Archives pour la catégorie Musiciens français

Frederick Rousseau, plan-séquence

Frederick RousseauNé le 9 avril 1958, Frederick Rousseau a collaboré avec deux des plus grands noms de la musique électronique, d’abord Jean-Michel Jarre au début des années 80, ensuite avec Vangelis dont il est devenu au fil du temps le directeur musical. Il est aujourd’hui sollicité à la fois pour le cinéma, la télévision et s’est fait un nom internationalement dans le monde de la musique. Sa formation au piano classique ne l’a pas empêché d’essayer de nombreux autres instruments : batterie, basse, guitare, percussions.
Et pourtant, le destin de Frederick aurait pu être tout autre s’il avait poursuivi son engagement dans l’armée, pour le compte du CEA (Commissariat à l’énergie atomique) où il travaillait sur des têtes de missiles nucléaires.

En 1980, il devient associé avec Francis Mandin, ex-membre de Clearlight, pour développer le magasin Music Land à Paris, et succède ainsi à Joël Fagerman et Francis Rimbert, qui géraient le premier magasin de ce genre, Phonorgan. Le magasin, qui a été créé en septembre 1979, a une section synthétiseur très développé (Minimoog, Elka, Clavinet, Korg, Sequencial Circuits). Le magasin est le premier centre européen de musique électronique, et il est parrainé par Jean Michel Jarre. Music Land produit même quelques disques de musique planante (groupe B&M, série Dictotyledon) auquel participera en pointillé Frederick Rousseau. 

Vangelis vient s’approvisionner à Music Land en synthétiseurs pour les sessions parisiennes de l’album See you later (dont le morceau Memories of green resservira sur Blade Runner). C’est la première fois que les deux hommes se croisent. 

(suite…)

Justice, ça castagne !

Xavier de Rosnay et Gaspard Augé du groupe JusticeGaspard Augé et Xavier de Rosnay forment le duo électro Justice. Il semblerait que le manager des Daft Punk, Pedro Winter, ait l’oreille absolue lorsqu’il s’agit de dénicher de jeunes talents. C’est le cas de Justice, nouvelle coqueluche des jeunes et des clubs. En octobre 2008, leur premier album est déjà disque d’or ! Mais Justice, c’est plus que de la musique, c’est un état d’esprit ! Beaucoup d’interrogations ont entouré le nom du groupe, et, à plus forte raison, le visuel qui les accompagnent depuis le début : une croix catholique sur fond noir. Xavier (né en 1982) et Gaspar (né en 1979) sont tous les deux étudiants en graphisme à Paris. Xavier est batteur dans une série de groupe de rock, et travaille pour le label Musclorecords. Mais leurs passion de la musique électronique et éclectisme pop communs (Des Buggles à… Britney Spears, en passant par Jean-Michel Jarre) vont les décider à travailler ensemble.
Les débuts de Justice se sont faits sur le réseau Myspace, où leurs titres ont rencontré les clics de trois millions d’internautes. Puis, ils intègrent le label Ed Banger records, qui a été fondé en 2003 par Pedro Winter. Leur premier single encourageant, « Never be alone », est un remix du groupe Simian. Le morceau marche incroyablement bien en club, même s’il a été fait avec des moyens très économiques (une simple Groovebox). Ce titre sera édité en CD 2 titres, sous le nom « We are your friends », sur le label Ten Records, une filiale de Virgin Music. Le clip qui l’accompagne gagne un MTV video award, qui est décerné à Jérémie Rozan.

(suite…)

Marboss, Kraftwerk solitaire à la française

Marboss live, le 15 jiun 2007Stéphane Marchal est un scientifique de la musique. Élève à l’école d’électronique de Paris dans les années 90 et ingénieur pour une grande marque de services informatiques, il créé ses propres programmes de MAO (Musique assistée par ordinateur) très vite. Après un crochet par l’université de Stafford en 1994, il publie son premier album en 1999, « musica electronica » sous l’égide de la Bibliothèque Nationale de France. À cette occasion, il fait la connaissance de Henri Maurel, le fondateur de Radio FG et Eric Morand, du label de Laurent Garnier, F Communications. Le pseudonyme Marboss est la contraction des noms de son premier duo,  »Marchal » et « Bobosse », depuis 1986.

(suite…)

Claude Samard, le guide de la guitare

Portrait de Claude SamardClaude Samard est l’un des plus éminents spécialistes mondiaux des guitares du monde entier. Il a rédigé les articles les plus définitifs sur les modèles de guitares les moins connues du grand public pour « Guitarist » Magazine, lui qui en possède une collection impressionnante.

C’est un producteur, compositeur et interprète qui a travaillé avec les plus grands groupes internationaux (Midnight Oil, Roger Hodgson de Supertramp, Rita Marley, la femme de Bob et Gaia). Passionné de blues et de Bob Dylan, musicien de studio et directeur d’orchestre, il a formé sa personnalité musicale aux côtés de son mentor, le breton Jean Musy. Samard croise la route de Dominique Perrier (musicien régulier de Jarre) en qualité de musicien pour un des albums du groupe celtique Stone Age.

(suite…)

Pierre Henry, le son pour le son

Pierre HenryNé en 1927, Pierre Henry est l’élève d’Olivier Messiaen (prof d’harmonie), de Félix Passeronne et de Nadia Boulanger (prof de composition) au Conservatoire de Paris.

Il sera timbalier au sein de l’Opéra de Paris, et c’est à ce titre qu’il fait la rencontre qui décidera de sa vie…

Il rencontre Pierre Schaeffer au sein des studios de Radio et Télévision Française (RTF, l’ancêtre de Radio France), et les deux hommes travaillent ensemble à la Symphonie pour un homme seul (1949 à 1950), première oeuvre longue durée de musique concrète gravée sur vinyle. Entre 1951 et 1953, ils créent ensemble Orphée qui sera le premier opéra électro-acoustique au monde, reprise par Béjart. Béjart et Henry collaboreront ensemble d’une manière assez suivie à partir de là.Henry et Schaeffer ne partageait pas les même finalité des expérimentations sur bandes magnétiques, et ainsi, il se séparèrent musicalement, en 1959.

(suite…)

Dominique Perrier, c’est fou !

Le claviériste de Space Art, Jean Michel Jarre et Stone Age, Dominique PerrierDominique Perrier (à ne pas confondre avec le cinéaste français) est un des piliers du temple musical de Jean-Michel Jarre. Les deux hommes se sont rencontrés au studio Ferber en 1973 où Jarre composait des paroles pour Christophe, et cette amitié perdure jusqu’à aujourd’hui. D’une famille de musiciens, avec un père violoniste, Dominique s’intéresse à 5 ans au piano avant de prendre des cours de violoncelle (l’instrument de son grand-père). Puis il entreprend des études de lithographie à l’école Estienne, qu’il abandonne pour revenir au piano avec le talent qu’on lui sait. À vingt ans, Perrier faisait des arrangements élégants et jouait de tous les claviers pour de nombreux chanteurs français. Parmi ceux-ci, on peut citer Christophe, bien sûr, mais aussi Michel Fugain et le groupe Il était une fois, ainsi que le compositeur de musique de films Eric Demarsan.

(suite…)

Francis Rimbert – le clavier au coeur

Francis RimbertFrancis Rimbert est l’un des premiers (ensemble sur scène à Houston dès 1986) et le plus assidu des musiciens de Jean-Michel Jarre. Il se sont rencontrés à l’époque de la préparation du concert de La Concorde où Francis a prêté quelques synthés au musicien lyonnais. Initialement démonstrateur (en fait devrait-on dire expérimentateur, ce serait plus conforme à la réalité) de synthétiseurs, chez les fabricants Korg, puis Roland, et quelques temps chez Ensoniq, le Valoisien fait le bonheur des habitués du salon de la musique depuis des années, avec son talent et sa gentillesse. Il a effectué un certain nombre de commandes, notamment pour des télévisions, mais a surtout un passeport musical noirci de sceaux de nombre de villes de France et de concerts avec Jean-Michel Jarre. Il est également un ami de Michel Geiss, autre personnage important de l’univers du musicien lyonnais.

(suite…)

1234

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont