Archives pour la catégorie B.O. de films

Vangelis – 1492, Christophe Colomb (1992)

Pochette de l'album '1492, Christophe Colomb'En 1992, pour les cinq-cent ans de la découverte de l’Amérique, Ridley Scott tourne le long-métrage 1492, Christophe Colomb, avec Gérard Depardieu et Sigourney Weaver. C’est donc Vangelis qui va une nouvelle fois être chargé de la mise en musique, eux, qui ont déjà collaboré sur Blade Runner. Il a été nominé aux Golden Globes de 1993 pour la meilleure musique de film. Le disque a été enregistré à Paris sous la houlette de Philippe Colonna (Mixage et enregistrement)  et de Frederick Rousseau (coproducteur de l’album). Il faut également noter que deux autres collaborateurs de jarre sont de la partie. Il s’agit de Xavier Belanger, l’ethnologue qui a présidé aux sons ethniques de Zoolook, et Denis Vanzetto, l’ingénieur du son sur Rendez-vous et Revolutions.

Dans le livret, Ridley Scott déclare qu’il a d’office voulu une musique qui fasse le pont entre le quinzième siècle et l’époque d’aujourd’hui. Nombre d’instruments traditionnels viennent compléter les synthétiseurs fétiches de Vangelis : guitare andalouse (sur Deliverance et Moxica…), mandoline, flûtes et violons. Avec ce disque, Vangelis a signé son plus gros succès commercial, et son thème le plus universellement mémorisé (Conquest of Paradise).

(suite…)

Eric Serra – Nikita (1990)

Pochette de NikitaDeux ans après le succès du Grand Bleu, Eric Serra et Luc Besson consolident leur fructueuse collaboration avec la bande originale du film Nikita. Le film, qui met en scène Anne Parillaud (qui épousera Jean Michel Jarre en 2005) dans le rôle d’une femme tueuse à gages, est propice à de nombreuses illustrations sonores. Avec la reconnaissance du Grand Bleu (trois millions d’albums bleus écoulés), Serra fonde son studio d’enregistrement, X-plore, et sa propre compagnie de production, the X-Plorians. Cette B.O. récoltera un César de meilleure musique de film en 1989, et une nomination aux Victoire de la musique variétés. Le style, même si la partie rythmique et basse a beaucoup de similitudes avec le Grand Bleu, est plus sombre. L’aspect synthétique est nettement plus poussé que dans les travaux précédents. Les titres en exergue de cet album sont Learning Time, ЛPOKMOP et The Dark Side of Time.

(suite…)

Giorgio Moroder – Midnight Express (1978)

Giorgio Moroder - Midnight Express (1978) dans B.O. de films 41Jw%2Bp579TL._AA240_Après mon papier « Supernature » de Cerrone il y a quelques jours, le moment est venu de franchir les alpes. Giorgio Moroder, l’italien moustachu, est un des plus importants producteurs et compositeurs de musique électronique et de variétés. L’italien a prospéré sur les terres du disco avec Donna Summer notamment. Midnight Express (1978) est un film américain d’Alan Parker qui conte le calvaire d’un jeune américain interpellé pour trafic de drogue dans les prisons turques. C’est le compositeur de From here to eternityet d’innombrables hymnes d’évènements sportifs (coupes du monde de football, jeux olympiques). J’ai découvert le nom de l’artiste au dos de la compilation d’Arcade synthétiseur qui honorait cet album de deux reprises assez convaincantes. La musique de l’album a été essentiellement composée (ou devrai-je dire – bricolée) à deux mains avec l’allemand Harold Faltermeyer (le créateur du thème de « Beverly Hills cop »), et enregistré aux studios Musicland de Munich, et ceux du Larrabee Sound de Los Angeles et d’Allen Zentz à Hollywood, à côté du réalisateur Alan Parker. Midnight Express a été composé et enregistré en trois semaines, et mixé en deux jours. Le disque est un peu court, et constitué de deux variantes d’un même morceau : Le thème est d’abord instrumental, puis la voix gracile de Tony Benett vient lui donner une profondeur supplémentaire.

(suite…)

Vangelis – L’Apocalypse des animaux (1973)

Vangelis – L’Apocalypse des animaux (1973) dans B.O. de films 61Y%2BuQPFdzL._AA240_Condensé de quelques-unes des illustrations sonores de Vangelis pour la série de Frédéric Rossif, l’Apocalypse des animaux, diffusée en 1970. La musique date donc de cette époque. Six épisodes de cette série animalière furent tournés, et la bande originale n’en restitue que les moments. À l’époque de la composition de l’album, 1970, Vangelis est encore membre du groupe Aphrodite’s Child. C’est le sixième album studio de Vangelis, qui avait inauguré ce décompte avec la bande-originale (déjà) d’un film : « Sex Power » d’Henry Chapier en 1969. Il est enregistré au studio Europa Sonor. C’est la première collaboration entre les deux hommes, qui culminera musicalement avec l’Opéra Sauvage, en 1979.

Au lieu de plages purement électroniques, Vangelis a intégré des chants et des mandolines et guitares acoustiques pour renforcer la chaleur de son propos.  L’album dégage une forte mélancolie, en dehors de deux pièces courtes et plus vives : le thème de la série, intitulée « Générique » et « l’ours musicien », ce sont des longues nappes de synthétiseurs qui incitent à la rêverie. Le générique de l’Apocalypse des Animaux est bâtit sur un atypique rythme à deux temps à l’africaine. C’est une mélodie qui tourne sur quatre notes qui connait des pauses et des démarrages successifs. La petite fille de la mer, l’un des, si ce n’est le premier(s) tube(s) de Vangelis, agit du charme paisible d’une mélodie qui évoque une berceuse. Un morceau un peu lisse à mon goût, mais dont les éléments s’assemblent avec une science assez stupéfiante pour cette époque (1973).

(suite…)

Vangelis – Antarctica (1983/88)

La pochette du disque Antartica, de Vangelis (1983)En 1983, Vangelis signe la bande originale du film japonais de Koreyoshi Kurahara, Antarctica. C’est donc dans la foulée de Blade Runner que sort cette composition. Ce disque à la pochette blanche a été édité en 1988 par Polydor pour la France. Antarctica est l’histoire vraie (reprise depuis dans une version édulcorée par les studios Disney – Antarctica, prisonnier du froid) qui retraçe la survie de chiens de traineaux abandonnés dans l’immensité Antarctique, dans le cadre d’une expédition scientifique japonaise. Les pauvres animaux sont sans nourriture. N’ayant pas eu la chance de voir le film, je m’en remet uniquement à la musique du magicien grec du synthé, qui compose souvent directement devant les images des films auxquels il collabore.

(suite…)

Peter Gabriel – Passion (1988)

Peter Gabriel - Passion (1988) dans B.O. de films 21A3CMVF7CL._AA180_5etoiles.gif Possiblement la bande originale de film électronique la plus ambitieuse composée à ce jour. La musique de La dernière tentation du Christ est unee ‘sacrée’ réussite ! Derrière la pochette très picturale se cache une composition admirable. Lawrence d’Arabie est renvoyé au désert de ses prisons acoustiques (je dis cela sans méchanceté). Le livret dénombre une foule de musiciens étonnants et cosmopolites (au bas mot, une vingtaine) associés au projet. Rien ne manque au tableau : violons, contre-basse, flûtes, guitariste répartissent au fil de cet album très intense. Peter Gabriel s’illustre entre au Synclavier, au D50 et au Fairlight, mais ne chante pas, ou presque pas, sans en tant que deuxième voix.

(suite…)

Vangelis – Blade Runner (1982 / 1994)

La pochette de Blade Runner5etoiles.gif Musique vers le Futur. Vangelis et Ridley Scott travaillent ensemble en 1982 à ce qui va devenir un des chefs d’oeuvre du genre Science-fiction : Blade Runner. Pour la musique, Vangelis nous introduit dans une ambiance oppressante, avec des longues nappes de synthétiseurs, sur lesquelles se greffent des mélodies vives et des sonorités déccélérantes très caractéristiques. 

Que vous ayez ou non vu le film, de toute façon, la musique vous transporte dans un autre monde. un monde étrange où les androïdes font des rêves, et les humains des cauchemars du sentiment de se perdre eux-mêmes.

(suite…)

123

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont