Archives pour la catégorie French touch

JMJ fait sa compil de musique d’Infiné: « Infiné by JMJ »

JMJ fait sa compil de musique d'Infiné:
L’annonce, vient du label Infiné (Rone, Spitzer, Aufgang, Clara Moto…):
La sortie d’une sélection digitale de JMJ himself, à partir du catalogue du label. Voilà ce qu’a déclaré le papa d’Oxygène :

« InFiné fait partie de ces labels qui ont l’audace des véritables créateurs. A l’instar des artistes qu’il représente, il faut avoir une vision, une ambition commune pour créer et proposer de nouveaux projets. Lorsque j’ai découvert la musique produite par InFiné j’ai ressenti un lien et un sens artistique commun. Cette envie de défricher de nouveaux territoires en toute liberté est ce qui m’anime depuis le début de mon parcours musical et je ressens cette dose d’Oxygène qu’InFiné offre à ses artistes. »

La sortie est annoncée pour le 14 janvier 2013 en digital uniquement.


Source

Sébastien Tellier au premier degré

Son nouveau single Pépito Bleu a fait l’événement (les uns le raillant, les autres applaudissant l’audace) sur la toile. On y voit le barbu de la scène électro française prendre des attitudes de gourou régnant sur ses disciples. Toublant.

Image de prévisualisation YouTube

Que pensez-vous de cette mise en scène provocatrice ?

Le nouvel album de Sébastien Tellier, My God is blue,  sortira le 20 mars.

Daft Punk – Alive (2007)

Pochette de daft Punk, Alive 2007, live à BercyVoici le disque live de Daft Punk au Palais Omnisports de Bercy, le 14 juin 2007. C’est seulement le deuxième album live de Daft Punk, après Alive 1997 (sorti en 2001). Cet enregistrement d’1h15 intervient après une tournée de plus d’un an around the world Alive 06, était leur deuxième concert de 2007. En plus de la version simple, il existe une version collector (double album) avec un mini-livre de 54 pages rempli de photos sympathiques, et le rappel en tenue phosphorescente qui évoque « Tron ». Les fans japonais ont, quant à eux, eu droit à deux figurines à l’effigie Be@rbricks du groupe. Avec l’aide d’une campagne de pub massive un ou deux millions d’euros), il décroche la première place des ventes en France, et accroche le top 20 un peu partout en Europe.

Le deuxième disque bonus rassemblent des morceaux des autres groupes de Thomas Bangalter, deux  »bis ». Une version (disponible en single) du clip de « Harder, Better, Stronger« , tournée par les caméras de 250 fans du groupe lors d’un concert à Brooklyn, New York et assemblée par Olivier Gondry (le frère de Michel Gondry) est accessible pour les heureux possesseurs de lecteur CD-ROM. L’idée d’avoir une version DVD a été quand à elle mise de côté par le groupe.

(suite…)

Sébastien Tellier – Sexuality (2008)

Sexuality par Sébastien TellierSexuality est le troisième véritable album de Sébastien Tellier (si l’on excepte sa compilation Sessions, de 2006), paru chez Record makers, le label de Air. C’est le premier où il a mené le projet à deux, avec la deuxième (ou première, je ne sais pas trop) moitié de Daft Punk, Guy-Manuel de Homem Christo, en tant que producteur. Après avoir collaboré au projet Daft Punk’s Electroma en prétant sa chanson L’Univers, l’envie de travailler ensemble a été réciproque, l’un (Guy-Man) considérant l’autre (Seb) comme le plus grand chanteur français actuel, et Tellier ne tarrissant pas d’éloge sur le « blanc africain » qui a le don des rythmiques justes et qui est « très sexuel » (cette dernière considération nous éloignant du sujet initial).

Tellier, après abordé successivement les thème de la famille (L’incroyable vérité) et de la politique (Politics) dans ces deux premiers albums, s’attaque maintenant à ce qu’il considère comme le niveau supérieur de la subordination : la sexualité (demandez donc à Bill Clinton ce qu’il en dit), dédié à sa copine actrice. Le but de Sébastien : créer un monde, et baigner dedans… D’où peut-être aussi les larges lunettes noires qu’il arbore comme pour mieux s’isoler. Bon, alors ne tournons pas autour du pot, il y a deux écoles pour parler de Sexuality : certains crient au disque de l’année, d’autres à la fumisterie pure et simple.

(suite…)

Roudoudou – Just a place in the Sun (2001)

pochette de ''Just a place in the sun''Le troisième album de Roudoudou est une nouvelle expérience rétro et kitsch-electronica de premier ordre. Roudoudou, alias Laurent Etienne (né en 1963), qui s’est lancé dans les albums longue durée avec Tout l’Univers, un prolongement de ses collages de musiques oubliées du monde entier diffusés sur Radio Nova. Le garçon, qui a décidé de ne pas grandir, ni de se prendre au sérieux, a tiré le pseudo d’une confiserie sertie dans un coquillage très populaire dans les années 60 et 70. C’est un comique autant qu’un comics si on en juge par les illustrations de lui-même qu’offre les pochettes de ses disques et ses clips.
C’est en effet sous les traits à peine déguisés d’Elroy Flintstone de la série américaine «The Flintstones» que se représente Laurent. Dans la foulée du voyage intersidéral du tube Peace and Tranquility on earth hydratonifié par la pub L’Oréal avec Virginie Ledoyen et de l’album du même nom (2001), Roudoudou récidive sur Delabel. Il fait atterrir son disque volant sur les plages nacrées de Tahiti, où l’on croise une myriade de jeunes vahinés aux formes aussi pulpeuses que cartoonesques signées Uncle Emile, en short à fleurs, tout en sirotant un cocktail sans alcool.

(suite…)

Benjamin Diamond – Strange attitude (2000)

Strange Attitude de Benjamin DiamondNombreux sont ceux qui auront été impressionné par le tube de l’été « Music sounds better with you » par l’effort solo de Benjamin Diamond. Benjamin Cohen, la voix derrière ce tube mondial de Stardust avec Thomas Bangalter (Daft Punk) et Alan Braxe explore le concept un peu plus loin en proposant une collection de titres clinquants comme son nom d’artiste le suggère. Il sort Strange attitude le 19 septembre 2000, à la tête de Diamond Traxx. Benjamin cristallise le souvenir de ses mélodies accrocheuses dès les deux titres d’ouverture (Little Scare et le très 80′s 18 and Over). Benjamin joue des claviers pleurnichards, de la guitare (ou plutôt des riffs de guitare), pendant que la basse électrique hoquetante de Cello secoue la piste de danse en saluant à chaque moment Peter Hook (bassiste de New Order).

(suite…)

Daft Punk – Homework (1997)

Pochette de Homework de Daft PunkInutile de limiter l’essentiel de l’analyse du carton Homework à son titre emblématique, Around the World, puisque nous l’analysons ici dans un article séparé. Il est acquis que c’est avec ce groupe et quelques autres (Etienne de Crécy, Motorbass, Laurent Garnier et Air) que la presse anglaise (à laquelle ils avaient « piqué » leur nom paradoxal, «punk crétin») a créée l’expression « French Touch ».

La genèse de Homework remonte à celle du premier single « Alive», puis du maxi « Da Funk », en pair avec Rollin’ and Scratchin’ sorti en 1995 sur le label écossais Soma. À l’époque les deux jeunes versaillais, qui se sont rencontrés en 1987, au lycée Carnot à Paris, ont à peine vingt ans.  Issus de la culture rave et fascinés par l’Angleterre, les Daft ont mélangé habilement des ingrédients de techno, de rock et d’acid housepour produire, dans une dénotation toute personnelle, le P ou (Da)-Funk. Il a été fait mention du minimalisme de la structure des morceaux, avec une science précise de l’entrée en scène des sons, plus une part d’imprévus dans la restitution de certaines fréquences, pour qualifier le «son Homework».

(suite…)

123

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont