Archives pour la catégorie Portraits

Berlin Wall of Sound 61/89 (compil, 2009)

Pochette de Berlin, Wall of Sound 61-89..::Critique rédigée par Frank Boisgontier::.. Le récent anniversaire de la chute du mur de Berlin est à l’origine de la sortie de ce double CD regroupant ce que la scène allemande a produit de mieux entre 1961 et 1989, à quelques exceptions notoires comme Kraftwerk, Tangerine Dream ou DAF (qui refuse toute publication de ses morceaux dans des compilations).

Dès la fin des années 60, mais essentiellement dans les années 70 / début 80, la scène allemande a été le théâtre d’un bouillonnement musical qui a donné parmi les plus belles et les plus originales plages musicales produites en Europe dans cette période.

On trouve dans cette double compilation des groupes (comme Can, Neu !, Cluster, Faust ou Einstürzende Neubaten, Amon Düül II) et personnalités (comme Edgar Froese, Nina Hagen, Nico ou Irmin Schmidt) archi-connus à côté de formations moins illustres.

« Berlin Wall of Sound » donne un échantillon large, franchement bluffant, et très bien conçu dans l’enchainement des morceaux de ce que cette scène allemande (stupidement qualifiée de « rock choucroute ») a pu produire.

(suite…)

Jacno (1957-2009)

Pochette de Rectangle, de JacnoJacno, alias Denis Quilliard, né le 3 juillet 1957, est décédé le 6 novembre 2009 à l’âge de 52 ans. Ce parisien né dans les beaux quartiers a créé le premier groupe de punk français, Stinky Toys (« jouets puants »), en 1976, dont il était le guitariste. Ayant un répertoire de reprise (les Who, le Velvet), Jacno apprend la guitare par empirisme sur scène (à partir de juillet 1976). Le groupe, qui a une existence brève et tumultueuse fait rien de moins que les premières parties des Sex Pistols et des Clash sur scène à Londres. Le quintet sortira deux disques sur « white label », c’est-à-dire sans maison de disques. Après la dissolution dans les excès du groupe, il continue de travailler avec la chanteuse Elli Meideros, qu’il a rencontré au lycée Charlemagne. C’est avec elle qu’il créé le duo Elli & Jacno, qui sort un premier disque inaperçu en 1977.

Puis, au début des années 80, Jacno s’empare du synthétiseur, et devient le fer de lance de toute une génération en France, à l’image de ce qui se fait en Angleterre (avec Gary Numan). La révélation populaire de sa carrière est dû à un instrumental, Rectangle, en 1979, qui est publié en maxi 45 tours avec d’autres titres qui répondent du même rigorisme géométrique (Triangle, Losange, Cercle). Cette musique, destinée à un court-métrage d’Olivier Assayas, Copyright, devient l’année suivante numéro 1 en France ainsi que dans plusieurs pays européens. Elle sert de support publicité à la boisson chocolatée Nesquick.

 

(suite…)

Ash Ra Tempel et Manuel Göttsching (1/2)

Ash Ra TempelAsh Ra Tempel est un groupe de musique cosmique fondée en août 1970 par Manuel Göttsching, Harmut Enke et Klaus Schulze. Le premier groupe de Göttsching et Enke, avec Wulf Arp, s’appait lui le Steeple Blues Band. Après avoir rencontré Thomas Kessler, Göttsching eu vent du lieu emblématique de l’underground, le beat studio de Berlin. Car avant de s’appeler Ash ra Tempel, le trio avait aussi composé un groupe éphémère nommé Eruption, avec Conrad Schnitzler (que Schulze avait rencontré lors de son passage chez Tangerine Dream). La composition d’Ash ra Tempel, puis d’Ash Ra variera au fil du temps avec l’adjonction de nombreux collaborateurs de la scène allemande.Ash Ra Tempel est l’un des représentants les plus puissants du courant space-rock des années 70.

Leur premier album éponyme, produit par l’un des meilleurs ingénieurs du son de l’époque, Konrad Plank, sort en 1971. Comme ce sera le cas très souvent avec le groupe, les disques d’Ash Ra Tempel se composent en général de deux longues pistes sur ses deux faces. Et celui est totalement instrumental, avec des moyens sommaires mais une grande créativité. Klaus Schulze, craignant d’être étouffé dans ce nouveau groupe, s’en éclipse dès la sortie du premier album, remplacé à la batterie par leur ancien partenaire Wolfgang Mueller. L’album suivant, toujours chez l’éditeur Rolf-Ulrich Kaiser, Schwingungen comprend les parties chantées de John L et Rosi Müller (la petite amie de Göttsching).

(suite…)

Little Boots

Little BootsLittle Boots est le nom de scène de l’anglaise Victoria Christina Hesketh, qui est née le 4 mai 1984. Cette chanteuse a grandi à Blackpool au milieu d’une famille de 3 frères. Sa mère écrit des livres pour enfants et son père est dans le business automobile. Elle étudie le piano à l’âge de 6 ans, et se familiarise également avec la flûte. À l’âge de 14 ans, Victoria écrit déjà ses propres chansons.

Elle s’est fait connaître du public anglais en participant à l’âge de 16 ans dans l’émission anglaise Pop Idol (l’équivalent de la Nouvelle Star en angleterre), où elle a passé trois émissions. Cette relative déception n’entachera pas sa volonté de coûte que coûte arriver à ses fins. Suite à cet épisode très médiatique, la jeune file reprend ses études tout en continuant de jouer dans des petits groupes de jazz locaux à Leeds.

(suite…)

Silver Apples, bidouille and Coxe

Simeon Coxe III, de Silver ApplesTrois ans et deux albums. Et pourtant, avec une existence aussi éphémère, Silver Apples (à ne pas confondre avec Silver Apples of the Moon, un morceau de Morton Subotnick) est un des groupes les plus renommés de l’histoire des musiques électroniques. Il faut d’emblée préciser que la création de Silver Apples remonte à 1967. On tient là le « Velvet Underground de l’électro » eu égard au berceau commun, New York.

Ce groupe d’avant-garde se constitue du binôme Simeon Coxe III dit Simeon (narrateur et synthétiste) et du chanteur/batteur Danny Taylor. Simeon Coxe est un artiste originaire d’Alabama, passé par la Nouvelle Orléans, est a officié dans les galeries d’art de Big Apple (le surnom de New York) en solo, fait quelques piges de journaliste, puis pris part à plusieurs groupes rock alternatifs avant de rencontrer son futur partenaire. Silver Apples a débuté à New York, sous le nom The Overland Stage Electric Band, une formation rock psychédélique qui officie dans un petit bar. La singularité de Coxe a fini par éloigner tous les membres, excepté Taylor. Le groupe tire son nom d’un poème de William Butler Yeats, The Song of the Wandering Aengus.

(suite…)

Michel Huygen et Neuronium

Michel HuygenMichel Huygen est un claviériste belge, né à Kisangani au Zaire, qui a créé le groupe Neuronium en 1976. Auparavant, il a fait partie de divers groupes de rock psychédélique dans la région de Barcelone. Le groupe Neuronium se compose à l’origine de Huygen, du claviériste Carlos Guiaro et du multi-instrumentiste (flûte, guitare sèche, claviers) Albert Giménez. Une éphémère configuration à cinq a également marqué les débuts du groupe, avec l’addition d’un percussionniste et d’un bassiste. Fortement influencé dans ses débuts par Klaus Schulze et Tangerine Dream, ce groupe de «space music» (terme anglo-saxon) ou «kosmiche music» (terme allemand) est le premier du genre en Espagne. Sa musique dite « psychotronique», comme le nom du groupe l’indique, a comme objet de faire se rejoindre le corps et l’esprit. Neuronium a vendu plus d’un million d’album à travers le monde.

(suite…)

Jonn Serrie, planètes synthétiques

John Serrie et ses éternelles lunettes de soleil.Jonn Serrie, né à Albany (New York) en 1957, est un des continuateurs de «l’ambient space music», initiée par des personnalités comme Larry Fast , Michael Sterns, d’une part, et de la space music des années 70, d’autre part. Il dit de sa musique qu’elle doit permettre d’avoir « le sentiment de flotter au milieu des étoiles ». Aujourd’hui, elle est reprise dans de nombreux programmes de relaxation et certains astronautes l’emporte même avec eux dans leurs vols. Retour sur l’intinéraire d’un enfant « galacté ».

Sa mère joue du piano et son père est ingénieur nucléaire dans la Marine. Il développe une véritable passion pour l’espace et les avions de combat. La musique ne tardera pas à suivre… À l’âge de sept ans, il apprend l’orgue d’église et le piano (sept années d’étude) avec comme premier professeur sa grand-mère. Son compositeur préféré est – et est toujours – Bach. À vingt ans, il fréquente l’Electronic Music Labatory à Rockville (où on développe alors le Prophet-5), et y découvre le synthétiseur modulaire et les enregistrements de Milton Babitt. Il se passionne pour les «textures» inédites qu’il obtient avec ce matériel.

(suite…)

12345...16

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont