Archives pour la catégorie Daft Punk

Daft Punk – Alive (2007)

Pochette de daft Punk, Alive 2007, live à BercyVoici le disque live de Daft Punk au Palais Omnisports de Bercy, le 14 juin 2007. C’est seulement le deuxième album live de Daft Punk, après Alive 1997 (sorti en 2001). Cet enregistrement d’1h15 intervient après une tournée de plus d’un an around the world Alive 06, était leur deuxième concert de 2007. En plus de la version simple, il existe une version collector (double album) avec un mini-livre de 54 pages rempli de photos sympathiques, et le rappel en tenue phosphorescente qui évoque « Tron ». Les fans japonais ont, quant à eux, eu droit à deux figurines à l’effigie Be@rbricks du groupe. Avec l’aide d’une campagne de pub massive un ou deux millions d’euros), il décroche la première place des ventes en France, et accroche le top 20 un peu partout en Europe.

Le deuxième disque bonus rassemblent des morceaux des autres groupes de Thomas Bangalter, deux  »bis ». Une version (disponible en single) du clip de « Harder, Better, Stronger« , tournée par les caméras de 250 fans du groupe lors d’un concert à Brooklyn, New York et assemblée par Olivier Gondry (le frère de Michel Gondry) est accessible pour les heureux possesseurs de lecteur CD-ROM. L’idée d’avoir une version DVD a été quand à elle mise de côté par le groupe.

(suite…)

Daft Punk – Homework (1997)

Pochette de Homework de Daft PunkInutile de limiter l’essentiel de l’analyse du carton Homework à son titre emblématique, Around the World, puisque nous l’analysons ici dans un article séparé. Il est acquis que c’est avec ce groupe et quelques autres (Etienne de Crécy, Motorbass, Laurent Garnier et Air) que la presse anglaise (à laquelle ils avaient « piqué » leur nom paradoxal, «punk crétin») a créée l’expression « French Touch ».

La genèse de Homework remonte à celle du premier single « Alive», puis du maxi « Da Funk », en pair avec Rollin’ and Scratchin’ sorti en 1995 sur le label écossais Soma. À l’époque les deux jeunes versaillais, qui se sont rencontrés en 1987, au lycée Carnot à Paris, ont à peine vingt ans.  Issus de la culture rave et fascinés par l’Angleterre, les Daft ont mélangé habilement des ingrédients de techno, de rock et d’acid housepour produire, dans une dénotation toute personnelle, le P ou (Da)-Funk. Il a été fait mention du minimalisme de la structure des morceaux, avec une science précise de l’entrée en scène des sons, plus une part d’imprévus dans la restitution de certaines fréquences, pour qualifier le «son Homework».

(suite…)

Violaine Schütt – Around the world (2008)

Le livre de Viloaine Schütt sur Daft Punk« Around the world – Daft Punk » (Éditions Scali, 18 euros, 190 pages) décrit avec enthousiasme l’impact puissant du premier album des Daft, sous la plume d’une bloggueuse-DJ, Violaine Schütt. La phrase est précise, les références sont documentées. Le livre permet de mieux appréhender le parcours planétaire de la ritournelle obsédante du titre à succès « Around the world », qui a ouvert une audience mondiale au duo. Deux millions et demi d’exemplaires d’ Homework ont été écoulés à ce jour dans le monde, dont un cinquième en France.

Le livre mêle des extraits d’interviews de Thomas Bangalter et Guy-Emmanuel Christo avec des témoignages de son entourage (manager, complices), et même… fans !

(suite…)

Daft Punk – Discovery (2001)

Pochette de l'album 'Discovery'4etoiles.gif Avec Discovery, Daft Punk n’en était pas à son premier coup d’essai. Après quelques « devoirs a la maison » d’où est ressortie une copie qui a fait le tour du monde (Around The World). Daft Punk revient avec l’album qui, pour moi (et pour beaucoup) est celui de la consécration.

Discovery nous invite au voyage, une histoire musicale, magistralement mis en image par le dessinateur nippon d’Albator : Takaharu MATSUMO au travers d’Interstella 5555. L’album commence tambour battant sur le beat techno/disco-robotisé de One More Time, (le premier single qui est sorti de cet album). Puis on glisse tout doucement vers Aerodynamic après quelques tintements de cloches, ce morceau est dominé par le son des guitares qui substituent les voix du morceau précèdent. Apres un moment de flou, on débouche sur un solo de guitare électrique synthétique tellement pur et parfait. C’est un des moments les plus forts de l’album selon moi. Le son de la guitare s’estompe alors doucement pour laisser de la place a des nappes planantes…et un nouveau rythme, une voix vocodée nous accompagne au début de Digital Love, avant de laisser la place a une grosse partie instrumentale très réussie, faisant la part belle a plusieurs samples sonnant presque « vieux », ensuite un retour très remarqué du son de guitare un peu moins saturé, mais toujours aussi superbement bien réalisé. Nous arrivons maintenant a un morceau beaucoup moins organique et plus mécanique, Harder Better Faster Stronger utilise, avec ses teintes disco-funk, nuancé d’une « Dictée Magique » vocodée qui prend tout son sens au fil du morceau. Encore une fois une réussite !

(suite…)

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont