Archives pour la catégorie CD / Kraftwerk

Kraftwerk – Trans-Europe Express (1977)

La pochette de Trans-Europe ExpressLa pochette tout en austérité de l’album dénote bien l’atmosphère qui préside à la création de Trans-Europe Express. Il s’agit d’une photo à la mode des studios Harcourt du Paris des années 30. Fans du disque de  David Bowie paru l’année précédente, Station to Station, Kraftwerk quitte l’autoroute pour monter à bord de l’express qui va parcourir l’Europe.1977 est une année de création intense (ma maman témoignera), et les progrès des machines s’accélèrent au fil des mois. Ralf Hütter et Florian Schneider ont produit un album dans une trame mécanique froide très prononcée. Mais faisons donc arrêt entre les gares de Düsseldorf et de Los Angeles (au Record Plant), où le quatuor a enregistré cet album à la notoriété planétaire. Le chant de Ralf est un élément moteur des compositions. La diatribe « Endless » – parlant de l’Europe -  qu’il lance alternativement avec une « voice machine »revient avec insistance tout au long du disque.

(suite…)

Kraftwerk – Autobahn (1974)

Pochette de l'album AutobahnL’album Autobahn est le prototype d’un genre nouveau, qu’on appellera ultérieurement new wave ou électro-pop. Ce disque n’est pas un coup d’essai pour les allemands de Kraftwerk, puisqu’ils ont déjà réalisé trois disques sous leur nom, et un sous le nom d’Organisation, qui ne sonnait pas assez allemand, en quatre ans de temps. Le duo Ralf Hütter et Florian Schneider a réquisitionné deux autres musiciens, Klaus Roeder (guitare et violon) et Wolfgang Flur (percussions). Côté production et ingénierie du son, ce disque marque la dernière empreinte de Konrad Plank, qui est, entre autres, derrière le groupe de Krautrock Can. La musique de Kraftwerk doit beaucoup aux travaux de Terry Riley, et en moindre partie, à John Cage. La pochette de l’album, une vue subjective d’un lever de soleil depuis une autoroute, est signée Emil Schult. Le visuel intérieur est celui du sigle autoroutier barré, orné des mentions : Kraftwerk et Autobahn.

(suite…)

Kraftwerk – Minimum/Maximum (2005)

La pochette du double CD live de KraftwerkService maximum. Il ne sont pas si courants, les groupes qui attendent 35 ans avant de sortir leur premier album live. Après la farce du vrai-faux live de The Mix, l’équipe de Düsseldorf y arrive enfin. Kraftwerk consent finalement à apposer l’étiquette « live » sur leur album au titre ambigü, Minimum-Maximum. Le double album nous propose 22 titres enregistrés aux quatre coins du monde, dont une bonne partie de la bande-son de Tour de France, ainsi que la majorité de leurs standards (de 1974 à 2003). Une version limitée proposait un livre avec des informations sur la préparation des concerts.

(suite…)

Kraftwerk – Radioactivity – 1975

Pochette austère de Kraftwerk - Radioactivity - 1975 dans CD / Kraftwerk 3etoiles Bon ensemble. Compte tenu des moyens embryonnaires de l’époque qui l’a vu naître à l’époque, ce disque a bien vieilli. Chaque titre a une identité propre, qui va de l’abstraction pure « Geiger Conter » et « Intermission« , au concret « News » (descendu en droite ligne du mouvement artistique Fluxus) en passant par la fantasmagorie « Uranium », et surtout le minimaliste « The Voice or Energy ». Quatre chansons, identifiables en tant que telles, se suivent ici : « Radio Activity« , son pendant « Radioland » (peut-être un peu poussif), « Airwaves » (géométrique et dansable à souhait), puis, autour de quelques plages d’expérimentations, de crépitements et de bruitages insolites (qui leur donnent, à juste titre, le statut de DJ avant tout le monde), « Antenna », leur bombe atomique, est encore un peu meilleur qu’Autobahn dans sa construction que le reste. Intéressant contraste de sons chaud et froids, neutrons et protons : « Radio Stars« , et son registre hypnotique et oppressant, que je figurerai comme une sorte d’alarme après un accident nucléaire. Avec « Transistor », on baigne au contraire dans un clapotis de sons guillerets, chantre de progrès, assez « Vangelis » sur le fond. Cohérent sur le concept et avec comme visuel un vieux poste de radio des années 30, ce disque est aussi critique vis-à-vis de l’énergie nucléaire. Radio Activity est impossible d’accès pour qui n’est pas ouvert à l’expérimentation. L’album a été enregistré en sept semaines.


> Track-list

  1. Geiger Counter
  2. Radioactivity
  3. Radioland
  4. Airwaves
  5. Intermission
  6. News
  7. The Voice Of Energy
  8. Antenna
  9. Radio Stars
  10. Uranium
  11. Transistor
  12. Ohm Sweet Ohm

Lire aussi : La biographie de Kraftwerk

12

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont