Archives pour la catégorie Oxygène

Oxygène 4 : histoire d’un tube

Jarre a un jumeau ?Oxygène 4 est le tube incontournable de Jean Michel Jarre, sorti en 1976. Sa mélodie a fait des milliers de fois le tour du monde. Il fait partie de tous les concerts de Jean Michel (sauf Les concerts en Chine, Lyon et IMac Night), dont il est devenu en quelque sorte l’exercice obligé. Mais il y a peut-être des choses que vous en savez pas sur ce monument qu’est Oxygène 4. Tour d’horizon.

(suite…)

Oxygène parties 4, 5 et 6 (analyse musicologique)

MusicologieCet article est basé sur l’analyse de Pierre Malle faite en 2003 dans son mémoire de musicologie sur la musique électronique des années 70. La totalité de son travail est disponible à la bibliothèque de Tours. Il a accepté d’en faire une version simplifiée et d’expliciter tous les termes techniques pour une meilleure compréhension…

La musicologie est une discipline scientifique qui étudie les phénomènes en relation avec la musique, dans leur évolution (histoire des idées et des théories musicales) et dans leur rapport avec l’être humain et la société, domaines plus particulièrement abordés par l’ethnomusicologie et la sociologie de la musique. Son caractère scientifique la fait se distinguer de la musicographie. (Wikipédia)

 


1. Contexte historique

Il est important de considérer le contexte dans lequel Oxygène, l’album-référence de Jarre, a vu le jour. 

Depuis 1974, le mouvement musical 100% électronique a émergé progressivement de son statut underground pour atteindre peu à peu un public plus large, ainsi qu’en témoignent les coups d’éclat de Kraftwerk avec Autobahn, de Tangerine Dream avec Rubycon, ou encore de Klaus Schulze avec son Timewind, récompensé par un Grand Prix du Disque. Le chemin est donc déjà balisé pour l’album de Jarre, qui connaît un succès retentissant en 1977, à l’échelle mondiale. Oxygène, enregistré entre août et novembre 1976 dans la cuisine de Jarre, réaménagée en studio d’enregistrement, parut à la fin de la même année et reste encore aujourd’hui un standard du répertoire électro.

(suite…)

Jarre explique Oxygène

 

 

Oxygène

..:: Mise à jour du lundi 5 mai : J’ai décidé de transcrire les propos de Jarre en lieu et place de l’audio original. À vous d’écouter la musique tout en lisant les commentaires de Jean-Michel. Bonne lecture. ::..

L’original d’Oxygène (1976) commenté piste à piste par Jean Michel en anglais lors de l’émission radio norvégienne NRK P3 Lydverket. Vraiment très instructif !

Le début de l’émission n’est qu’une longue dissertation de deux danois sur le passé de Jarre. L’interview anglophone de Jean-Michel commence à partir de 2:50. Il y est notamment question des instruments utilisés, de l’ordre dans lequel il a composé l’album, et de ses contemporains. (Malheureusement, d’horribles jingles sacrilège viennent interrompre le déroulement de l’album qui est joué quasiment du début à la fin)

 

Voici la transcription écrite du commentaire de Jean-Michel Jarre sur les trois parties d’Oxygène, qu’il a voulu un peu à la manière d’un director’s cut. L’article d’AerozoneJMJ

 


Oxygène 1


Oxygène 1 a été fait après Oxygène 2. J’étais intéressé à l’époque en tant que méthode de composition, de ne pas commencer par le début, mais plutôt par le milieu de l’album. C’est un conseil que je donnerai à de jeunes compositeurs, parce que cela vous oblige à être très imaginatif, de commencer avec quelque chose qui corresponde à ce que vous vouliez faire. Un peu comme dans la Guerre des étoiles de George Lucas, où il a fait les trois épisodes après le milieu de l’histoire.

 

(suite…)

Biographie de Jarre : 1976-1986

Nous reprenons le cours de notre grand portrait en 1976. Jean Michel Jarre enregistre son troisième (si l’on compte les Granges Brûlées) album, qui va être un choc considérable dans le monde de la musique, Oxygène. L’album, à la magnifique pochette signée Michel Granger, sera un best-seller (Douze millions d’exemplaires vendus dans le monde à ce jour) pour un album français. Les six morceaux de l’album portent simplement des numéros, ce qui sera l’objet de nombreuses plaisanteries ultérieures. Son cœur emblématique, Oxygène 4, qui sera utilisé par de nombreuses radios et télés françaises (notamment le journal télévisé d’Antenne 2).

(suite…)

Jarre donne Oxygène… sans public !

Un petit aperçu artisanal de l'effet 3d par juxtaposition de deux images. Un DVD pour Noël ! Jean Michel Jarre a donné un concert à l’Alfcam d’Anvers mercredi soir. Peu de choses sont connues de cette prestation live, si ce n’est que Jarre avait réquisitionné une quantité impressionante de synthétiseurs analogiques. Sur scène, aux côtés du maître, se trouvaient Claude Samard, Francis Rimbert et une vieille connaissance : Dominique Perrier. Ensemble, ils ont interprété l’Oxygène de 1977 à l’occasion du trentième anniversaire de sa sortie mondiale, dans les conditions du direct. Un petit compte-rendu en anglais va vous permettre d’en savoir plus sur cet évènement qui met les fans de la planète jarre en émoi. Quand à la nouvelle maison de disque, elle a publié un compte-rendu dont j’ai fait la synthèse ici.

 


> Jarre dans les conditions du live pur

Un modèle de caméra stéréoscopiquePrise risque autant artistique que nouveauté technologique, puisque la prise de vue était faite à partir de caméras haute définition capable de restituer l’image en trois dimensions. Ci-contre un exemple de caméra qui permet de composer les images tridimensionnelles. La sortie du DVD est prévue pour le 26 novembre prochain. Ci-dessus une petite animation maison brouillone pour imaginer ce que cela pourrait donne. Je piaffe d’impatience. Un site internet va voir le jour à cette occasion : il s’agit d’Oxygene 3D. 

Oxygenius, projet des fans pour les 30 ans d’Oxygène

Logo du site 'Oxygenius' Personne n’ignore plus que l’album Oxygène a 30 ans cette année.
Jarre UK propose de faire un cadeau à Jean Michel en retour de toutes les émotions que ce disque peut inspirer à chacun. Ce sera un témoignage puissant et spontané qui va s’augmenter pendant plusieurs mois encore. Il s’agit d’un site dédié à tout ce qui touche de près ou de loin à Oxygène dans le coeur des fans.
Le nom de ce site est « Oxygenius ». Il suggère aux fans du monde entier de proposer photographies, coupures de presse, illustrations qui témoignent de l’époque de sa sortie, aussi bien que de traces personnels (dessins, photographies privées). Ces dernières peuvent s’inscrire dans une perspective poétique, philosophique, allégorique, ou n’importe quelle autre, pourvu qu’elle soit originale. Vous pouvez télécharger vos images en ligne.Votre bloggeur a modestement contribué.Rendez-vous sur Oxygenius.info pour ajouter votre pierre à cet édifice.
Merci beaucoup !

Oxygène parmi les 1001 meilleurs albums…

La couverture du livre sur 50 ans d'albums pop Parmi les grands. Un ouvrage récent intitulé « Les 1001 disques qu’il faut avoir écouté » (Flammarion) recense, sur la foi de quatre-vingt dix critiques pop, rock, soul, techno et world une sélection de 1001 albums daté de 1955 à 2005. C’est le français Michka Assayas (auteur du dictionnaire du rock en 3 volumes) qui préface cette anthologie de la musique populaire très complete. L’anglais Robert Dimery assure la direction de l’ouvrage.

 


> Enfin un français !


La page rédigée par Tim Jones sur Oxygène est éloquente. Il est mis en exergue comme offrant « une perspective rafraichissante sur la musique électronique ». Honneur estimable pour le musicien français, puisqu’il est parmi les 12 albums français (seulement) retenus. À égalité avec Serge Gainsbourg (Melody Nelson) et MC Solaar (Qui sème le vent récolte le tempo) ! Évidemment, leurs genres musicaux sont très éloignés les uns des autres. Les choix sont discutables.
Même ramené à 101 albums tous genres confondus, ce choix-là (celui d’Oxygène) est vraiment indiscutable !


> Si j’avais à donner mon avis…


Pour la musique électronique, seul deux disques de Kraftwerk eurent suffi : Autobahn et Man-Machine. Trans Europe Express est le disque le plus soporifique que l’on puisse s’imaginer et est indigne du titre d’album à avoir écouté une fois dans sa vie. Peut-être qu’après Phaedra, un deuxième disque de Tangerine Dream eu complété le livre ou bien Rubycon ou bien Stratosfear.
Par ailleurs, si
Zoolook ne figure pas dans les 1001, pourquoi diable My life in the bush of ghosts (Brian Eno) n’y figure-t-il pas non plus ? C’était ou l’un ou l’autre. Croyez-moi, l’injustice règne en ce bas monde.
Dans les années 90 et 2000, Saint-Germain et DJ Shadow sont moteurs d’une musique intéressante, mais peut-on en dire autant de ce William Orbit,
Strange Cargo III ?En attendant de publier hypothétiquement ma propre anthologie, je vous laisse juge de mes propres critiques. Bon surf sur En Attendant Jarre !
 

12

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont