Ron Boots, le hollandais planant

Ron Boots, le hollandais planant dans Portraits image2..:: Article rédigé par etiennefroes ::.. Ron Boots est né le 13 octobre 1962 à Eindhoven aux Pays-Bas. Ce créateur de musique électronique a la particularité d’être à la fois musicien et propriétaire du site de commerce en ligne http://www.grooveunlimited.nl/ qui vend des cd et dvd électroniques de divers créateurs. Cette société est encore un label qui produit et distribue les disques de Ron Boots et d’autres musiciens. Ce site est véritablement «une caverne d’Ali Baba» pour les amateurs de musique électronique (passer par cd shop).

Ron Boots se dit influencé dans sa production musicale par Tangerine dream, Steve Roach mais également par Stephen King et Tolkien.

En 1985, il se lance dans la musique électronique. De ces premiers travaux naissent
à partir de 1987, une série de cassettes audio. L’année suivante il collabore avec Bas Broekhuis à la création de musique qui se concrétise finalement par un cd intitulé «Hydry».


> Les années 90


image3 Ron boots dans PortraitsEn 1990, il travaille avec John Kerr à la réalisation d’un album dont le titre est «Offshore islands». La même année, il sort son premier album solo : «Dreamscape». En 1991, il produit «Ghost of a mist». Ses premiers travaux sont influencés par Steve Roach. Puis suivent en 1993 et 1994, «Different stories and Twisted tales» et «detachement of wordly affairs » qui rencontrent un certain succès. Ces CD sont tout autant rythmés qu’« ambient ». En 1995, il publie « Cutting branches » où il démontre qu’il s’est se glissé dans d’autres styles. Continuant d’expérimenter, il compose «Screaming whispers» en 1996, «Too many secrets» en 1997, «Tainted bare skin» en 1998. En parallèle, il publie une tétratologie musicale autour de la vérité : en 1996, «Out there lies the truth et «The truth ist twisted en 1997, «Truth or dare» et en 1998, «Four the truth».


> Les années 2000


Les années suivantes, il continue son petit bonhomme de chemin productif où il fait montre de son talent et sa capacité à diversifier ses créations. Il sort ainsi : «Close but not touching» en 2000 ; «Liquid structures in solid form» en 2002 ; et « Area movement» en 2003.

image4 tangerine dreamSes productions lui permettent de collaborer avec divers artistes à la réalisation de disques. En 2006, il participe au CD de Gert Emmens (musicien électronique néerlandais) qui s’intitule «The tale of the warlock». En 2008, Ron Boots réalise un disque dont le titre est «See beyond times and look beyond words». Pour ce CD, il s’entoure de Gert Emmens, Harold van der Heijden, Henri Peters, Paul Ellis et Frank van Bogaert. Il s’y mêle instruments électroniques, percussion, guitares et vocaux.

La même année, Ron Boots sort un nouveau disque plus solo où participent tout de même Harold van der Heijden à la batterie et Michel Osenbruggen pour l’électronique. Ce nouveau CD a comme titre «Mea culpa».

En 2008, Ron Boots et Edgar Froese font paraître un single où chacun réalise son titre : «Armageddon in the rose garden part 1» pour le leader de Tangerine dream et «Through hills to find» pour le compositeur néerlandais.

En 2010, se crée le groupe « Morpheusz» qui comprend Ron Boots, Eric van der Heijden, Frank Dorittke et Harold van der Heijden. Un seul CD a été produit par cette formation. «Days of delirium & nocturnal nightmares» et le titre de leur disque.

Depuis Ron Boots continue de produire des disques tous autant originaux qui font de lui un grand de la musique électronique.


Voici son site personnel où l’on peut découvrir ses nombreux CD : http://www.ronboots.com/

A noter que sur son site commercial : http://www.grooveunlimited.nl/ il est possible d’écouter de larges extraits de ses titres.

 


Un commentaire

  1. henri de castres dit :

    Superbe article, j’étais tombé sur un article à Amsterdam sur l’homme. Bravo pour votre blog. Excellent travail de pro.

Répondre

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont