Archives pour la catégorie Portraits

Loom : Tangerine dream n’est jamais très loin…

Loom : Tangerine dream n’est jamais très loin… dans Musiciens suisses ou allemands loom

:: Article rédigé par etiennefroes :: On pressentait qu’il existait beaucoup d’affection entre Jerome Froese et Johannes Schmoelling. Les films de l’époque où Johannes Schmoelling faisait partie de Tangerine dream nous montre un enfant (Jerome) et un presque parent (Johannes) très complices.

De plus au contraire d’autres qui ont quitté Tangerine dream et qui n’ont plus de rapport avec ce groupe, Johannes  Schmoelling est resté un ami d’Edgar Froese ; ils ont d’ailleurs travaillé ensemble il y a quelques années.

Lorsque  Jerôme Froese a décidé de se lancer dans une carrière solo, il y a eu assez vite des rumeurs de collaboration entre lui et Johannes Schmoelling. Il a fallu attendre 2011, pour qu’un projet en l’air devienne un groupe « Loom » dont nul ne sait s’il durera. Cette formation est composée des deux cités et de Robert Waters.
(suite…)

Jérome Gueguen

Jérôme Gueguen en 2010…::Article rédigé par Jérôme C. ::… Jean-Michel Jarre s’entoure pour ses projets de collaborateurs fidèles. Les nouvelles têtes sont donc rares. L’arrivée récente de Jérôme Gueguen dans la « Jarre team » fait suite à un impondérable : le claviériste a en effet été appelé à la rescousse pour remplacer Dominique Perrier, indisponible pour “des raisons familiales”, sur la tournée 2010 trois semaines avant le concert de Budapest. Après le bassiste Michel Valy pour le concert de Hong-Kong en 1994, c’est un autre membre du groupe Stone Age, auquel appartient Perrier, qui remplace au pied levé un des musiciens de Jarre. Petit coup de projo sur ce musicien issu des scènes jazz et celtique…

 


> Les débuts anonymes 

 


Après des études de piano classique, le claviériste et accordéoniste breton Jérôme Gueguen pratique le jazz lors de jams avec Louis Winsberg (guitare) et Christophe Garreau (basse) au CIM, première école de jazz et de musiques actuelles créée en 1976. En 1984, il rencontre le batteur Marc Hazon aux côtés de Francis Moze (basse), puis en 1987, le bassiste Michel Valy et le claviériste Dominique Perrier au sein du groupe de rhythm’n blues « Chance Orchestra ». On reparlera d’eux… Gueguen commence à se faire un nom à la fin des années 80, pendant lesquelles il participe à des séances studio et tente régulièrement quelques compositions. Parmi ses premiers crédits notoires, il est pianiste pour le titre « Let them try » (version instrumentale) sur la fameuse B.O. « Le grand bleu » d’Eric Serra (ex-bassiste de Chance Orchestra), sorti en 1988, et est aux claviers sur deux titres de l’album « Scène de vie » de Patricia Kaas en 1990. Parallèlement, il compose la chanson « Rocker symphonique » (1988) de Jacques Haurogné ainsi que le succès « De Bretagne ou d’ailleurs » de Philippe Lavil (1990), bien sûr inspiré de ses origines. Aux débuts des années 90, Jérôme rejoint le groupe Coketale mené par Jacques Mercier (« Captain Mercier ») et Laurent Cokelaere. La formation donnera deux albums : « Mamarade Gumbo » en 1995, et « Mardi gras » en 1998, dont il signe la musique du titre « Qu’il pleuve ». Après ce deuxième opus, la formation s’éparpille pour se reformer occasionnellement, en particulier lors du concert « Coketale Revival » en Janvier 2007. 

(suite…)

Christian Richet : percutant !

Christian Richet


> L’apprentissage…

(Article rédigé par Jérôme) Le claviériste et percussionniste français Christian Richet est né au début des années 60. Il étudie le piano dès 7 ans. Trois ans plus tard, il découvre le rock progressif de Pink Floyd et de Soft Machine. A 13 ans, il prend des cours de percussions. Il entre plus tard à l’Ecole Normale Supérieure de Musique (ENSM) de Paris pour étudier le piano. Il en sort titulaire d’un diplôme d’enseignement. Parallèlement, il obtient le premier prix en percussion au Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSM) de Paris. A la fin de ses études, il se consacre totalement à la musique, piano et percussions, mais aussi aux synthétiseurs qu’il découvre avec Tangerine Dream et Klaus Schulze. Il prend donc des cours de synthétiseurs à “Music Land” avant de commencer à composer sur ses propres machines.

Dès 1983, il enseigne la musique au Plessis-Bouchard (95) ainsi qu’à Eaubonne (95). Parallèlement à ses activités de professeur, il se consacre à la composition. Claviers Magazine le remarque et lui consacre un article dans la rubrique “Coup de pouce”. La compagnie EDF lui confie la musique d’un de ses clips d’entreprise à portée internationale. France Culture diffuse ses créations dans l’émission “Chasseurs de Sons”; l’une d’elles sera couronnée par le Concours International du Meilleur Enregistrement Sonore (CIMES).

(suite…)

Bunny Rizzitelli : batteur électronique

rogerrizzitelli.jpg:: Article rédigé par Jérôme :: Jean-Michel Jarre s’est entouré des meilleurs batteurs du moment lors de ses spectacles les plus marquants entre les Concerts en Chine (1981) et Le Caire (1999). A noter que depuis les années 2000, JMJ joue avec des formations très réduites qui assurent aussi les rythmes.

Petite série d’articles sur les hommes qui ont eu le talent d’inventer des rythmes de batteries sur des morceaux dont la plupart en sont, à l’origine, dépourvus et qui ont donné à la musique de Jarre une couleur « live » particulière, en commençant chronologiquement par Roger « Bunny » Rizzitelli.

 


> Les années 70 : Christophe, Space Art… 

 


Dès l’âge de 6 ans, Roger Rizzitelli tape sur les chaises et tout ce qui peut faire du bruit dans la maison familiale de Grenoble. Après avoir quitté l’école à 14 ans, il est embauché dans un atelier de mécanique ; mais l’ado est plus intéressé à utiliser les clés pour faire des percussions sur des boites vides qu’à réparer des moteurs. M. Victor Diafferia, le patron de l’atelier, encourage le père de Roger à lui acheter une « vraie » batterie. Roger essaye un modèle de base, pas cher, mais le vendeur épaté par le jeune talent, encourage le père à en acheter un meilleur. La famille est modeste, c’est finalement le patron de l’atelier qui tiendra à payer la différence…

(suite…)

Sylvain Durand : le clown aux doigts d’or

Sylvain Durand au clavier..::Article rédigé par Jérôme::.. Sylvain Durand a été pendant près de dix ans un autre membre éminent de la « Jarre team ». Avec sa barbe, ses petites lunettes rondes et sa casquette, toujours prêt à faire le clown, il renvoie une image de franchouillard que l’on imagine mieux derrière un accordéon que derrière un piano à queue. On le reconnaît en concert à son « look », auquel il attache une importance particulière, et à sa jovialité. Et pourtant… C’est bien pour ces talents de pianiste et de directeur d’orchestre qu’il a rejoint le noyau de musiciens de Jarre dans les années 80. Il est crédité sur les albums « Rendez-vous » et « Révolutions », et a joué des claviers dans tous les « méga concerts » entre Houston (1986) et Hong Kong (1994), ce qui fait de lui, avec Michel Geiss, Francis Rimbert et Dominique Perrier, un des musiciens indissociables de cette période. C’est après ce dernier concert que l’aventure avec Jarre a pris fin en 1994, en même temps qu’un certain Michel Geiss d’ailleurs. Pour les mêmes raisons ?

 

(suite…)

Marie-Jeanne Gauthé et Light Motif – La boite à images

Marie Jeanne Gauthé::Article rédigé par Jérôme:: Même si elle est moins connue que les fameux musiciens, Marie-Jeanne Gauthé est une des figures majeures de l’équipe technique de la « Jarre team » puisqu’elle a conçu les projections géantes et les images vidéo de tous (oui, tous !) les grands concerts en extérieur de JMJ depuis Lyon en 1986 jusqu’à Merzouga en 2006 (dernier grand concert extérieur en date). Elle est celle qui, depuis plus vingt ans, a la lourde tâche de mettre en images les folles idées du maître concepteur, en s’inspirant du monde de Jarre (pochettes des albums, personnages de clips, etc.), mais en faisant surtout appel à une créativité toujours renouvelée. Ses créations ont été projetées aux quatre coins du monde grâce aux équipes techniques de Paul Souverbie (5 sur 5, Objectif Lune, etc.), puis régulièrement aujourd’hui par la société française VLS. Petit résumé artistique de l’une de ceux/celles qui ont fait des fameux méga concerts de Jarre des spectacles grandioses en grande partie grâce à ses images projetées sur l’architecture urbaine (Lyon, Docklands, La Défense, Moscou, Gdansk…) ou des écrans géants multiformes (Hong Kong, Tour Eiffel, Aalborg, Pékin, Merzouga…), pour mieux « appuyer » ou « souligner » la musique du maître, et qui sont finalement devenues indissociables du style « Jarre », au même titre que les feux d’artifices, les jeux de lumières et la harpe laser. Marie-Jeanne Gauthé, Directrice Artistique images vidéo (Video Art Director), est diplômée en Arts Plastiques de l’Ecole Nationale des Arts Déco de Paris, ainsi que de l’Ecole des Arts Appliqués de Paris en 1984 en spécialisation Audio-visuelle. Deux ans plus tard, elle collabore pour la première fois avec Jean-Michel Jarre pour les projections géantes du méga concert de Lyon, aux côtés de Jean-Michel Quesne, déjà « rôdé » à Houston. Les images viennent alors de ce qui ressemble à de grosses diapositives qui sont en fait des plaques spéciales, peintes à la main ! Les effets de déplacements, de clignotements, de superpositions, etc. sont alors les seules astuces pour donner l’illusion de l’animation. A la suite du concert de Lyon, Marie-Jeanne capitalise son expérience et sa spécialité en créant en 1987 la société Light Motif, spécialisée dans la conception et réalisation d’images projetées pour spectacles et événements audio-visuels, et dont elle est la directrice artistique. A partir de cette date, elle sera LA responsable des projections géantes des concerts de Jarre, Jean-Michel Quesne étant parti pour d’autres aventures (« Skertzo »).

(suite…)

Turzi, groupe de dense musique

Le groupe Turzi. Au premier plan, Romain Turzi.Romain Turzi est versaillais, et il est né en 1979. Mais Turzi, la house, à la différence du plus célèbres duo de rejetons de cet eldorado de l’électro, il n’en sont pas très friands. Turzi « grapille » plutôt dans le trip-hop. Mais il aime par-dessus le Krautrock. Et ça se sent, à la fois dans sa musique, et le graphisme de ses pochettes. On pense à Can ou Neu! Et le jeune leader confirme, même s’il déteste les catégories. En témoigne la foule de référence musicale dont il aime à saupoudrer ses interviews.

Installé dans le 18ème arrondissement de Paris, Romain est entré dans la musique aux côté d’un groupe d’allumé complet, Aqua Nebula Oscillaotor. Il a ensuite frappé à la porte de Record Makers, le célèbre label français, qui a produit son premier mini-LP « Made Under Authority«  en 2006. Ce disque solo comportait cinq morceaux courts sur la face A et une mongue impro sur la face B. Romain a un certain appétit pour les jeux de pistes. De ces ébauches d’electronica a émergé, avec son groupe son premier album, avec l’aide de l’ingé son Nick Stones, appelé « A« , en 2007. En octobre 2009, il sort son deuxième album, appelé logiquement « B« , également publié chez Record Makers.

(suite…)

12345...16

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont