Interview de Giorgio Moroder pour Dazed and Confused (2013)

11 juin 2013

Interviews

Interview de Giorgio Moroder à Los Angeles, le 11 avril 2013 par Tim Noakes pour Dazed and Confused. Traduit de l’anglais par Jeanbatman.


Giorgio Moroder[Présentation] Giorgio Moroder a produit Bowie, Blondie et Janet Jackson et composé les BO de Scarface, Top Gun, Midnight Express, American Gigolo, Flashdance, Cat People et L’histoire sans fin. Grammys, Golden Globes, Oscars, disques de platine, disques d’or – Moroder les a tous.

Dazed and Confused: Racontez-nous vos premiers pas dans la musique…
Giorgio Moroder: Quand j’avais 15 ans, 16 ans, j’ai rarement écouté de la musique européenne, tout était américain. Nous n’avions que Radio Luxembourg, qui jouait des trucs américains et anglais. Ca a vraiment tracé mes perspectives. Mon idée, tout d’abord, était de faire quelque chose pour le monde, pas l’Italie. Heureusement que j’ai commencé en Allemagne, mais j’ai fait quelques mauvaises choses là-bas. Le problème est que toutes les chansons que j’ai depuis oublié sortent à nouveau sur l’internet. Quelques trucs allemand, avec des paroles. J’ai si honte… J’ai fait une bonne chanson pop, j’aurais pu continué comme cela, mais ensuite je me suis vu proposé de travailler avec des chanteuses en Allemagne et je ne voulais pas, mais j’ai dû faire pour faire un peu d’argent. C’est ainsi qu’on apprend. Personne n’est un génie au début.

Votre album de 1979, E = MC2 a été commercialisé comme le premier enregistrement «live-numérique». Quels obstacles artistiques avez-vous dû surmonter pour créer cela?

GM: C’était un cauchemar. Je me concentrais tellement sur la technologie que j’ai oublié la chanson. Nous avions un petit appareil appelé The composer, qui était ce petit gadget qui pourrait programmer cinq pianos mécaniques de sorte qu’ils jouaient tous simultanément à partir d’une piste de clic. Nous avons enregistré l’album sur un enregistreur numérique pour la première fois. Nous avons commencé à faire des modifications et nous pouvions les entendre, mais ils n’ont pas pu le finaliser car l’ordinateur n’a pas assez de mémoire. J’ai donc dû prendre la chanson revenir à l’inventeur (le pionnier de l’enregistrement numérique, Dr Thomas Stockham) dans l’Utah et le modifier la façon dont il était censé être. J’ai demandé si je pouvais prendre une photo de la forme d’onde et il m’a dit: «Non! Non! Je pense qu’il a été impliqué dans l’armée. Il ne s’est jamais présenté à moi. Il pensait que j’allais donner son secret!

Pourriez-vous faire DJ?
GM: Ce que Skrillex fait avec Ableton … C’est comme un petit dieu. Ce n’est pas seulement créer des boucles – c’est facile – mais de faire des effets … C’est un génie. Ces effets deviennent des pièces uniques, ils ne sont pas reproduisibles. Le fait que vous puissiez faire tous ces trucs techniques est maintenant intéressant. Mais je ne vais pas le faire en tant que DJ, parce que je suis trop paresseux pour apprendre toutes ces petites choses. Je ne sais pas comment utiliser quoi que ce soit! Zéro! (Rires)

Pensez-vous que le meilleur de la musique est issu des limites et des contraintes?
GM: Ce qui personnellement me manque le plus, c’est l’interaction humaine. Quand je faisais ces travaux, j’ai utilisé les meilleurs musiciens de Munich. C’était génial parce que le bassiste et le guitariste avaient des idées. Maintenant, vous vous asseyez en face d’un ordinateur, vous le faites et espérez que ça va être génial. Tout ce que j’ai comme réaction ce sont ma femme ou son fils… et mon fils est toujours contre tout ce que je fais! Tout est mauvais! Il a 23 ans, vous comprenez…

Giorgio Moroder
Quand vous étiez débutant, ne vous sentez-vous seul parce que personne d’autres n’a vraiment fait ces sons?
GM: Eh bien, la seule chose que j’ai vraiment fait de mon propre chef était « I Feel Love », parce que c’était si facile. Il n’y avait pas d’idée préconçue – Je n’ai pas eu de musiciens, j’ai juste eu cette machine. Je l’ai eu l’accorder toutes les dix, 15 secondes, parce qu’il se désaccordait. Il a fallu un long moment. Puis j’ai eu un peu de bruit blanc et tordue pour que cela sonne comme un piège, puis un salut-chapeau. Toutes les percussions à l’exception du gros pied ont été créés en synthèse. Mis à part la voix de Donna, tout a été synthétisé. A l’époque il n’y avait que trois de ces Moogs dans le monde. Personne ne savait comment les utiliser. Emerson, Lake & Palmer avaient un. Walter Carlos en avait un et mon ami en Allemagne a eu l’autre, que j’ai utilisé. Mais jusqu’au milieu des années 80, à l’époque où j’ai fait « Take my Breath Away », cette chanson de Top Gun, j’ai toujours utilisé des musiciens, donc je ne me sentais pas seul. Je me sentais bien.

Que pensez-vous du morceau « Giorgio by Moroder » sur Random Access Memories de Daft Punk?
GM: Je pense que j’aurais pu être un peu plus précis quand les Daft m’ont interviewé pour « Giorgio by Moroder ». J’ai dit certaines choses qui ne sont pas grammaticalement corrects. Mais je n’avais aucune idée de comment les gars s’en serviraient. J’ai pensé qu’ils pourraient le transformer en un rap. Donc, j’ai été agréablement surpris quand je l’ai entendu la première fois. C’était aussi très émouvant d’entendre mon histoire et un peu de ma musique à l’intérieur. Je suis l’un des rares humains vivants dont la biographie est une chanson.

Quand avez-vous utilisé le vocoder pour la première fois ?
GM: J’ai fait un album exactement en même temps que «Love to Love You» appelé Einzelgänger, avec tout plein d’appareils électroniques. J’utilise un vocoder, mais ça restait très confidentiel.

Vous êtes (comme Daft Punk) un défenseur enthousiaste du vocoder. Qu’y a-t-il dans ce son que vous trouverez si inspirant?
GM: Je l’ai juste utilisé comme un effet. Ce n’était pas parce que je n’étais pas capable de chanter, je ne suis pas un grand chanteur, mais j’ai eu quelques succès en tant que chanteur aussi. C’est un bel effet. Quand j’ai entendu à nouveau Einzelgänger, je me suis souvenu combien j’ai utilisé le vocoder, et c’était en 1975, avant «I Feel Love». Je l’ai utilisé dans les années 70 et 80 mais ensuite j’ai complètement oublié. Je n’en possède pas même un en ce moment.

Giorgio MoroderImaginez-vous revenir à votre look emblématique de la fin des années 70?
GM: La moustache!

La moustache mythique…
GM: Oui, j’adore. C’était la mode à l’époque d’avoir une grosse moustache, maintenant cela a l’air ridicule. Mais à l’époque je n’ai jamais été vraiment dans le buzz. Tout d’abord j’étais occupé à travailler sept jours par semaine et jusqu’à dix heures ou 11 heures chaque jour, afin que les gens ne l’ai pas vraiment me voir. Un producteur est toujours dans les coulisses, encore plus dans les films – personne ne vous voit. Je n’ai même pas pu rencontrer la plupart des acteurs. par exemple, quand je travaillais sur Top Gun je n’ai jamais rencontré Tom Cruise. Vous étiez toujours en arrière-plan. Maintenant, c’est totalement différent.

Laquelle de vos bandes sonores de film pensez-vous résiste à l’épreuve du temps?
GM: Midnight Express. Je n’aime pas particulièrement Scarface. La partie d’introduction est belle. Le reste est vraiment mauvais. Le truc, c’est que quand ce film est sorti, ça a été un flop. L’une des pires journées que j’ai passées en tant que musicien était quand nous avons joué ce film au public. C’était une avant-première. À la fin… silence. Pas d’applaudissements. Certaines personnes ont commencé à huer. J’ai juste pensé, ‘Oh mon Dieu.’ Je pense que j’ai dû entendre: «va te faire foutre» 270 fois à la fin. Mais alors la vidéo est sorti, et il est devenu culte.

Vos sons ont été largement plagiés – voyez-vous l’imitation comme la plus haute forme de flatterie?
GM: Une des choses les plus intéressantes, du moins pour moi, sont les musiques de The Social Network et Drive. J’aurais pu faire ces deux musiques de films les yeux bandés. Fondamentalement, c’est ce que j’ai fait dans American Gigolo. Alors que la musique sent certainement rétro et ressemble à ce que je faisais dans les années 80. Mais je n’ai pas de monopole dans ce domaine.
La chose révélatrice est que Sofia Coppola voulait que j’écrive la musique pour son dernier film, et puis à la fin de notre déjeuner, elle dit: « Je voudrais un peu de musique rétro aussi, tu veux bien? » J’ai dit: « Non, c’est ma musique, pourquoi le ferais-je? » En fin de compte, cela n’a pas fonctionné, mais il semble que beaucoup de personnes utilisent encore ces sons du passé.

À propos de Jean-Baptiste

Né en 1977. je ne vis pas de l'écriture, je ne vis pas pour la musique, mais je suis en quelque sorte à mi-chemin des deux. Peut être. ou pas.

Voir tous les articles de Jean-Baptiste

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont