Archives pour la catégorie Disques 90′s

Yanni, Live à l’Acropolis (1994)

Yanni live at the AcropolisLe grec Yanni revient dans sa terre natale pour participer en « vedette américaine » au festival annuel du théâtre antique d’Herode Atticus à Athènes (lieu où se produisèrent tous les grands interprètes de classique), en septembre 1993, et trois concerts. Cela faisait trente ans qu’il n’était pas retourné aux États-Unis. C’est donc sous la silhouette du Parthénon que la carrière de Yanni va connaitre la bacchanale du succès commercial (qu’il n’est pas prêt de renouveler, vu les sommets qu’il atteint ici). Pour les besoins de sa tournée «Symphonic Concerts»  a fait appel au London royal Philharmonic, dirigé par le chef d’orchestre iranien Shardad Rohani. C’est la première fois que Yanni se confronte directement pour l’orchestre (Rohani signant les arrangements), lui qui est plutôt habitué aux cordes synthétiques. Dans ses bagages, Yanni emmène également ses musiciens habituels. Citons les : le batteur fantasque Charlie Adams (qu’il connait depuis ses débuts), le percussionniste Michael Bruno, le bassiste Ric Fierabracci et les deux claviéristes d’horizon « piano classique » Julie Homi et Bradley Joseph (depuis 1989), ainsi que la violoniste virtuose Karen Briggs, qui l’accompagne depuis 1991. Comme dans un ensemble jazz-rock, chaque musicien a l’occasion de s’illustrer en soliste ou en ping-pong (l’un répondant à l’autre).

(suite…)

Mike Oldfield – Voyager (1997)

Pochette de Voyager de Mike OlfieldVoyager est l’album celtique de Mike Oldfield, qui parachève le contrat initial de trois disques signé avec Warner entamé avec Tubular bells II. Le multi-instrumentiste s’est entouré d’une nuée de musiciens irlandais, qui jouent des instruments traditionnels. Il a notamment convoqué dans son studio londonien deux membres du groupe The Chieftains, Sean Keane et Matt Molloy. À l’origine, Mike ne devait jouer que de la guitare sur cet album, mais après avoir écouter la première mouture, les cadres de Warner obtinrent l’ajout de synthétiseurs dessus, même si l’essentiel de son travail se fait à la Fender Stratocaster et, en MIDI, au PRS Custom.

(suite…)

William Orbit – Strange Cargo III (1993)

Pochette du disque de William Orbit, Strange Cargo IIIWilliam Orbit, avant d’être devenu le pygmalion de Madonna (écoutez son album Ray of light) et des All Saints, signe le troisième opus de Strange Cargo. Le concept de « Strange Cargo » ou de « Cargo cult » correspond aux croyances magiques et ancestrales qu’attribuent les peuples colonisés à la première vue de leurs colonisateurs. Strange Cargo III se caractérise par ses mélodies très épurées et spatiales et son foisonnement d’ambiances, entre ambient, dub et techno-pop.

Cette troisième livraison a été produite, enregistrée et mixée aux studios Guerilla de Londres, et diffusée par Virgin. La pochette de l’album, qui représente des sculptures de l’ensemble architectural d’Angkor, donne le ton oriental qui domine cet album, par contraste avec les deux Cargo précédentes. Cet album d’un peu plus d’une heure divise énormément les critiques : soit on adhère, soit on le rejete d’un bloc.

Rythmiques chill-out et bleeps se combinent dans un équilibre savant de chansons et d’instrumentaux purs. Si la musique n’est pas désagréable, aucun titre ne bouscule véritablement l’auditeur, ce qui en fait un parfait disque pour se détendre. L’ambition d’Orbit avec cette série de disques commencée en 1987, est formulée ainsi : « Prendre le chemin de votre for intérieur, répandre des millions de graines de pensées. » 

(suite…)

The Chemical brothers – Surrender (1999)

Surrender, des Chemical BrothersLe troisième album original des Chemical Brothers marque le « décrochage » du style big beat, nonobstant les tubes « Hey Boy, hey girl » et « Let forever be » parus en singles, pour un public plus large. 

Donner un petit frère à Exit Planet Dust et Dig your own Hole n’est pas un défi très aisé. Après un disque de remixes au titre éloquent (Block Rocking Beats), Rowlands et Simons envisage la guérilla technologique avec un album au titre aux consonnances militaires radicalement différent. Au programme : mitraillette de beats et grenade lacrymogène de folk-songs extra-terrestres. Le tout pour achever sa mutation de groupe techno-choc en groupe techno-pop. On passe d’un style musical, d’une époque à une autre, sans coup férir.

(suite…)

Era – album éponyme (1997)

Pochette d'EraEra est le premier album fruit de la collaboration entre Eric Lévi et Guy Protheroe (comparse de longue date de Vangelis), Eric Lévi (à l’époque Eric Lewy) est un guitariste dans le groupe de hard-rock des années 70 Shakin’Street aux côtés des futurs « téléphones » Louis Bertignac et Corrine Marienneau, converti à la musique new age dans la foulée des groupes comme Enigma ou Enya. Lévi et Protheroe avaient travaillé ensemble aux musiques des films populaires de Jean-Marie Poirier, et notamment Operation Corned Beef (1991) et surtout Les Visiteurs (1993), qui leur a donné l’idée de cet album.

Le titre central Enae Volare Mezzo, popularisé par le film Les Visiteurs, est une envolée de guitare digne des Scorpions ou de Bon Jovi, qui reflète exactement l’esprit de l’album. Nappes de synthés et motifs répétitifs servent d’arrière-plan à un déploiement de chœurs grégoriens. La guitare incisive de Lévi donne à l’ensemble une touche rock.  L’album s’articule autour de trois langues, le latin (la langue naturelle du chant grégorien), une langue proto-latine indéfinie, et une dernière, l’anglais (Mother, Ameno).

(suite…)

Boards of Canada – Music has the right to children (1998)

Music has the right to Children - disque de Boards of CanadaLes frères écossais Michael (né en 1970) et Marcus Eoin (né en 1971) Sandison a fait une entrée en fanfare avec ce premier album complet (si l’on met de côté l’obscur album Boc Maxima) de toute beauté. Même si la moitié des titres de l’album sont issus de titres précédemment publiés, la cohésion et de cette oeuvre est frappante.

Ces deux spécialistes de la découpe musicale ont eu le temps de perfectionner leur style, depuis leurs débuts à la fin des années 80, avec leur arrière catalogue, un peu comme Jarre avant Oxygène, a été laissé dans l’ombre par le duo. L’acclamation critique dont ils furent l’objet, aux côtés des Selected ambient Works d’Aphex Twin, à une époque où le trip-hop prenait une dimension considérable, n’est pas usurpée. Le nom Boards of Canada est dérivé du nom anglophone de la branche de la télévision publique de Montréal, le National Film Board of Canada.Le Canada est le pays dans lequel les jeunes musiciens ont passé une partie de leur enfance dans les années 70. Des extraits d’émissions de cet organisme servent de fil conducteur à leurs albums avec des samples de films documentaires éducatifs, en plus de prises de son sur du matériel « cheap ».

(suite…)

Daft Punk – Homework (1997)

Pochette de Homework de Daft PunkInutile de limiter l’essentiel de l’analyse du carton Homework à son titre emblématique, Around the World, puisque nous l’analysons ici dans un article séparé. Il est acquis que c’est avec ce groupe et quelques autres (Etienne de Crécy, Motorbass, Laurent Garnier et Air) que la presse anglaise (à laquelle ils avaient « piqué » leur nom paradoxal, «punk crétin») a créée l’expression « French Touch ».

La genèse de Homework remonte à celle du premier single « Alive», puis du maxi « Da Funk », en pair avec Rollin’ and Scratchin’ sorti en 1995 sur le label écossais Soma. À l’époque les deux jeunes versaillais, qui se sont rencontrés en 1987, au lycée Carnot à Paris, ont à peine vingt ans.  Issus de la culture rave et fascinés par l’Angleterre, les Daft ont mélangé habilement des ingrédients de techno, de rock et d’acid housepour produire, dans une dénotation toute personnelle, le P ou (Da)-Funk. Il a été fait mention du minimalisme de la structure des morceaux, avec une science précise de l’entrée en scène des sons, plus une part d’imprévus dans la restitution de certaines fréquences, pour qualifier le «son Homework».

(suite…)

12345...7

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont