Turzi, groupe de dense musique

Le groupe Turzi. Au premier plan, Romain Turzi.Romain Turzi est versaillais, et il est né en 1979. Mais Turzi, la house, à la différence du plus célèbres duo de rejetons de cet eldorado de l’électro, il n’en sont pas très friands. Turzi « grapille » plutôt dans le trip-hop. Mais il aime par-dessus le Krautrock. Et ça se sent, à la fois dans sa musique, et le graphisme de ses pochettes. On pense à Can ou Neu! Et le jeune leader confirme, même s’il déteste les catégories. En témoigne la foule de référence musicale dont il aime à saupoudrer ses interviews.

Installé dans le 18ème arrondissement de Paris, Romain est entré dans la musique aux côté d’un groupe d’allumé complet, Aqua Nebula Oscillaotor. Il a ensuite frappé à la porte de Record Makers, le célèbre label français, qui a produit son premier mini-LP « Made Under Authority«  en 2006. Ce disque solo comportait cinq morceaux courts sur la face A et une mongue impro sur la face B. Romain a un certain appétit pour les jeux de pistes. De ces ébauches d’electronica a émergé, avec son groupe son premier album, avec l’aide de l’ingé son Nick Stones, appelé « A« , en 2007. En octobre 2009, il sort son deuxième album, appelé logiquement « B« , également publié chez Record Makers.

 


> Hypnose collective


Romain Turzi, du groupe TurziSur ces deux albums, l’esprit abécédaire se décline jusque sur les titres des morceaux. Et là, le disque est tout sauf une autoroute allemande, exercice géographique. Pour « B », ce sont des noms de ville qui ont été choisis savamment. Savamment, voilà bien un adverbe qui colle à la peau de Romain. Ses morceaux mélangent synthé, bruits étranges d’apocalypse et de martèlements industriels, en plus de guitares tranchantes.  

Le langage musical de Turzi est assez hypnotique. Les incultes diront répétitives (comme des textures sonores formées de motifs identiques). Non, hypnotique. Oui, je crois que le terme cerne bien ce que j’ai ressenti en écoutant sa musique. Les volutes de sa cigarette sont une parfaite métaphore de son dernier album. Et encore « assez » est-il de trop. Et parfois dans la musique de film, à consonance effrayante (Beijing), façon Steve Moore. Pour les besoins de  » B », Turzi a fait appel comme guest au chanteur Bobby Gillespie, du groupe indie-rock Primal Scream, et l’excentrique couple Brigitte Fontaine et son compagnon Areski Belkacem. Ces dernières années en solo, Romain a fait ami-ami avec l’un des membres de Zombie Zombie, Etienne Chaumet pour des showcases très psyché. Il a aussi lancé son propre label « pour ceux qui ne trouvent pas leur place ailleurs », Pan European Recording.

 


> Thérapie de groupe


D’ordinaire, autour de Romain, il y a ce qu’il aime à surnommer son R.e.i.c.h. IV, son groupe, en hommage à Steve Reich. Une bande de potes de longue date. Il se compose de Judah Warsky (claviers), Sky Over (batterie), Gunther Rock (Guitares électriques) et d’Arthur Rambo (Basse). Derrière eux, des images quasiment abstraite qui font l’effet d’un soirée diapo de nos parents (jai aussi la trentaine) quand il était le moment de la mise au point de la flaque de couleur sur l’écran. Et dans le genre plus grandiloquent, la diffusion du film-culte Metropolis de Fritz Lang. Le groupe pose ses fly-cases un peu partout en France, aux Etats-Unis, à Londres où ils « hypent ». Et ils seront bientôt chez vous.  

 


> Ressources sur le web


 

 


Un commentaire

  1. Frank Boisgontier dit :

    Il y a une interview du bonhomme dans le numéro de décembre de « Keyboards Recording ».

Répondre

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont