Archives pour la catégorie New age

Constance Demby – Novus Magnificat (1986)

Novus Maginificat« Novus Maginificat » est le quatrième album de Constance Demby, et son premier sur le label new-age de Stephen Hill, Heart of space. Cette californienne multi-instrumentiste a aussi pour autre passions la sculpture et la peinture, et, à ce titre, la toile céleste est son lieu naturel de l’expression. Le nom de l’album, qui veut dire « Nouveau maginificat », est sous-titré « Through the stargate », ce qu’on pourrait traduire par « À travers la porte [ou barrière] des étoiles ». Cette composition de 1985, publiée en 1986 en cassette, est la suite directe de l’album Sacred Space Music, composé en 1982 et paru deux ans plus tôt sur son propre label. Demby a d’autant plus soigné son enregistrement qu’elle voulait en faire un chef d’œuvre ésotérique en vue de la date symbolique du 16 août 1987 dit de « Convergence harmonique », rassemblement new age autour d’un obscur rite astrologique. La pochette de l’album est signée Geoffrey Chandler et elle a été réalisée au moment de l’explosion de la navette Challenger.

(suite…)

Suzanne Ciani – Synthissimo

Suzanne Ciani et le synthétiseur BuchlaSuzanne Ciani (née le 4 juillet 1946) est une des figures tutélaires de la pratique du synthétiseur et une des rares figures féminines de cet art, avec Wendy Carlos. Ceci est principalement le fait de sa rencontre avec Don Buchla, le père du synthétiseur du même nom, tandis qu’elle étudiait la composition à Berkeley. C’est grâce à Buchla que Ciani s’ouvrit à la musique électronique, elle qui entreprit un parcours de pianiste classique. Aujourd’hui ayant pris le tournant new age, elle marrie acoustique et électronique.

L’éveil de Suzanne à la musique se déclenche lorsque sa mère fait tourner Mozart, Beethoven et Bach sur ses tourne-disques. Troisième d’une lignée de six enfants, élevé dans une famille fortuné (son père est un chirurgien réputé), Suzanne caresse très vite – à cinq ans – les touches d’ivoire dévolus à sa sœur aînée. La jeune fille fait le rejet de son premier professeur de piano, qui escamote ses possibilités. Pendant plusieurs années avant de reprendre des cours à Boston, elle se forme en autodidacte.

(suite…)

Enigma – A posteriori (2006)

Pochette d'A posteriori d'Enigma(Ébauche d’article) A posteriori est le sixième album d’Enigma et le premier à être proposé en 5.1. En effet une version DVD d’A posteriori a été éditée en décembre 2006, avec la musique de l’album en multicanal. Le thème principal de l’album est l’astronomie, avec une référence à Gallilée (le titre Eppur si Move, Et pourtant, elle tourne, en l’italien dans le texte) et aux galaxies d’Andromède et de la voie lactée et cet dédicace à « tous les visionnaires de la race humaine ». Le titre Hello and Welcome a été édité en single en avant-première de l’album, en septembre 2005.

C’est un album majoritairement instrumental (avec un narrateur qui intervient sur deux titres et le single chanté par Andru Donalds), avec un parfum trance assez marqué (Feel Me Heaven en est le meilleur exemple). L’utilisation de samples est massive. C’est un album encore plus électronique que son prédécesseur Voyageur, et on y retrouve les signatures habituelles d’Enigma. Ce disque s’adresse vraiment à un public déjà familiers aux ambiances A posteriori a été nominé aux Grammy Awards de 2006 dans la catégorie new age.

(suite…)

Yanni, Live à l’Acropolis (1994)

Yanni live at the AcropolisLe grec Yanni revient dans sa terre natale pour participer en « vedette américaine » au festival annuel du théâtre antique d’Herode Atticus à Athènes (lieu où se produisèrent tous les grands interprètes de classique), en septembre 1993, et trois concerts. Cela faisait trente ans qu’il n’était pas retourné aux États-Unis. C’est donc sous la silhouette du Parthénon que la carrière de Yanni va connaitre la bacchanale du succès commercial (qu’il n’est pas prêt de renouveler, vu les sommets qu’il atteint ici). Pour les besoins de sa tournée «Symphonic Concerts»  a fait appel au London royal Philharmonic, dirigé par le chef d’orchestre iranien Shardad Rohani. C’est la première fois que Yanni se confronte directement pour l’orchestre (Rohani signant les arrangements), lui qui est plutôt habitué aux cordes synthétiques. Dans ses bagages, Yanni emmène également ses musiciens habituels. Citons les : le batteur fantasque Charlie Adams (qu’il connait depuis ses débuts), le percussionniste Michael Bruno, le bassiste Ric Fierabracci et les deux claviéristes d’horizon « piano classique » Julie Homi et Bradley Joseph (depuis 1989), ainsi que la violoniste virtuose Karen Briggs, qui l’accompagne depuis 1991. Comme dans un ensemble jazz-rock, chaque musicien a l’occasion de s’illustrer en soliste ou en ping-pong (l’un répondant à l’autre).

(suite…)

Dead can Dance – Toward the within (1994)

Towards the within (Pochette du DVD de Dead can dance)Un après l’album à succès Into the labyrinth (septembre 1993), Dead Can Dance tourne en Europe et aux États-Unis. Ils sortent un album puis une vidéo intitulée Toward the within, qui saisit l’esprit de cette tournée. Cette captation a été effectuée au théâtre Mayfair de Santa Monica (en Californie) en novembre 1993. Pour l’anecdote, cet édifice a été détruit peu de temps après le concert par un tremblement de terre et dû fermer.

Le film est dû à Mark Magidson, qui a ajouté au montage des extraits d’interviews séparés de Brendan Perry (guitare, chant, percussions diverses) et Lisa Gerrard (chant, Yang ch’in, percussions diverses). D’abord sorti sur VHS et Laserdisc, il a été transféré sur DVD (manque toujours le morceau solo de Gerrard Persian Love Song) en 2001, et ce, avec une image nécessairement altérée, d’autant que la lumière sur scène est très tamisée.

(suite…)

Deep Forest : feu de tout bois

Deep ForestDeux amis du Nord-Pas-de-Calais vont faire l’histoire de la world music made in France, avec leur albums et leurs collaborations fructueuses. Eric Mouquet est un compositeur, et producteur né en 1960. Michel Sanchez (né en 1957)  a une formation de jazz d’abord à l’accordéon, puis de classique, au Conservatoire de Douai (à 15 ans) à l’orgue classique. Il étudie trois ans le classique au Conservatoire de Paris, avant de se mettre au service d’un registre musical hétéroclite en tant qu’arrangeur et compositeur. 

L’histoire de Deep Forestcommence à la fin 1991, lorsqu’Eric Mouquet et Michel Sanchez mettent en commun leurs passions pour la musique ethnique et leur sensibilité pour la musique dance européenne. Avec des samples de musiques du monde entier, et notamment des chants traditionnels (pygmées, chants de gorge, etc.), ils créent leur propre style, réunissant ethnologie et technologie. Ils travaillent ensemble sur ce qui deviendra leur sésame pour une large diffusion, avec le single « Sweet Lullaby» qui utilise des chants des îles Salomon, issu de la collection Occora, de Radio France. Le titre Sweet Lullaby entre au Top 50. Une publicité d’une marque connue (que je ne citerai pas) utilise ce morceau comme support.

(suite…)

Hennie Bekker, synthé africa

Hennie BekkerHennie Bekker est un compositeur canadien né en Zambie (alors Rhodésie) en 1934 près de la frontière congolaise, qui a réussi le mélange de la musique ethnique et les symphonies new age pour synthétiseur. Sa passion de la musique, qu’il est le seul de la famille à pratiquer, l’ont fait commencer le piano (son instrument fétiche) en autodidacte à l’âge de 15 ans, âge auquel il participe à son premier groupe, the Youth marvels. Ce n’est que plus tard qu’il sera introduit plus avant dans l’instrument par Sholam Middledorf. Son modèle est Art Tatum, le grand pianiste de jazz au jeu étincelant. La deuxième moitié des années 50 lui permet de briller au sein de diverses formations, où son répertoire embrasse tous les succès internationaux.

(suite…)

12

BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ... |
impressionism |
lorie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Matt Pokora
| Clan d'estime
| blog de Nicolas Caumont