré ces artistes et de figurer à leur côté. Le site PWM-Distrib est en construction et sera bientôt sur la toile, ce sera l’occasion de découvrir les excellentes productions de mes camarades tous inspirés par Klaus Schulze, Tangerine Dream pour ne citer qu’eux.Lien à surveiller donc : http://www.pwm-distrib.com

 


22) Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?  

J’ai toujours plein de projets je suis le champion des idées jetées comme cela, débutées et parfois pas finies. J’ai donc des tas de trucs qui trainent à droite à gauche. En ce moment je suis dans la suite de Sequenzer qui s’appelle « Unendlich Sequenzer », j’ai déjà bien avancé et je pense qu’il y a pour le moment de bonnes choses et des passages vraiment sympas. Encore un mixte Jarre-Schulze !
J’ai aussi pas mal de morceaux pour « Memories », du 100% JMJ que ce soient les sons ou encore la structure des morceaux. Une vraie suite à « Vibrations » mais je pense plus personnelle. Vibrations a un côté copier-coller JMJ, Memories le sera aussi par le choix des sons etc. mais on y retrouvera des réminiscences de Sequenzer. Il y a aussi « Earth Gravity », le prélude à Sequenzer. Je dispose également de pas mal de choses pour cet album, j’aimerai le voir aboutir l’année prochaine pour passer à autre chose.

Ensuite j’ai diverses choses et des idées mais aucune idée de comment cela se matérialisera.

 


> Encore un grand merci à MoonSatellite pour sa gentillesse et sa disponibilité. Merci pour toutes ces émotions musicales. Lisez également son blog.
 

À propos de Jean-Baptiste

Né en 1977. je ne vis pas de l'écriture, je ne vis pas pour la musique, mais je suis en quelque sorte à mi-chemin des deux. Peut être. ou pas.

Voir tous les articles de Jean-Baptiste

3 Réponses à “Interview de MoonSatellite”

  1. Melotronic Dit :

    Je suis très content de voir qu’une place a été faite à mon ami Moonsatellite sur cet excellent blog.
    Il a assurément un talent qui mérite d’être découvert !!
    Merci.

  2. charles Dit :

    J’ai le privilège de posséder Sequenzer que je recommande sans modération.Des constructions Schulziennes sur des sons Jarriens avec la touche personnelle de Marc alias Moonsatellite.Bravo
    ..::Webmaster::.. Effectivement, et puis si le sous-titre du blog « Panorama sur Jarre, Tangerine Dream… » s’appliquait à un disque, ce serait sans doute celui de MoonSatellite.

  3. Lecrenier Eric Dit :

    Bonjour à vous,

    Voila juste que je découvre votre site et permetter moi de vous féliciter pour votre musique cela a toujour été mon souhait de faire se genre de musique.
    J’ai 50ans mais connais pas la musique juste pour mon plaisir personnel.
    J’ai un Juno 106,un Sh-201,et un Juno G que je viens d’aquérir.
    Encore mes félicitations.

    Eric Lecrenier

Laisser un commentaire

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont