Archives pour la catégorie Klaus Schulze

Klaus Schulze – Trancefer (1981)

Pochette de Trancefer de Klaus SchulzeTrancefer est le premier album de Klaus Schulze sur le label IC. Il est sorti le 1er Octobre 1981. Pour les besoins de ce disque, singulièrement très court pour le Berlinois, 37 minutes seulement, Schulze s’est entouré de deux autres musiciens, qui auront de la place ultérieurement dans sa carrière, Wolfgang Tiepold au violoncelle et de Michael Shrieve aux percussions. Le son tranché et digital de Schulze (c’est son deuxième album avec des instruments numériques après Dig it, qui a une pochette presque similaire) correspond à une vraie mutation par rapport à sa production des années 70 (même si celle-ci est loin d’être hétérogène). Les sons métalliques tissent une structure d’acier autour des deux autres protagonistes. Klaus Schulze joue sur un séquenceur digital. Les amateurs de musique minimaliste seront ravis jusqu’aux oreilles par cette « drone » de musique.

(suite…)

Klaus Schulze feat. Lisa Gerrard à La Cigale (23 sept.2009)

Klaus SchulzeCeci est un reportage qui m’a été gracieusement confié par Fabrice Baudinot (qu’il en soit remercié) le lendemain du concert. Le photographies (en pied d’article) sont signées Christian Piednoir que je salue amicalement pour bien avoir voulu me les mettre à disposition.

Mes amis, je voulais vous faire partager ma joie d’avoir pu assister au concert de Klaus Schulze et Lisa Gerrard hier soir. Ce concert à failli ne pas avoir lieu en raison de l’état de santé de Klaus (NDLR: 62 ans), celui n’a en effet pu jouer celui de Essen la veille.C’est un homme très fatigué avec un faciès pâle et surtout d’une extrême maigreur qui s’est présenté devant son public mais on voyait quand même la joie de jouer devant son public Français. Le set à débuté à 20 heures avec un morceau typiquement Schulzien, un début cacophonique de sons étranges,une longue ligne mélodique puis la mise en route des séquenceurs et enfin une fin très planante…. celui-ci d’une durée d’une trentaine de minutes.

(suite…)

Bayreuth Return, Klaus Schulze, 1975 (analyse musicologique)

Bayreuth Return, Klaus Schulze, 1975 (analyse musicologique) dans Étude musicologique musicologieCet article est basé sur l’analyse de Pierre Malle faite en 2003 dans son mémoire de musicologie sur la musique électronique des années 70. La totalité de son travail est disponible à la bibliothèque de Tours. Il a accepté d’en faire une version simplifiée et d’expliciter tous les termes techniques pour une meilleure compréhension…

La musicologie est une discipline scientifique qui étudie les phénomènes en relation avec la musique, dans leur évolution (histoire des idées et des théories musicales) et dans leur rapport avec l’être humain et la société, domaines plus particulièrement abordés par l’ethnomusicologie et la sociologie de la musique. Son caractère scientifique la fait se distinguer de la musicographie. (Wikipédia) 

Klaus Schulze : le nom de ce musicien revient fort souvent lorsqu’il est question de musique électronique de la Berlin School. Outre sa collaboration avec Tangerine Dream (le temps de l’album Electronic Meditation paru en 1970, et de quelques concerts frénétiquement improvisés) Schulze a travaillé au sein de nombreux groupes dont Ash Ra Tempel, qu’il a fondé en 1971 avec le guitariste Manuel Göttsching, mais aussi Cosmic Jokers et Go. Néanmoins, c’est en tant qu’artiste solitaire que Schulze s’est le plus distingué. Ce multi-intrumentiste, né en 1947, a commencé sa carrière musicale en tant que batteur dans un groupe d’étudiants qu’il mit sur pied en 1967, baptisé Psy Free. Il semble que son expérience au sein de Tangerine Dream, malgré sa brièveté, lui laissa une excellente impression : Il déclara, à propos de sa participation à Electronic Meditation : « Je produisais différentes sortes de sons percussifs qui étaient ensuite altérés par des machines. C’était vraiment génial d’être dans un groupe ouvert à tant d’expérimentation. » [Klaus Schulze cité par Mark Prendergast]

(suite…)

Klaus Schulze / Lisa Gerrard : DVD Live à Varsovie

Dziekuje BardzoLe concert de Klaus Schulze et de Lisa Gerrard à Varsovie en Pologne, le 13 novembre 2009, va être édité en DVD. Un CD va par ailleurs reprendre le contenu des concerts de Varsovie et de Berlin l’année dernière : 

12 novembre 2008 – Berlin, Schiller Theater
13 novembre 2008 – Salezian’s Basilica

Il fait suite à l’album Farscape et au DVD Live in Rheingold.

Le titre du nouveau DVD sera « Dziekuje Bardzo » Ce sera un DVD seul accompagné d’un documentaire de 33 minutes par le réalisateur français James Frachon.

La date de sortie est annoncée au 19 mai 2009. Il existera une version PAL et NTSC de ce DVD.

> Source : Fabrice B. et le Myspace officiel de Klaus Schulze

Lire aussi : la liste exhaustive des enregistrements de Klaus Schulze.

(suite…)

Klaus Schulze – Enregistrements, concerts, livres, films, radios

Klaus Schulze, le pionnier de la musique cosmique..::Article rédigé par etiennefroes::.. La discographie de Klaus Schulze méritait bien un article complet, non seulement du fait de son extraordinaire abondance, mais aussi du fait de sa qualité. Voici le sommaire de cette caverne d’Ali Baba :

Klaus Schulze et Lisa Gerrard : Live at Loreley (18/07/2008)

Rheingold, double CD avec Klaus Schulze et Lisa Gerrard.Le jour de la Saint-Valentin on ne pouvait attendre autre chose de ma part que de vous raconter une belle histoire d’amour entre un homme et une femme… Sauf qu’ici, il s’agit d’amour de la musique. Je vais vous parler à la fois du concert du Loreley et de la captation qui a été publiée dans la foulée.

Après s’être rencontrés en novembre 2007 dans le studio du claviériste allemand, l’australienne Lisa Gerrard (Dead can dance) et Klaus Schulze ont unis leur talents pour réaliser Farscape, à la mi-2008, un double album de collaboration. Le vendredi 18 juilllet, pour accompagner la sortie de Farscape, les deux sommités se sont donnés rendez-vous au Festival Night of the Prog, à Loreley en Allemagne. Les vétérans de Tangerine Dream était à l’affiche le même soir. D’autres rescapés des années 70, entre autres, étaient également en piste : les mellotonesques Barclay James Harvest et Roger Hodson (ex-voix de Supertramp), pour complèter la programmation du week-end. La santé de Klaus lui permettant de monter sur scène à ce moment-là (il avait annulé plusieurs concerts au mois de mars et d’avril), c’était un moment rare de pouvoir admirer, moyennant 65 euros minimum, l’aisance du Berlinois derrière une pile de claviers, rejoint au cours de la soirée par Lisa Gerrard, pour interpréter deux titres. Quant au titre de l’album, l’or du Rhin, c’est un nouveau clin d’oeil de Schulze à sa passion pour Richard Wagner.

(suite…)

Tangerine Dream – Electronic Meditation (1970)

Pochette d'Electronic Meditation// Critique faite par etiennefroes // Si cette production est la première officielle de Tangerine dream, il en existe d’autres avant cette année 1970 : un disque «bootleg» relatant un concert de 1968 et le film «underground» de 1969 dont Tangerine dream a composé la bande originale et dans lequel Edgar Froese est acteur. On peut le voir en galante compagnie dans une baignoire…

Mais revenons à notre propos. Que ce soit ces musiques d’avant Electronic meditation ou celle de ce disque, on retrouve le même type de création musicale. De la musique expérimentale jouée sans instruments électroniques (car ceux-ci viennent d’apparaître et sont encore d’un coût élevé) mais avec des guitares, un batterie, un orgue, une flûte et toutes sortes de machines pouvant créer des bruits bizarres ou distordants. On peut dire que dans ces toutes premières productions de Tangerine dream navigue entre la musique contemporaine et la musique psychédélique.

(suite…)

123

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont